17/02/20 - 02:26 am


Sites amis

Auteur Sujet: La prophétie des Anciens de Jean-Louis Ermine  (Lu 502 fois)

0 Membres et 27 Invités sur ce sujet

En ligne Apogon

  • Administrateur
  • Membre Or
  • *****
  • Messages: 135
  • Sexe: Homme
La prophétie des Anciens de Jean-Louis Ermine
« le: jeu. 30/01/2020 à 16:30 »
La prophétie des Anciens de Jean-Louis Ermine


 
Chapitre 1


La cité I apparaissait comme une énorme boursouflure jaunie au milieu des immenses plaines vertes qui l’entouraient. Le halo de l’éclairage au sodium accentuait encore cette impression, ses rampes couraient en un réseau interminable, balisant inlassablement les pistes qui menaient à la cité.
Jed y retournait, comme tous les jours, après le travail. Comme toujours : la cité, la chaîne productive, la cité, immuablement. Son rêve de classe quatre s’arrêtait sur ces pistes jaunâtres. À peine se sentait-il parfois attiré par le gazon empoisonné, cette mort verte importée de la planète Éden, qu’on avait planté au-delà des rampes pour empêcher toute évasion.
Sporadiquement, le désir le prenait de sauter par-dessus les pistes, sur cette herbe rase, uniforme, dont le contact, même le plus léger, donnait la mort instantanée - et douce, disait-on -…
Le gazon avait une couleur de friandise. Jed était fasciné…
Il eut un sursaut et chassa ses pensées morbides. Sa marche machinale l’avait amené devant l’immense porche d’entrée de la cité I. La foule attendait devant l’identificateur, et il prit son tour dans la file d’attente. Un homme passa devant lui et pénétra sans se préoccuper de ceux qui étaient là. Sans doute un de ces rares privilégiés qui avaient un laissez-passer spécial, et que se souciaient des identificateurs biométriques et des classes quatre comme d’une guigne.
Jed passa le contrôle et pénétra dans la cité. Il se dirigea sans tarder vers les quartiers des plaisirs. La nuit tombait et les rues commençaient à s’illuminer. Dans le quartier des plaisirs, des enseignes numériques, innombrables et multicolores, clignotaient de toutes parts. Ce quartier artificiel représentait un lieu relativement sûr, peu fréquenté par la police des Universels, ou les Brigades du Destin.
Jed repéra un cabaret aux abords discrets. Il entra.
L’intérieur était calme et feutré, un peu étouffant par rapport au tapage de la rue. Les tables et les banquettes moelleuses encastrées dans les recoins renforçaient l’atmosphère d’intimité. Un orchestre hétéroclite jouait en sourdine une musique insipide. Il jeta un coup d’œil circulaire. Il eut un petit pincement de cœur quand il reconnut l’abondante chevelure rousse de Jiliane. Il s’approcha d’elle. Cette dernière ne l’aperçut pas tout de suite. Elle lui tournait le dos, fixant, songeuse, son cocktail d’une belle couleur mandarine. Jed toussota. Jiliane tressauta en sortant de sa rêverie. Elle tourna la tête, le fixa de ses yeux verts, puis lui sourit. Jed se sentit un peu gêné.
-   Bonjour, dit-il, mal à l’aise
-   Bonjour. Assieds-toi. Tu prends quelque chose ?
-   La même chose que toi.
Il appuya sur le bouton correspondant en glissant une pièce dans le distributeur incorporé à la table. Presque aussitôt, un verre amplement rempli du breuvage commandé sortit du mur. Jed commença à siroter sans dire un mot. Il glissa un regard vers Jiliane. Celle-ci semblait s’extirper avec difficulté de ses pensées. Avec agacement, Jed se demanda si elle s’était encore livrée à ses plantes orgasmiques aujourd’hui. Mais il coupa court à ces pensées.
-   Alors, ce contact avec la cité II ?
Jiliane secoua sa toison rousse.
-   J’ai de mauvaises nouvelles
Elle fit une pause, comme pour accentuer un instant dramatique
-   Ils ont arrêté Vidor
Jed accusa le coup.
-   Par les Anciens !…
-   Parle moins fort et ne jure pas comme ça !
-   Mais… que s’est-il passé ?
-   Je n’en sais rien, mais toujours est-il qu’il est entre leurs mains.
-   Les Brigades du Destin ?
-   Ça m’étonnerait. Tu sais très bien que si c’était le cas, on l’aurait retrouvé mort au coin d’une rue.
-   Mais alors, si c’est la police des Unis, ils se doutent de quelque chose sur l’organisation.
-   Ce n’est pas sûr. Ils frappent souvent au hasard. Vidor n’a pas toujours été un modèle de discrétion et il a eu parfois quelques manifestations tapageuses. C’est peut-être ce qui a motivé son arrestation.
-   Et que sais-tu de plus ?
-   Rien. Ils l’ont emmené en dehors des cités. Mais des gens l’ont vu un peu avant. Il avait l’air hébété.
-   Ils l’avaient passé aux hallucinateurs…
-   Sans doute, et ils vont continuer dans les prisons.
-   Le pauvre vieux, ils vont nous le rendre bientôt, mais complètement fou, à moins qu’ils ne le jettent dans l’herbe empoisonnée. Et il y a toutes les chances qu’il lâche des noms et des renseignements.
-   Disons de grandes chances. Ca dépend si la police soupçonne une organisation derrière lui, ou bien si elle le prend pour un contestataire isolé…
Jed marqua une pause.
-   Tu as donné des directives à la cité II ?
