04/12/23 - 20:30 pm


Sites amis

Auteur Sujet: Je Dangereux de Sophie Herrault  (Lu 51479 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

En ligne Apogon

  • Administrateur
  • Membre Or
  • *****
  • Messages: 230
  • Sexe: Homme
Je Dangereux de Sophie Herrault
« le: jeu. 31/08/2023 à 17:43 »
Je Dangereux de Sophie Herrault



Pour l'acheter : Amazon     Kobo 

On n’a pas deux fois l’occasion de vivre sa vie.
Sophie Herrault

 
Prologue

— Il est toujours vivant !
— Quelles étaient ses chances de survie ?
— Théoriquement aucune. C'est incompréhensible.

 
Première partie : solitude

Solitude : état de quelqu’un qui est psychologiquement seul (définition du dictionnaire Larousse)

Vivre, c'est agir.
Anatole France - Le jardin d'Épicure

 
La fuite

Ils me poursuivent…
Malgré un mal de crâne intense, mon cerveau fonctionne à toute vitesse. Pour le moment, je ne les vois et je ne les entends pas. Cela me laisse un peu de répit. Mes paupières sont lourdes et gonflées. Mon champ de vision restreint ne laisse apparaître que les quelques mètres devant moi. Le reste est plongé dans le noir comme si je n’avais accès qu’à une toute petite partie de l’information habituellement disponible. Je vois à peine où je pose mes pieds. Mon cœur bat la chamade. J'avance péniblement. Le sol est très boueux. Je m'enfonce jusqu'à la cheville. Malgré le risque que j'encoure, je décide d'arrêter ma course un instant pour mieux cerner le lieu où je suis. Pour voir au loin avec mes yeux mi-clos, je dois incliner le visage vers le ciel. Un courant électrique désagréable me parcourt la nuque. La tête me tourne et je crois perdre l'équilibre. Je ferme les yeux le temps de laisser passer cette sensation.
Je les ouvre pour découvrir cet environnement marécageux. Peu d'endroits pour se cacher. Il y a bien quelques herbes hautes par-ci par-là. J'ai beau être fin comme une allumette, cela demeure une expression. Rester immobile derrière un bosquet que je distingue à une dizaine de mètres ? C'est irréaliste, ils finiront par me trouver. Ma seule chance de rester en vie, c'est d'être toujours en mouvement, d’avoir une longueur d'avance. Je dois poursuivre. J'entends un bruit lointain. Mon cœur se met à battre plus vite. Avancer, toujours avancer. Plus vite. Il y va de ma vie et je veux vivre. Mes muscles me font mal. J'ai la plante des pieds en feu malgré l'humidité qui s'est insinuée au travers de mes chaussures. Continuer, coûte que coûte. Tant qu'ils ne m'ont pas pris, je suis vivant. Je reste libre. Je peux agir.
Je reprends ma course. Maudit mal de crâne, satanées paupières. Si seulement je pouvais voir ce qui m'entoure sans être limité à ces quelques mètres devant moi. Je ne peux pas m'arrêter tout le temps pour savoir où aller. Je cours à l’aveuglette. Je dois avoir l'air d'un fou. Malgré la douleur que je ressens au niveau de la nuque, cette pensée me fait presque rire et me redonne un peu d'énergie. Tant que la bonne humeur est au rendez-vous...
Cela devient trop fatiguant et douloureux. Je n’ai parcouru que quelques mètres et je baisse de nouveau la tête, perdant le peu de visibilité que j'avais de l'environnement. Poursuivre malgré tout…

