16/07/18 - 07:00 am


* Slogan

Passionnée de tout ce qui touche à la lecture et à l'écriture. Chroniqueuse sans langue de bois

Accueil


Bienvenue sur le forum Libres-Écritures.com

Ce forum est né d'une envie de faire connaitre mes textes.

Vous pouvez dès à présent vous inscrire afin de partager notre passion commune pour la lecture et l'écriture.

Des chroniques en service presse seront proposées régulièrement ainsi que des coups de cœur lecture : venez les commenter ou en proposer d'autres.

Un espace auteur vous sera créé sur demande aux administrateurs, afin de faire connaitre vos écrits. (Dans le but d'éviter le plagia, cet espace est caché du public, sauf avis contraire de votre part)

Vous aimez les jeux ou les défis d'écriture ? Participez au qui a écrit quoi et tous les mois à notre atelier créatif

Vous venez d'écrire un roman ? Un recueil de poèmes ? Etc. : La mise en avant des auteurs Auto-édités est faite pour vous : envoyez nous un extrait, nous le publierons sur la page d'accueil pour le mettre en avant.

Libres Écritures étant membre du jury du  Trophée Anonym'us : "Les mots sans les noms", les nouvelles des auteurs seront à disposition en lecture libre dès leur publication.


L'équipe du forum Libres Écritures.com

Mise en avant des auteurs Auto-édités

L'aveu mortel de Julien Budin


   

Pour acheter : Amazon


Réseaux sociaux :        Twitter       




L'aveu mortel


1

Jeudi 12 octobre 2017

Le grésillement de l’ouverture électronique résonna pendant un long moment dans le couloir et la porte se referma dans un bruit sourd suivi du cliquetis des clés.
L’homme, les cheveux blanchis par l’âge et la barbe épaisse, jeta son maigre bagage sur son épaule et s’avança dès qu’il en eut reçu l’autorisation. S’il y avait bien une chose qu’il avait apprise au cours des treize années passées derrière ces murs, c’était justement à obéir. Il n’y avait pas de place pour la prise d’initiative personnelle. Les premiers temps il avait eu beaucoup de mal avec ces règles, car ce qu’il abhorrait par-dessus tout c’était précisément qu’on lui dise ce qu’il devait faire, de quelle manière, et à quel moment il devait s’exécuter. C’était encore plus dur pour lui, lorsque la personne qui donnait l’ordre portait un uniforme. Au fil des années, il avait appris, souvent à ses dépens, qu’il n’avait pas son mot à dire. Il était devenu plus docile, et s’était rendu compte que cela pouvait s’avérer utile.


Chapitre 1 et 2 à lire : ICI