-   Je n’en ai pas eu besoin. Ils ont fait ça immédiatement. L’organisation de la cité II s’est restructurée suivant le plan prévu dans ce cas. Il y aura peut-être quelques vides, mais pas assez pour retarder le Grand Jour.
-   Et pour les autres cités, pas d’alertes ?
-   Pas que je sache, je t’ai dit qu’ils se préparaient lors des derniers contacts que j’ai eu avec eux il y a quelques jours. S’il y avait eu quelque chose de grave, ils nous auraient joints par les circuits d’urgence. Je pense qu’il s’agit d’un incident isolé, et non pas d’un début de démantèlement de l’organisation.
-   Mais les Unis vont vite se douter de quelque chose.
-   Peut-être, mais nous les gagnerons de vitesse. N’oublie pas que nous sommes presque prêts.
Jed admira son sang-froid, et s’en voulut de s’être laissé aller à la peur. Les événements se précipitaient, c’était la logique des choses à l’approche de Grand Jour. Logique plutôt bizarre, d’ailleurs. Le gouvernement des Universels agissait en fonction des réponses de la Logisphère, cette immense Intelligence Artificielle, qui ne pouvait appréhender qu’un côté de la réalité. Elle ne pouvait comprendre qu’un état de fait. L’organisation représentait autre chose : une potentialité, un événement mutant qui ne pouvait être intégré à la logique des Unis. Et c’était par cette faille que la lutte était possible : l’imprévisible, les situations qui ne pouvaient se déduire d’une suite de calculs, de déductions, de probabilités. Cette stratégie, ils le savaient tous, contenait les germes de sa propre destruction, car les possibilités que la Logisphère ne pouvait digérer étaient éphémères. Il arrivait nécessairement un temps où ces variables devenaient tangibles, se matérialisaient dans les faits. Elles rentraient alors dans les paramètres de la Logisphère, entraînant une réponse immédiate.
C’était sans doute ce qui se passait. L’arrestation de Vidor était un signe avant-coureur. C’était le moment d’agir, de prendre de vitesse les logiciens du gouvernement. Sinon, ils étaient condamnés. Jed sentit un abattement soudain l’envahir. Jiliane dut s’en apercevoir.
-   Ca ne va pas ?
-   Ce n’est rien. On y a tous tellement cru, tellement travaillé ! Savoir que c’est si proche…
-   Tu as peur ?
Il se redressa brusquement
-   Il ne manquerait plus que ça ! Tu sais très bien que c’est moi qui dois…
-   Oui, je sais, coupa Jiliane, évitons d’en parler ici, même si on est en sécurité.
Jed eut un petit sourire et lança en bravade :
-   Ca ira mieux quand les Anciens s’éveilleront ….
Une expression glacée passa dans les yeux verts de Jiliane.
-   Arrête, ne blasphème pas. Parlons d’autre chose.
Il y eut un silence gêné. Jed n’était pas très à l’aise en présence de cette femme, trop belle et trop mystérieuse, qu’il comparait sans mal à ces anges maléfiques des légendes d’avant les Anciens.
Ce fut Jiliane qui rompit le silence.
-   Tu passeras me chercher pour le spectacle d’Antodieff ?
-   Oui, je crois que ça vaut mieux. Il va y avoir du monde, avec les quatre cités qui y participent. C’est d’ailleurs une bonne occasion de se réunir tous ensemble, pour une fois. Pas de police, la foule immense, c’est l’idéal pour une assemblée.
-   Tu l’as déjà vu, cet Antodieff ?
-   Non, mais d’après le succès qu’il a, ça doit être assez extraordinaire. On dit qu’il soulève littéralement les foules.
-   Et les Unis laissent faire ?
-   À mon avis, ils sont un peu pris de court. Au début, ça n’était qu’un artiste comme les autres. Ils le tolèrent parce que les classes quatre en demandent. De toute façon, c’est bien difficile à dire. Antodieff n’a pas l’air d’avoir un but très clair, son discours est ambigu. Personne ne comprend vraiment ce qu’il fait, mais tout le monde va l’applaudir. Les gens se prennent peut-être pour des classes trois !
-   Mais lui, c’est un classe quatre ?
-   Ca m’étonnerait. En tout cas, s’il l’a été, il a dû avoir l’autorisation de passer en classe trois. Ca ne serait que justice.
-   Il serait un prêtre des Anciens que ça ne me surprendrait pas !
-   Écoute, ne plaisante pas avec la religion, je n’aime pas ça.
-   Ne te fâche pas, désolé. Mais je suis un peu sur les nerfs.
-   Nous le sommes tous. Partons maintenant.
Ils se levèrent. Jiliane sortit la première. Elle s’éloigna lentement, puis se retourna et fit un geste d’adieu à Jed. Ce dernier lui rendit son salut. Puis sans savoir pourquoi, il se mit à maudire les plantes orgasmiques, les Anciens, les prêtres et tous ceux qui avaient amené les végétaux édéniens sur cette planète.
 
Chapitre 2

Prad regardait le lac. L’immensité qui s’étendait au pied de la salle du conseil reflétait la lumière pleine du jour, en projetant ses nuances bleutées sur l’impressionnante baie vitrée qui occupait tout un pan de mur.
« Une belle réalisation, ce palais des Unis, dans un des plus beaux endroits du pays ! »
Il contempla la verdure sauvage qui bordait le lac.
« Un naturel créé de toutes pièces par nos spécialistes, mais c’est tellement réussi ! »
Et il ne songeait même pas à l’étendue de gazon édénien qu’il savait de l’autre côté, ni aux barrières électrostatiques soigneusement cachées à la vue, mais qui protégeaient efficacement les Universels quand ils se réunissaient.