Soudain, mes poils se dressent. Il se passe quelque chose d'anormal.
— Arrêtez-vous !
Mon cerveau enregistre la phrase, la digère et met en branle tous les signaux d'alerte. Je décode l'ensemble des informations disponibles : le son est proche avec des intonations féminines. Deuxième scanner de la situation : voix autoritaire mais anormalement douce et bienveillante. Mon instinct décide d'obéir à l'injonction. Je m'arrête et relève la tête pour tenter d'apercevoir celle qui me parle.
À quelques pas de moi, je découvre une femme. Son visage lisse et ses cheveux blancs la font paraître sans âge. Son regard est perçant. Elle semble lire dans mes pensées les plus intimes. Pour autant, il n'y a pas d’agressivité dans son expression, juste de la détermination et une pointe d’urgence. Les battements de mon cœur s'atténuent un peu. Le danger ne devrait pas venir d'elle.
— Je n'ai que peu de temps et beaucoup de choses à vous dire. Soyez très attentif.
Elle vérifie qu'elle a bien retenu toute mon attention avant de poursuivre.
— Le danger vous guette de toute part. Vous aurez de nombreux moments de doute. Chaque choix qui se présentera à vous aura des conséquences. Restez toujours à l'écoute de votre cœur et suivez votre instinct. Ce seront vos alliés les plus précieux pour agir au mieux. Une seule question mérite réponse : vivre ou mourir ? Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. Quelle que soit la situation, quoi qu'il arrive, gardez à l'esprit que tout est possible, même l'improbable. Et si vous choisissez de vivre, suivez la lumière…
Je tourne mon regard dans la direction qu'elle me montre du doigt. Un rayonnement intense m'éblouit. Le soleil qui se lève : l'est. Ce serait donc là, ma planche de salut ?
D'autres questions arrivent dans la foulée : qui est cette femme ? D'où vient-elle ? Comment est-elle arrivée jusqu’ici ? Comment savait-elle que j'étais là ? Pourquoi me délivre-t-elle ce message ? Dois-je lui faire confiance ?
Je me tourne de nouveau vers elle, mais elle a disparu de mon champ de vision toujours aussi restreint.
J'entends de nouveau, au loin, des bruits encore confus d'hommes qui crient. Mes pensées se bousculent à la vitesse de l'éclair. Je rassemble toutes les informations dont je dispose : les propos de la femme, le marais, les cris qui se rapprochent, la clarté qui devient de plus en plus forte et m'oblige à fermer les yeux… Prendre une décision : faire confiance à cette messagère, qui n'existe peut-être que dans mon imagination ou poursuivre mon chemin. C'est le moment du choix et de l'action.
 
