26/04/18 - 13:17 pm


* Slogan

Passionnée de tout ce qui touche à la lecture et à l'écriture. Chroniqueuse sans langue de bois

Accueil


Bienvenue sur le forum Libres-Écritures.com

Ce forum est né d'une envie de faire connaitre mes textes.

Vous pouvez dès à présent vous inscrire afin de partager notre passion commune pour la lecture et l'écriture.

Des chroniques en service presse seront proposées régulièrement ainsi que des coups de cœur lecture : venez les commenter ou en proposer d'autres.

Un espace auteur vous sera créé sur demande aux administrateurs, afin de faire connaitre vos écrits. (Dans le but d'éviter le plagia, cet espace est caché du public, sauf avis contraire de votre part)

Vous aimez les jeux ou les défis d'écriture ? Participez au qui a écrit quoi et tous les mois à notre atelier créatif

Vous venez d'écrire un roman ? Un recueil de poèmes ? Etc. : La mise en avant des auteurs Auto-édités est faite pour vous : envoyez nous un extrait, nous le publierons sur la page d'accueil pour le mettre en avant.

Libres Écritures étant membre du jury du  Trophée Anonym'us : "Les mots sans les noms", les nouvelles des auteurs seront à disposition en lecture libre dès leur publication.


L'équipe du forum Libres Écritures.com

Mise en avant des auteurs Auto-édités

Elsa, les anges ne font pas de bruit quand ils tombent de Laura D



     

Pour l'acheter : Amazon

Site de l'auteur : Laura D

Réseaux sociaux :    Twitter    

Blog de chroniques : Les ailes du désir


Jour de pluie

   Assise sur la plage de Socoa, Elsa contemple les vagues qui se fracassent sur le sable. Ses cheveux fouettés par un vent d’Est froid et brutal s’emmêlent autour des fils de son casque. Depuis quelques semaines, elle écoute des vieux titres de Radiohead, Red Hot ou Nirvana, comme une régression émotionnelle qui la replonge dans une époque réconfortante, mais il y en a un qui la touche plus que les autres, c’est Creep.
   Mais l’Atlantique seul ne suffit plus à l’apaiser alors elle a trouvé d’autres façons d’étouffer ses douleurs. Les traitements qui anesthésient, elle s’y connaît, elle en a pris des tonnes après sa greffe, et elle sait exactement comment les doser pour que tout s’engourdisse à l’intérieur sans que cela se voit à l’extérieur. Quentin a bien remarqué que les boîtes de médicaments se vidaient, mais il ne lui a rien demandé à ce sujet. Lui c’est dans l’indifférence qu’il a choisi de s’anesthésier, quitte à oublier tous ceux qui font partie de son monde.
   Elsa frissonne. Il fait froid aujourd’hui, mais ce n’est rien comparé au vent glacial qui souffle à l’intérieur d’elle. Elle reste pourtant encore, le visage exposé à l’écume qui, portée par des rafales de plus en plus fortes, vient exploser en infimes gouttelettes sur ses joues pâles. Elle a gardé sa silhouette de jeune femme sportive, élancée et musclée, et si elle a raccourci sa chevelure bouclée, ses cascades blondes tombent toujours sur ses épaules. Deux hommes, la petite trentaine, s’approchent d’elle. Il faut dire qu’Elsa, ainsi calée sur les larges rochers qui s’étalent sur la plage comme des galets géants, est une aquarelle pleine de promesses. C’est lorsqu’ils arrivent à sa hauteur et croisent son regard qu’ils rebroussent chemin, silencieux, probablement surpris d’avoir trouvé en un seul lieu, si infime, si intime que deux iris bleus griffés d’or, toute la tristesse du monde. Elsa ne fait même pas attention à eux. C’est déjà difficile de se concentrer sur sa propre existence.



L'intégralité du chapitre : ICI