Il longea sans hâte la longue baie vitrée, se pénétrant de la beauté du jour et du décor. Puis il alla s’asseoir à son fauteuil de Président, centré sur une longue table en U, et légèrement surélevée. Il contempla les autres fauteuils vides. Il était arrivé en avance, et il trouvait cela bien. Il pouvait ainsi se pénétrer de l’ambiance de la salle, capter les vibrations, voire se les approprier avant quiconque. C’était un avantage que lui seul savait apprécier, et qu’il n’osait pas avouer aux autres membres du conseil, sous peine de se voir accusé d’irrationalisme ! Il communiqua quelques instants avec le silence, puis eut presque envie de brancher l’écoute extérieure, pour profiter des bruits de ce paysage qu’il contemplait avec contentement. Il se ravisa, cela ne répondait à aucune demande logique. Pour augmenter sa concentration, il se mit à réciter une prière aux Anciens.
Desmone rentra au moment précis où il entamait la litanie finale. Elle ne le vit pas immédiatement ; comme lui, elle fut aussitôt fascinée par l’étrange beauté qui émanait de l’extérieur. Elle marcha lentement, son regard tourné vers le lac. Prad vit à ses yeux brillants et sa démarche très légèrement hésitante qu’elle avait pris des feuilles d’aloème, ce végétal édénien hallucinogène.
« Les prêtres font bien leur travail, pensa-t-il, de vrais jardiniers de l’âme humaine. Ils savent distribuer les enseignements autant que les plantes édéniennes, à chacun selon sa classe. Est-ce bien vraiment la volonté des Anciens ? Sans doute, me ferais-je traiter de blasphémateur si je soulevais ce problème. Et puis, peut-être ai-je tort ? Comment savoir, sans consulter la Logisphère ? »
-   À quoi pensez-vous, Prad ?
La question le tira brusquement de ses pensées. Il évita l’écueil.
-   Mais à la même chose que vous, Desmone, à cette beauté naturelle que vous contemplez.
-   Naturelle ! J’y verrais plutôt une œuvre d’art.
-   N’est-ce pas la même chose ?
Un brouhaha l’empêcha d’entendre la réponse. Contrairement à Prad et à Desmone, les autres conseillers arrivaient par petits groupes, affublés d’une cohorte de logiciens et de spécialistes de tout poil, qu’ils consultaient constamment.
Prad les regarda s’installer sans broncher.
Les conseillers Unis, le système nerveux du pays, les hommes clés du pouvoir ! Et lui à leur tête. Responsable de la Logisphère, cet immense cerveau auxiliaire numérique, qui était nécessaire à chacun d’eux, mais qui dépendait aussi de tous, sans amputation possible. Gigantesque monument d’une logique élaborée pendant des siècles, évolutif et immuable à la fois, base du progrès constant du pays. Depuis son instauration par les Anciens, chacun pouvait voir l’évolution et l’avancée presque sans faille du système, mettant fin à des millénaires de trouble et de doute.
Une bouffée d’orgueil quelque peu joyeux monta en Prad, qui termina la litanie aux Anciens qu’il avait laissée inachevée. Puis il annonça :
-   Mes amis, la réunion que nous allons avoir aujourd’hui va sortir un peu de la routine. Je voudrais aborder quelques problèmes légèrement spéculatifs, et si vous n’y voyez pas d’inconvénient, nous laisserons pour aujourd’hui les choix déterministes.
La requête était un peu inhabituelle, mais ne surprit pas outre mesure. L’assemblée acquiesça.
-   Voilà…, - Prad marqua une petite pause - tout part d’un fait qui n’est pas très original. Nos services ont arrêté hier un classe quatre nommé Vidor. C’est un contestataire qui s’est fait remarquer déjà plusieurs fois par des actes qui, pour le moins, n’étaient pas très discrets, ni très malins. Quelques rebuffades par ci, quelques discours par là. Voilà pourquoi nous le connaissions. Puis, selon les rapports, son attitude a changé graduellement. Il s’est calmé, il devenait plus réfléchi. Puis on l’a surpris en train de distribuer des tracts à la sauvette. C’est là qu’on l’a arrêté.
-   Que contenaient ces tracts ? S’enquit un Uni à la longue chevelure blanche.
-   Oh, finalement rien de très grave. Du pathos subversif, qui ne changeait pas de celui qu’on connaissait avant. Les classes supérieures qui oppriment les autres. Il a même cité la lutte des classes des temps anciens ! Les Unis qui détournent le culte des Anciens, et la croyance mythique que l’éveil des Anciens sera libérateur.
-   Des thèmes connus, en quelque sorte, soupira un Uni
-   Trop connus, même. Et c’est cela qui est bizarre. D’après la Logisphère, ces thèmes sont des aboutissements logiques dans la pensée des classes quatre. Leurs conditions de vie, leur manière de rendre le culte et tous les paramètres multiples aboutissent à la création de ces mythes.
-   Et qu’est-ce qui vous choque donc, Prad ?
-   Eh bien, lors des dernières arrestations, ces thèmes revenaient souvent, parfois nettement, parfois en filigrane. Et d’après les rapports d’ordre général, l’opinion des classes quatre est imprégnée profondément de ces idées.
-   Rien que de très logique, c’est d’ailleurs la réponse de la Logisphère, dit un conseiller logicien, assez hardi pour prendre la parole devant les Unis.
Prad lui jeta un regard froid et méprisant. Il reprit, sans s’adresser à lui.