Questionnement

Suivre mon instinct…
J'ouvre les yeux et les referme aussitôt. La lumière est trop dense. Je porte la main près de mon visage pour me protéger du rayonnement. Une forte confusion règne parmi mes pensées. Le mal de crâne est toujours aussi intense. Pourtant, mon intuition me souffle qu'il s'est passé quelque chose et que la situation n'est plus identique.
De nouvelles informations parviennent jusqu'à mon cerveau. Je n'ai plus cette sensation d'humidité au niveau des pieds, c'est même plutôt une douce chaleur agréable. Mon dos est en appui contre quelque chose de ferme et de souple en même temps. Je ne patauge pas dans un marais. J'ouvre de nouveau les yeux. Je suis dans un lit, en sueur et courbaturé.
La clarté est pourtant toujours présente. C'est un rayon de soleil qui vient de me réveiller. Mon esprit et mon corps sont encore malmenés par le cauchemar. Cela avait l'air tellement vrai… Je ferme de nouveaux les yeux. Je revois la femme me parler. Ses paroles me reviennent comme l'annonce d'une prophétie : « Chaque choix qui se présentera à vous aura des conséquences. » Rien de plus que du bon sens ! Et pourtant, il y avait cette intonation, cette gravité, comme si l'avenir de ce monde était engagé. « Une seule question mérite réponse : vivre ou mourir ? » D'y penser, j'en frisonne. Je m'assois sur le lit tout en essayant de contrer le tournis qui arrive. Je prends ma tête entre les mains. Leur fraîcheur toute relative apaise un peu l'étau qui m'opprime.
Je regarde autour de moi. Des vêtements, du moins je crois, sont posés sur une chaise à côté du lit. Enfin, posés est un bien grand mot. Disons plutôt qu'ils ont été jetés et que miraculeusement la chaise a su les rattraper. L'image me fait sourire, mais le mal de crâne, qui revient en force, beaucoup moins.
La pièce est sobre avec des murs blanchâtres et un vieux linoléum gris anthracite. J’aperçois deux portes fermées. Je n’ai aucune idée de ce qui peut se cacher derrière. Une sorte de radio-réveil et une lampe sont posées sur la table de chevet qui jouxte le lit.
Où suis-je ? Je ne reconnais pas ce lieu. Trop aseptisé pour être un hôtel. Quel est cet endroit ? Dans quel pays suis-je ? Qu’est-ce que je fais là ? Comment suis-je parvenu jusqu’ici ?
Un léger courant d’air, provenant d’une bouche d’aération, me fait frissonner. Une vitre au verre opaque laisse passer les rayons du soleil. J’essaye d’apercevoir ce qui au-dehors, sans résultat. Je prends conscience de l'odeur âcre de ma sueur qui me rappelle de nouveau le cauchemar et tous les muscles endoloris de mon corps.
Qu’ai-je fait hier soir ? Avec qui étais-je ? Comment me suis-je retrouvé dans cet endroit ? Mon cerveau embrumé cherche en vain les réponses. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me souvenir ? Que m’est-il arrivé ? Que s’est-il passé ? D’où me vient ce mal de tête ?
…
Je n'en sais fichtre rien. Je suis incapable de me rappeler quoi que ce soit, même les informations les plus basiques. Je recherche dans ma mémoire un souvenir, n'importe quoi qui pourrait me donner ne serait-ce qu'un début d'explication. Le mal de crâne devient de plus en plus fort, à la mesure de mon insistance. Plus le nombre de questions augmente et plus je sens monter en moi un malaise diffus… Me vient alors l’interrogation sans réponse la plus angoissante de toutes : qui suis-je ?
Rien… Le blanc, l’absence totale. Le vide. Comme si je parcourais les pages d’un livre vierge. Comme si ma vie ne débutait réellement qu'aujourd'hui. J’ai l’impression que l’air se raréfie. Je me sens oppressé. Une citation me traverse l’esprit « Un arbre sans racine n’est qu’un bout de bois ». Où ai-je vu cela ? L’appel de l’Ange , me répond mon inconscient. Je n’y comprends rien ! Serait-ce un livre que j’ai lu ? Une bribe de souvenirs ? La seule chose rassurante cependant, c’est que cette information semble provenir de mon passé. C’est une première bonne nouvelle !
Mon estomac se met à gargouiller. Je me sens nauséeux. Quelle heure est-il ? Et quel jour sommes-nous, d’ailleurs ? Mon esprit rationnel reprend le dessus. Je dois faire quelque chose. À commencer par me lever. J’ai l’impression de devoir fournir un effort considérable pour réaliser ce simple mouvement. Sans compter cette sensation de tournis, comme si j’étais sur un manège. Je patiente quelques secondes, le temps de retrouver un peu de stabilité. Je dois collecter les renseignements là où ils sont. Et pour cela, il faut que j’explore l'endroit où je suis. Mon instinct me pousse à porter de nouveau mon attention sur le radio réveil. Il y a quelque chose d'inhabituel. Je ferme les yeux et les ouvre aussitôt. La pression est moins forte dans ma boîte crânienne, même si tout est relatif. L'heure ! L'heure n'est pas affichée sur le radio réveil. J'appuie sur l'interrupteur situé juste à côté de moi. Pas d’électricité…
Je me lève du lit. Difficilement. Qu'ai-je bien pu faire pour être aussi crispé ? Ai-je rêvé ? Était-ce une retranscription de ce que j'ai vécu ?
… Je ne sais pas. Un épais brouillard recouvre mes pensées. Je n’entrevois aucun passé, ni signe concernant un futur immédiat. Je suis égaré dans le présent. Que suis-je sensé faire aujourd'hui ? Est-ce que quelqu'un m'attend quelque part ? Cette question déclenche une sorte de flash, une présence dans le vide de mes souvenirs. C'était une image dont le passage était bref mais suffisant pour que je m'y accroche. Le Centre. Au cœur de Paris. Dans le Marais. Mon cœur bat plus vite. Mais suis-je toujours en France ? Quel est le lien réel avec le cauchemar ? Il y en a un, je le pressens. Mais lequel ? Je laisse pour le moment la question de côté. Le Centre m'est venu à l'esprit quand j'ai évoqué la notion de retrouver quelqu'un. Alléluia !
