17/10/17 - 17:13 pm


* Slogan

Passionnée de tout ce qui touche à la lecture et à l'écriture. Chroniqueuse sans langue de bois

Accueil


Bienvenue sur le forum Libres-Écritures.com

Ce forum est né d'une envie de faire connaitre mes textes.

Vous pouvez dès à présent vous inscrire afin de partager notre passion commune pour la lecture et l'écriture.

Des chroniques en service presse seront proposées régulièrement ainsi que des coups de cœur lecture : venez les commenter ou en proposer d'autres.

Un espace auteur vous sera créé sur demande aux administrateurs, afin de faire connaitre vos écrits. (Dans le but d'éviter le plagia, cet espace est caché du public, sauf avis contraire de votre part)

Vous aimez les jeux ou les défis d'écriture ? Participez au qui a écrit quoi et tous les mois à notre atelier créatif

Vous venez d'écrire un roman ? Un recueil de poèmes ? Etc. : La mise en avant des auteurs Auto-édités est faite pour vous : envoyez nous un extrait, nous le publierons sur la page d'accueil pour le mettre en avant.

Libres Écritures étant membre du jury du  Trophée Anonym'us : "Les mots sans les noms", les nouvelles des auteurs seront à disposition en lecture libre dès leur publication.


L'équipe du forum Libres Écritures.com

Mise en avant des auteurs Auto-édités

Bien sous tous rapports de Magali Laguillaumie


     

Pour l'acheter : Atramenta

Site de l'auteur : Magali Laguillaumie

Réseaux sociaux :  Facebook   

Chronique de cet ouvrage : Lien




 
Chapitre 1

La neige s’écrasait en gros flocons indolents sur la vitre aux barreaux exigus. Assis devant la table d’interrogatoire, l’homme d’âge moyen et menotté avait le regard perdu au plafond. Il étudiait l’algorithme des petits points noirs du Placoplatre. Pour un peu, il se serait cru de retour dans une salle de classe. L’administration, quelle qu’elle soit, utilisait les mêmes matériaux.

Le commissaire Garotti entra dans la pièce, suivi de son officier Garnier. Ils posèrent tous deux un regard peu amène sur le prévenu. Garotti recula une chaise et s’installa en face de l’homme. Son officier resta debout, face au prévenu, lui cachant une partie des flocons qui tombaient de plus en plus drus, de plus en plus compacts.

— Pourquoi Lola ? Tu l’aimais, non ? interrogea sans ambages Garotti.



L'intégralité du chapitre : ICI