-   Cela me chiffonne cependant. Vidor semble avoir été plus loin que ne pouvait le guider sa nature. Ses changements d’humeur me troublent. Ce n’est pas habituel. On dirait qu’il a été guidé.
-   L’a-t-on passé aux hallucinateurs ?
-   Oui, bien sûr. Au début, il a lâché quelques informations, quelques noms, mais rien de cohérent. Nous ne pouvons pas nous servir officiellement de ces renseignements.
Au bout de la table, un jeune Uni intervint avec un brin d’insolence.
-   Ca veut dire quoi « officiellement »
Il y eut un silence gêné dans toute la salle. Il y avait certaines questions qu’il valait mieux éviter. Prad reprit.
-   Mais malheureusement, notre police a trop abusé des hallucinateurs. Nous ne pouvons plus rien tirer de ce Vidor.
-   Vous croyez donc qu’il n’agissait pas comme une personne tout à fait isolée ?
-   Je n’en sais rien, je me pose la question. La réponse de la Logisphère ne me paraît pas complète. Il manque peut-être quelques paramètres.
-   Des classes quatre s’organiseraient donc ?
-   Ça peut-être une éventualité.

Prad prenait de nombreuses précautions de langage. La spéculation n’était bien sûr pas proscrite, même au plus haut niveau. Mais cette démarche inspirait toujours la méfiance, voire un certain mépris, et il fallait l’utiliser avec circonspection.
Le jeune Uni qui était intervenu tout à l’heure reprit la parole, sans aucune morgue, cette fois.
-   Voyons donc. Une organisation, ou parlons plutôt d’un embryon d’organisation (n’oublions pas que ce sont des classes quatre) chez eux ne pourrait survivre qu’avec l’appui d’au moins une partie des classes supérieures, trois ou deux. La classe un des prêtres, et les Universels étant bien sûr à l’écart.
Cette fois, Prad releva sa présence d’esprit.
-   C’est tout à fait probable. La Logisphère vous répondrait de même. Les classes quatre seuls auraient des difficultés insurmontables pour communiquer à une échelle importante, de même, toute élaboration d’un projet quelconque d’ensemble n’est pas à leur portée, ni intellectuellement, ni matériellement.
-   Et quelles sont les possibilités d’alliance ?
-   Le mieux est, je crois, d’interroger la Logisphère.
A peine eut-il prononcé ces mots que les logiciens présents se mirent à bourdonner comme une ruche d’abeille. Ils se rassemblèrent autour d’un écran et traduisirent immédiatement la question dans une forme logique standardisée, avec une dextérité et une célérité étonnante, héritées de lointaines générations éduquées dans le déterminisme. Puis l’un d’entre eux vint décrypter la réponse.
-   Bien évidemment, la réponse ne peut pas être précise, vu le type de question. Voici à peu près ce qu’il en ressort. Selon la Logisphère, la probabilité d’alliance avec la classe deux est minime. Disons que cela aurait pu sembler possible. Il existe en effet des tensions dans deux confréries, celle des marchands et celle des administrateurs. Au prix d’une scission dans l’union syndicale des classes deux, une faction dissidente aurait pu soutenir une organisation en classe quatre. Des liens économiques lient fortement ces classes et créent de nombreux contacts. De plus, il existe deux sortes de courant de pensée, marginaux, il faut bien le dire, dans cette classe. Le premier engendré par leur situation de « demi-pouvoir », ou plutôt d’intermédiaires du pouvoir politique et économique, cette ambigüité peut amener certains à avoir des réactions négatives. Le second est, disons, plus « romantique » ; bien qu’en général ceux-ci sont peu perméables aux influences des intellectuels de la classe trois, il existe à l’état larvé, chez certains classes deux, des sentiments d’auto-désagrégation, faits de pseudo-altruisme, d’héroïsme, de fascination révolutionnaire. Donc, dans des circonstances favorables, en réunissant ces données et en poussant leur conséquence (c’est ce qu’a fait la Logisphère) cela peut aboutir à une scission dans l’union syndicale et, qui plus est, à une alliance avec la classe quatre. Cependant, ces dernières données, et notamment l’arrestation de Vidor, créent des conditions contradictoires à cet état de choses. Elles font jouer l’instinct grégaire ancestral de cette classe et rendent quasiment impossible toute ouverture sur une autre classe.
Un Uni lui coupa la parole vivement.
-   Ainsi, Prad, vous aviez des soupçons fondés. L’arrestation de Vidor semble être prise en considération par la Logisphère plus qu’un fait banal.
Prad acquiesça.
- Oui, mais il semble y avoir aussi d’autres faits qui aboutissent à ces conclusions.
Il s’adressa au logicien.
-   Peut-on avoir des détails sur ce point ?
-   Oui, mais il faudrait interroger la Logisphère de nouveau.
-   Ca ne fait rien, continuez.
-   Pour ce qui est de la classe trois, la probabilité reste assez faible, de l’ordre de quinze pour-cent. Mais ici, le cas est différent, cette probabilité est relativement constante. Elle obéit à une loi quelque peu curieuse qu’on pourrait schématiser ainsi : les possibilités d’action d’un classe trois sont inversement proportionnelles à l’intérêt qu’il porte au sujet dont il s’occupe. Leur vocation, qu’elle soit artistique, intellectuelle, philosophique ou technocratique, les inhibe en général dans le passage à l’acte. Peut-être pas d’ailleurs individuellement, mais, pris dans le mouvement de leur classe, les volontés s’annihilent les unes les autres. Selon la Logisphère, il y a donc peu de danger de ce côté-là.
-   Il reste des possibilités individuelles, intervint un Uni.