Je ne sais pas l'heure qu'il est, mais je vais me rendre à ce rendez-vous, fictif ou réel. J'ai le sentiment que c'est important et de toute façon, je n’ai rien à perdre. Sauf que je suis en pyjama, je sens la sueur, j'ai mal au crâne, je ne sais pas quel est cet endroit et mon ventre recommence à se faire entendre ! Prendre les choses dans l'ordre, une par une. En premier lieu, me laver avec une eau bien chaude. Cela devrait avoir deux effets : me donner un sentiment de propreté et permettre d'atténuer, en partie, le mal de tête et les courbatures. Je verrai la suite après.
Je pousse la première porte que je trouve. Il faut croire que j'ai de la chance : je tombe juste du premier coup. La pièce est petite et sans fenêtre. La lumière provenant de la chambre me suffit cependant pour voir ce qui s’y trouve. La salle d’eau est fonctionnelle, même si les équipements semblent dater de la préhistoire. La nausée me surprend par sa fulgurance. Mon estomac se soulève et j’ai juste le temps de me pencher au-dessus de la cuvette des toilettes avant de vomir de la bile. J’ai les jambes flageolantes lorsque je me relève. Je me retourne vers la douche. Juste à côté, un miroir surplombe le lavabo. Je m'approche et me fige d'horreur. L'image est celle d'un homme d'une trentaine d'années. Encore que l'état de son visage ne permette pas d'en être certain. Un hématome marque son territoire au milieu du front en affichant une bosse énorme aux couleurs de la nuit. Je suppose que mon mal de tête vient de là. Les paupières sont gonflées. J'aimerais que ce soit de la fatigue, mais j'ai un doute à ce sujet. Je regarde de plus près ce visage qui est le mien, en partie déformé et donc méconnaissable. À la lisière des cheveux, j'aperçois une longue balafre que je n'explique pas. Un reste de boue est accroché sur quelques mèches qu'une toilette rapide n'a pas dû suffire à enlever. En me déshabillant, je remarque alors les autres contusions et cicatrices, comme des îles plus ou moins grandes qui parsèment mon corps. Des archipels de douleur, aux couleurs flamboyantes. En noir et blanc avec un effet négatif, mon corps aurait ressemblé à la voie lactée par une belle nuit sans nuage. Quelle que soit la teinte, j'aurais pu être la matrice de l'univers. Qui sait, peut-être même Dieu ? Une divinité de l’oubli ? Quelle drôle d’idée ! Pour avoir des pensées pareilles, je dois être du genre optimiste. Pourtant, les faits sont là et mon rêve n'explique rien… Je sonde de nouveau ma mémoire. Que s'est-il passé ? Je ressens soudain une impression de chute dans le vide. Mes pieds se dérobent. Un grand froid m'envahit, me glace, me paralyse. Un trou noir avale le décor.
***
J'ouvre les yeux, désorienté. Il me faut quelques minutes pour comprendre ce qui se passe. La salle de bain. Le rêve. Je constate que je suis allongé par terre. J'ai dû m'évanouir. Frigorifié, je me remets lentement debout et me dirige vers la douche. Le jeu d'eau chaude apaise les tensions et dénoue mes muscles contractés. Je ferme les yeux un court instant, pour ne penser à rien et faire le vide, même s'il n'y a pas grand-chose à vider. Ce moment, hors du temps, me redonne un brin de sérénité : là, maintenant, ici, tout va bien. Même au cœur du chaos, réside un espace de tranquillité où je peux me ressourcer…
Mon ventre émet de nouvelles protestations. Je sors de la douche, m'essuie rapidement et récupère les vêtements sur la chaise. Ils me vont bien, c'est toujours ça de gagné.
Il faut que je mange, le reste devra attendre. Une chambre, une salle d'eau, un salon-cuisine. Un logement de vingt mètres carrés datant un peu. Il est meublé très sommairement pour une personne seule, même s'il subsiste çà et là quelques cartons à déballer. Ou à emballer ?
La fenêtre de la cuisine, constituée de pavés de verre dépoli, diffuse de la lumière, mais n’apporte aucune visibilité. Une drôle d'odeur familière règne dans cette pièce. Je n'y prête pas attention. Je cherche plutôt ce qui pourrait me sustenter. Le frigidaire est presque vide. Une bouteille de soda devrait m'aider à soulager le mal de tête. Une boîte d’allumettes traine par terre. Elle a dû tomber. Dans un placard, quelques conserves, des pâtes et des céréales me font la cour en concurrence avec un paquet de gâteaux secs. Je décide de dévorer le maïs soufflé avec un peu de lait trouvé juste à côté, et de conserver les biscuits pour plus tard. Après quelques instants, je me sens nauséeux. Le lait était peut-être périmé. En revenant sur mes pas, j'aperçois sur la table un téléphone portable. J'ai l'impression de le reconnaître. C’est sans doute le mien. Il contient sûrement des éléments de réponses. C’est peut-être même le déclencheur qui va me permettre de connaître ce qui s'est passé. Je me sens excité, impatient. Enfin, je vais savoir. J'appuie sur la touche pour l'allumer.
Entrer le code SIM. J'ai l'impression d'assister à un canular. J’essaye quelques combinaisons de chiffres sans succès. Un rire nerveux s'empare de moi. Des larmes me viennent aux yeux. Un mot de passe. Un simple mot de passe dont je ne me souviens plus et qui m'empêche d'accéder à des réponses. Je sens l'étau se resserrer autour de mon cœur avec la même intensité que l’excitation de l'instant précédant. Ce n'est pas possible.