Le logicien marqua une pause. Quand il reprit la parole, il avait de la peine à masquer une nuance de mépris dans sa voix.
-   La Logisphère ne prend pas en compte les possibilités isolées de ce type. Elle raisonne globalement. Les influences possibles sont de l’ordre de quelques centièmes de pour-cent, donc négligeables dans une logique déterministe.
Prad prit la parole.
-   Nous savons tout ça, mais nous sommes des humains et nous ne pensons pas toujours de manière rigoureuse.
Il ajouta immédiatement :
-   Heureusement, la Logisphère est là pour rattraper nos erreurs et remettre nos idées dans le contexte général et logique qu’elle seule a la possibilité d’appréhender.
Il était en fait très admiratif de la pertinence des conclusions qui lui avaient été faites. Des analyses sûres en un temps record, qui n’oubliaient aucun paramètre, aucune donnée. Des résultats en termes de probabilité qui ne négligeaient donc rien, mais permettaient tout de même des décisions. Le système avait sans doute des faiblesses, on les connaissait. Mais au fil du temps, on avait réussi à les minimiser et la Logisphère devenait maintenant une référence quasi-mystique. Son influence était prépondérante, mais le conseil des Unis gardait le pouvoir exécutif, et il le gardait bien. Prad soupira.
-   Bon, eh bien, mes amis, les craintes de voir une organisation dissidente s’opposer à la volonté des Anciens semblent se dissiper. Je vous demande seulement de rester vigilants et de rapporter immédiatement toute information utile dans cette analyse.
-   Une organisation, peut-être, mais des mouvements spontanés sont toujours possibles, ne serait-il pas intéressant d’interroger la Logisphère sur ce sujet ?
C’était de nouveau le jeune Uni qui intervenait. Prad était agacé.
-   Interrogeons-la donc !
Le bourdonnement reprit autour du terminal. Quelques instants après, les prévisions tombèrent. Ce fut le même logicien qui parla.
-   Effectivement, des actions spontanées sont très probables, sous l’incitation de gens comme Vidor. Mais même à grande échelle, nous avons les moyens de tout contrôler.
Il avait employé le « nous » comme s’il s’identifiait aux Unis. Il y eut un souffle d’énervement qui parcourut l’assemblée. Il ne sembla pas s’en apercevoir.
-   La Logisphère parle aussi d’un certain Antodieff et des rassemblements qu’il suscite.
-   Nous connaissons cela !
L’intervention venait d’un des grands responsables de la police des Unis.
-   Nous le surveillons de près. Antodieff est un cas très spécial. Beaucoup d’entre nous le connaissent. C’est un artiste issu de la classe quatre. Il n’est pas dans nos habitudes de leur mettre des entraves. Il a acquis beaucoup de notoriété dans sa classe, je trouve d’ailleurs, mais c’est une opinion personnelle, qu’il le mérite. Maintenant ses spectacles réunissent parfois des centaines de milliers de personnes. C’est donc un phénomène qu’il nous faut surveiller. Prochainement, il doit donner un spectacle devant la population des quatre cités du pays du centre. Dans un tel rassemblement, on peut craindre des troubles. Mais nous disposerons nos agents qui sauront les éviter.
-   C’est tout de même bizarre ce phénomène Antodieff, remarqua un des membres de l’assemblée.
-   Pas tellement. Il parle aux gens avec une sensibilité qu’ils comprennent, et il a beaucoup de talent ; c’est peut-être exceptionnel, mais pas bizarre. Le fait artistique est difficilement compréhensible, mais c’est un fait. Il nous intéresse peu en tant que tel, la seule chose que nous faisons, c’est maîtriser les effets annexes.
Prad trouvait que la discussion s’enlisait. Il décida d’y mettre fin.
-   Bien, je crois que nous pouvons arrêter là. Les affaires courantes seront expédiées à notre prochaine réunion. Je vous prie donc d’être plus vigilants qu’à l’accoutumée, il se peut que nous traversions une période un peu trouble.
Le jeune Uni se leva à l’autre bout de la salle. Prad lui lança un regard noir, mais ne put l’empêcher de parler.
-   Que va-t-on faire du dénommé Vidor ?
-   Il est bien mal en point maintenant. Nous allons le laisser rentrer chez lui. Probablement, on le retrouvera un jour dans l’herbe édénienne. Les Brigades du Destin sont des charognards friands des victimes de notre police.
-   Ce sera du moins la version « officielle », répartit l’autre
Prad serra les poings jusqu’à ce que ses ongles lui entrent dans la chair, mais il évita de répliquer. Il décida de clore la séance. Les participants se levèrent tous, et après une rapide prière aux Anciens, se séparèrent. Prad attendit que tout le monde soit parti. Desmone traîna un peu, visiblement pour se retrouver de nouveau seule avec lui. Ils se promenèrent lentement devant la longue baie vitrée de la salle du conseil. Ce fut Desmone qui rompit le silence.
-   Plutôt insolent, ce jeune homme, n’est-ce pas ?
-   Oui, mais ce qui me met le plus en rage, c’est qu’il touche des points sensibles.
-   Allons, tout le monde sait bien que nous nous servons des Brigades du Destin.
-   Mais elles ne sont pas notre émanation.
-   Cependant, leur rôle de charognard, comme vous dites, nous sert grandement, quand « officiellement » on ne peut rien faire.
-   Bien sûr, mais leur existence est choquante. Ce jeune Uni a raison. Et de plus, je n’aime pas ces mouvements parallèles. Ils peuvent nous échapper d’un moment à l’autre, et éventuellement se retourner contre nous.
-   Que prévoit la Logisphère ?
-   Pour l’instant, ils servent nos intérêts, mais dans un temps relativement proche, il faudra s’en débarrasser.
Et il ajouta entre ses dents :
-   Et ce n’est pas trop tôt !
-   Allons, mon cher Prad, vous vous laissez emporter par votre côté sentimental irrationnel !
Il eut un sourire désabusé, et le silence retomba.
Ils s’étaient arrêtés maintenant, et contemplaient le lac, dont les reflets changeaient constamment sous les lueurs du jour déclinant. Desmone sortit quelques feuilles d’aloème. Elle en proposa à Prad. Celui-ci eut le réflexe de refuser, puis en prit une et se mit à la mâchonner. Ce fut comme une bouffée de douceur qui coula dans ses veines. Il se détendit.
-   Vous avez déjà assisté à une œuvre d’Antodieff ? Demanda-t-il à brûle-pourpoint
-   J’en ai déjà vu, dans un enregistrement en total.
-   Alors ?...
-   C’est grandiose !... Je ne comprends pas.
-   Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?
-   L’œuvre elle-même. J’ai l’impression que c’est fondamental, profond, que sais-je encore. Mais je ne vois pas d’où ça vient.
-   Pour une Uni, les spectacles de classe quatre vous impressionnent beaucoup !
-   Pour moi, c’est inclassable, au sens littéral du terme.
-   J’ironisais. J’ai le même avis.
-   Qu’en concluez-vous ?
-   Je n’en sais rien, et ce n’est pas la Logisphère qui nous répondra. Antodieff est peut-être un de ces mutants – ou génies, comme vous voudrez – dont le monde artistique nous fait parfois cadeau. En tout cas, il dépasse largement tous les artistes pour la classe quatre que nous avons connus jusqu’ici. Je pense qu’il va devenir un artiste « universel », si je peux me permettre ce mauvais jeu de mots.
-   Ce n’est pas dangereux ?
-   Dangereux, pourquoi ?
-   Eh bien, je ne sais pas. Pour les classes, l’esprit rationaliste…
-   N’oubliez pas que ce n’est qu’un artiste. Il fait partie de ce contrepoids à l’inhumanité de la Logisphère. C’est nécessaire, même la Logisphère l’admet. Si son talent est immense, ce n’est qu’une donnée minime dans le jeu.
-   Il mériterait quand même d’être placé aux plus hauts rangs de la classe trois.
-   Il a refusé.
-   Quoi ! Que me dites-vous là ?
-   L’exacte vérité. On lui a proposé dernièrement de changer de classe. Il a refusé. C’est bizarre, il semble vivre dans un monde à part.
-   C’est bien la première fois que j’entends parler d’une chose comme ça.
-   Moi aussi, Desmone.
Et il ajouta, avec une nuance de malice dans la voix :
- Mais moi, je n’ai pas la mémoire de la Logisphère !
 

Chapitre 3

Boursault n’avait pas refusé de devenir classe deux. Il avait même bataillé longtemps et durement pour ça. Maintenant, il était satisfait de lui.
Vautré dans son fauteuil vibrant et relaxant, tout en contemplant les images conditionnantes émanant des murs de sa villa dernier cri, il repensait, comme cela lui arrivait souvent, à son long cheminement de la classe quatre à la présidence de la confrérie des marchands, un des plus hauts postes de la classe deux. Il ne devait rien à personne, sinon aux Anciens, qui avaient, dès l’origine, créé des filières de passage entre les classes, filières étroitement contrôlées sous la supervision de la Logisphère, qui décidait toujours de la logique des choses.
Ces passages étaient possibles, mais rares. Il fallait donner des preuves très convaincantes d’intégration au système, et avoir une combativité exceptionnelle pendant très longtemps. Pour Boursault, ce dernier point n’avait pas été un gros problème. Il était né avec l’ambition au ventre, et n’avait jamais ménagé ses efforts. Il ne comptait d’ailleurs les compromissions dans lesquelles il avait délibérément trempé. Il avait commencé par être un « marchand de plaisirs », selon l’expression consacrée, dans le quartier spécialisé de la cité I, quartier qu’il avait fini, peu à peu, à contrôler dans sa totalité. Ce fut sa période relativement honnête. Puis les prêtres l’avaient contacté – officieusement. Ils voulaient qu’il devienne leur distributeur. Il avait fourni alors toute la cité en végétaux édéniens, dispensateurs d’évasion, en plantes orgasmiques, jusqu’aux feuilles d’aloème, officiellement réservées aux classes supérieures.
Ce fut le début de son immense richesse… Et aussi le moment où il commença à avoir du sang sur les mains. Mais puisqu’il semblait avoir la bénédiction des prêtres et des Unis ! Son influence s’étendit sur les autres cités, et il devint si important que les Unis ne purent que lui proposer son passage en classe deux, passage qui d’ailleurs s’intégrait au plan de la Logisphère. Bien sûr, Boursault accepta l’offre avec délectation, mais il ne s’arrêta pas là, son ambition n’avait pas encore trouvé sa limite.
Il avait une position clé. Directement lié au pouvoir central par sa fonction, il s’était rendu nécessaire, et on le ménageait. Par ailleurs, le commerce des végétaux édéniens était une affaire commerciale sans précédent. À l’intérieur de la confrérie des marchands, il s’imposa rapidement. Éliminant tous les gêneurs, il se haussa rapidement à la présidence. Maintenant, il traitait directement avec les représentants des Unis et des prêtres. Dans sa propre classe, il n’avait pour interlocuteurs que les plus hauts responsables de l’union syndicale. Il pouvait difficilement monter plus haut, et cela semblait le gêner. C’était peut-être, pensait-il, la raison de ces frictions qu’il avait eu dernièrement avec la confrérie des administrateurs.