« Quelle que soit la situation, quoi qu'il arrive, gardez à l'esprit que tout est possible même l'improbable. » Je ne pensais pas que ce rêve prendrait forme de cette façon et qu'il trouverait un écho dans la réalité que je suis en train de vivre. Le fait est que je ne comprends pas ce qui m'arrive. Pourtant, c’est ce que j’expérimente, que je souhaite y croire ou non, que ce soit agréable ou non.
J'ai soudain envie d'abandonner la lutte, de mourir à cet insupportable présent, de m’anéantir dans un abîme d'oubli. Définitivement. Complètement. Ce serait tellement plus facile que de devoir se battre contre soi-même…
Mon esprit se rebelle à cette idée. Je rassemble toutes les informations dont je dispose : je suis dans la peau d'un homme qui ne sait rien, ni de sa vie passée, ni de celle à venir ; je me trouve dans un lieu dans lequel je viens d'arriver ou duquel j'allais partir ; j’ai un nombre incalculable d’interrogations en attente. « Une seule question mérite réponse : vivre ou mourir ? Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. » Ma messagère avait raison. Prendre une décision : vivre ou mourir ? Disparaître ? Rester ce que je suis, une personne amnésique, et attendre que mes souvenirs reviennent ? Devenir ce que je souhaite être ?
"J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé" (Voltaire)

No comments for this topic.