Il chassa ces pensées de son esprit et s’adressa un satisfecit provisoire. Pour se changer les idées, il s’absorba dans la contemplation des images conditionnantes qui le plongèrent dans une rêverie neutre.
Une vibration le tira de sa léthargie. Quelqu’un s’annonçait à la porte. Avec un mouvement de mauvaise humeur, il se leva et s’approcha du vidéocran. Sa présence alluma l’image. Il eut un petit choc de surprise en reconnaissant Jiliane qui attendait devant la porte.
Il connaissait Jiliane depuis très longtemps, depuis ses débuts dans le quartier des plaisirs de la cité I. Jiliane ne semblait pas du tout s’être attachée à lui, ce qui n’était pas son cas. Cependant, devant sa passivité, il avait vite renoncé. Pourtant, une relation ambigüe bizarre s’était installée entre eux, et ils étaient restés constamment en relation. Lui, absorbé par sa volonté de gravir les échelons, aimait s’attacher cette fille mystérieuse et belle, comme si elle représentait un fétiche à ses yeux. Il l’avait littéralement achetée – pensait-il - en lui procurant force cadeaux et privilèges, parmi lesquels le laissez-passer spécial pour venir lui rendre visite en classe deux. De son côté, Jiliane, malgré une indifférence teintée de mépris clairement exprimée, n’avait jamais rompu sa relation avec lui.
Bien sûr, leurs rencontres étaient intéressées. Elle venait le voir pour sa fonction de Président de la confrérie des marchands, afin d’obtenir des avantages ou des informations pour des personnes de son réseau, qui était visiblement important. Boursault sentait bien qu’elle maintenait, sans doute malgré elle, une ambiance trouble dans leur rapport. Cela n’était d’ailleurs pas pour lui déplaire. C’était pour lui un contact précieux avec les classes quatre. Jiliane lui avait parlé un peu de son réseau, « son organisation » disait-elle. Il avait accepté de les aider, mais ne partageait pas du tout les points de vue qu’elle défendait. Le mythe du réveil des Anciens le laissait complètement indifférent : il ne se sentait pas impliqué du tout dans cette lutte à la fois idéologique et théologique.
Selon lui, les classes quatre réagissaient comme prévu. Il ne tenait pas trop à se désolidariser. Non pas que sa conscience d’ancien classe quatre soit encore vivace chez lui, mais par pure opportunité. On ne sait jamais ! Par ailleurs, les informations qu’il pouvait glaner sur certaines affaires clandestines lui donnait du pouvoir, et éventuellement un moyen de pression ou d’action que bien d’autres lui envieraient.
Jiliane s’impatientait sur le pas de la porte. Il lui ouvrit. En entrant, elle posa sur lui un regard terne.
- Bonjour, Boursault.
- Bonjour Jiliane, c’est gentil de venir me voir.
- J’ai un certain nombre de choses à te dire.
- Assieds-toi, prends ton temps. Je vais te servir à boire.
Jiliane s’assit dans un fauteuil vibrant. Elle ne prononça pas une parole. Boursault la regardait du coin de l’œil. Il la trouvait vraiment très belle. Il lui tendit un verre.
- Comment vas-tu ? Ça fait longtemps…
- Un peu fatiguée…
- Les plantes orgasmiques ?
Elle ne releva même pas la douteuse plaisanterie machiste et trempa ses lèvres dans le liquide rafraichissant.
- Il faut que je te parle sérieusement.
Boursault s’assit à côté d’elle. Il avait repris son air sérieux, contacté.
- Moi aussi Jiliane.
Elle le regarda avec une expression de surprise. Elle voyait qu’il ne plaisantait plus.
- J’ai appris l’arrestation de Vidor.
Elle sursauta.
- Mais comment l’as-tu su ?
- Dans ma position, il vaut mieux tout savoir.
- Alors ?...
- Alors, je suis bien embêté. Les Unis se doutent de quelque chose, c’est sûr. Ça sent le roussi. Vous n’avez pas été prudents.
- Ça n’a rien à voir. Ce sont des choses inévitables. Nous allons passer bientôt à l’action, et les choses deviennent plus dangereuses, nous sommes plus exposés. C’est logique, et donc ça a des conséquences. Nous essayons de réduire ces conséquences au minimum.
- Vous êtes irresponsables, vous n’êtes pas prêts.
- C’est faux. Et de plus, nous ne pouvons plus attendre, sinon nous allons rentrer dans leurs paramètres d’évaluation, et ils nous détruiront.
- Jiliane, tu sais que mon estime pour votre organisation est tout à fait relative. Je vous ai fourni des contacts et des informations sans grande illusion, je ne vous l’ai jamais caché. Je pouvais le faire sans grand dommage pour mes intérêts.
- On avait bien compris que tu faisais ça sans trop te mouiller. Ça te profite aussi.
- Pas tellement. Ne crois pas ça.
- Pour l’instant peut-être. Mais quand les Anciens s’éveilleront, tu seras au premier poste.
Boursault eut un mouvement d’humeur.
- Je n’y crois pas. Ce sont des fadaises de classe quatre. Vous êtes manipulés, et vous marchez à fond.
Jiliane se leva en colère. Boursault était presque content de la voir éprouver un sentiment.
- Alors, selon toi, les Anciens n’existent pas ?
- Je n’ai pas dit ça, tu blasphèmes. Je ne crois pas en la Prophétie, leur réveil est mythique. Ils ont créé notre société il y a bien longtemps. Ils nous ont laissé les moyens de leur rendre un culte. Mais maintenant notre monde suit sa juste destinée, ou du moins une évolution régulière. Nous n’y pouvons rien, les Anciens sont partis, leur rôle n’est plus d’intervenir.
- C’est toi qui blasphèmes. Les Anciens n’ont pas voulu ce que nous vivons actuellement. Il faut qu’ils s’éveillent et qu’ils y mettent bon ordre.
- Ce que tu dis tient du registre de la foi religieuse. Ça ne sauvera jamais rien ni personne.
- On dirait que tu as oublié ta condition de classe quatre. Si tu en es sorti, les autres, eux, y restent et y souffrent. Et ils y mourront encore pendant des générations si on ne fait rien.
- Oui, oui, je sais. Et vous vous comptez y faire quelque chose !
Jiliane se calma tout à coup. Elle se rassit.
- Et même très bientôt…
- C’est impossible, vous courez au suicide.
- Penses ce que tu veux, la décision est prise.
- Alors, ne comptez pas sur moi. Je ne marche pas dans un projet perdu d’avance.
- Nous avons besoin de toi pour avoir le soutien des marchands.
- Il n’en est pas question.
La réponse était tombée, nette et tranchante. Boursault avait élevé la voix, sans colère, mais avec une grande fermeté. Jiliane se taisait, trop calme, comme si elle n’avait pas compris. Elle le regarda longuement, et finit par articuler d’une voix blanche :
- Mais tu es fou !
- Non, je ne suis pas fou. Je suis responsable.
- Mais comment peux-tu nous laisser tomber. Tu sais très bien que nous avons besoin du circuit des marchands pour arriver à l’astroport des prêtres. Sans ça nous sommes coincés.
Boursault sauta de son siège et leva les bras au ciel.
- Par les Anciens ! Quel projet dément. Vous êtes complètement fous.
Les rôles étaient inversés. C’est maintenant Boursault qui se mettait en colère. Jiliane, effondrée sur son fauteuil, avait du mal à réagir.
- Mais tu nous avais promis…
- C’est vrai, mais nous nous sommes réunis dans la confrérie. Je n’ai bien sûr pas dévoilé vos intentions, mais mes compagnons faisaient de très fortes réserves sur toute tentative d’action dans l’état actuel des choses. Nous vous demandons donc de différer vos projets à une date plus propice.
Jiliane se redressa.
- C’est impossible, il est trop tard.
- Dans ce cas, ce sera sans nous. Nous observerons tout de même une neutralité complète à votre égard et ne nous ne vous entraverons pas, quelles que soient vos actions.
- C’est très aimable de votre part.
Jiliane avait repris sa morgue. Elle se leva brusquement.
- Maintenant, nous n’avons plus rien à nous ire. Je m’en vais.
- Il ne faut pas le prendre comme ça. Nous sommes impliqués dans des destins divergents qui nous dépassent. Ce n’est pas un problème personnel. Nous nous connaissons depuis longtemps. Ne gâchons pas tout.
Jiliane recommençait à trembler de colère.
- Laisse-moi partir, je te dis.
Pour toute réponse, Boursault sortit quelques feuilles d’aloème d’une boîte finement dorée et ciselée et lui en proposa. Elle s’en détourna. Il haussa les épaules et commença à en mâcher une. Jiliane se mit à tourner en rond dans la salle. Avec rage, elle s’approcha de la boîte dorée et prit une feuille qu’elle se mit à mâcher. Elle se décontracta presque aussitôt.
- Tu vois, sourit Boursault, tu peux bien attendre quelques instants ici.
- Tu es une ordure !
- Tu sais bien que ces mots n’ont pas de prise sur moi. Finis donc ton verre.
Jiliane ne fit pas un mouvement. Boursault haussa les épaules une nouvelle fois et se rassit dans son fauteuil vibrant.
- Dans quelques instants, il faudra aller au culte. N’oublie pas que c’est le jour. Si tu veux, je t’emmène avec moi.
Jiliane ne desserra pas les lèvres. Mais Boursault savait bien qu’elle accepterait. C’était en général un privilège, même s’il n’était pas si rare que ça, pour une classe quatre d’assister au culte des Anciens dans les loges des classes supérieures. Sans doute, Jiliane n’était pas sensible à ça (« qui sait », se dit-il), mais elle accepterait par indifférence et parce que, de toute façon, elle se devait d’être présente à la cérémonie. Les absences étaient très mal vues.
Elle s’assit comme un automate. Sa brusque colère, et la décompression soudaine due aux feuilles d’aloème l’avait quelque peu assommée. Elle ne prononça pas une parole pendant de longues minutes, regardant fixement le mur, comme hypnotisée par les images conditionnantes qui s’y affichaient.
Boursault se sentit un peu gêné. Il essaya de rompre la tension.
- Que comptiez-vous faire sur l’astroport ?
Jiliane tourna la tête vers lui et lui lança un regard glacé.
- Pourquoi parles-tu au passé. Avec ou sans toi, avec ou sans les marchands, nous nous rendrons à l’astroport. Nous irons sur Éden, où les Anciens nous attendent.
- Et la Logisphère ? Il lui faudra quelques millisecondes pour comprendre vos plans et vous massacrer.
- Tu as raison. Tu raisonnes très logiquement.
Elle détourna le regard. Elle avait visiblement fini de parler. Boursault n’insista pas. Il se leva.
- Je vais au culte. Tu viens avec moi ?
Comme il avait prévu, elle se leva et le suivit.
"J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé" (Voltaire)

No comments for this topic.