19/11/18 - 04:24 am


Sujets récents

Nouvelle N°8 : Tout ce qui est humain par sylvie KOWALSKI
[Hier à 23:24]


Nouvelle N°7 : Faut bien se nourrir par La Plume Masquée
[dim. 11 nov. 2018 à 15:53]


El Matador (l'intégrale) de Isabelle Morot Sir par Apogon
[jeu. 8 nov. 2018 à 17:00]


Nouvelle N°6 : Histoire d’oreille par La Plume Masquée
[dim. 4 nov. 2018 à 16:11]


Nouvelle N°5 : Beauté épinglée par La Plume Masquée
[dim. 28 oct. 2018 à 14:51]


Puerto Nuevo de Laura D par Apogon
[jeu. 25 oct. 2018 à 17:52]


Nouvelle N°4 : La spectre de la vérité par La Plume Masquée
[dim. 21 oct. 2018 à 17:03]


Nouvelle N°3 : Dans la bouche par Mag
[dim. 14 oct. 2018 à 22:03]


Nouvelle N°2 : Plus fort que Superman par Magali Laguillaumie
[jeu. 11 oct. 2018 à 20:08]


A trop en vouloir de Fabienne Belle par Apogon
[jeu. 11 oct. 2018 à 18:05]

Sites amis

Auteur Sujet: Nouvelle N°5 : Beauté épinglée  (Lu 253 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

En ligne La Plume Masquée

  • Administrateur
  • Membre Platine
  • *****
  • Messages: 615
  • Sexe: Femme
    • Libres Ecritures
Nouvelle N°5 : Beauté épinglée
« le: dim. 28 oct. 2018 à 14:51 »
Bonjour à tous 😀
5e nouvelle du trophée Anonym’us «Les mots sans les noms» 😋 une tranche de vie, le clivage des générations... 😅 je suis sûre que cela vous parle 😜
N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaires :pouceenhaut:
Bonne lecture à tous :clindoeil:

Beauté épinglée

L’homme contemplait le corps pâle et immobile. Elle n’avait pas encore seize ans, et pourtant, l’on pressentait la beauté qu’elle pourrait devenir. L’on devinait de fines veines bleutées courant sur la peau si blanche qu’elle en paraissait presque translucide. Le visage de l’adolescente, nu de tout artifice hormis un anneau fin perçant l’arcade sourcilière, semblait sorti tout droit d’un tableau peint par l’un de ces maîtres italiens des temps anciens. Une beauté pure et épurée.
Un semblant de rictus, à peine esquissé, paraissait étirer ses lèvres pleines en un salut moqueur et fuyant. L’homme imagina l’adolescente ouvrant les yeux en grand, entre stupeur et révolte, et son cœur se serra. Elle ne pourrait plus jamais s’enfuir. Elle était à sa merci. Il avança la main comme pour caresser les cheveux courts et soyeux, aussi noirs qu’une nuit sans lune, mais suspendit son geste, brusquement gêné. Il n’avait pas l’habitude de se sentir aussi démuni et impuissant…
Quels pouvoirs détenait-il ici-bas ? Que pouvait-il changer au cours du temps, quelles marques laisserait-il quand il serait parti ?
— Nous sommes si peu de choses, murmura-t-il, brusquement las. Nous sommes réduits à si peu… À rien, en fait. Nous ne sommes rien. Et toi, jeune fille : quels sont tes rêves, tes espoirs, tes…

***

Espèce de gros dégueulasse ! C’est ça, vas-y, mate-moi autant que tu le veux, et va crever en enfer ! C’est pas parce que je ne peux pas bouger qu’il faut que tu te sentes si fort. Mate-moi tant que tu le peux, car je te garantis que ça ne va pas durer. Attends que je puisse me défendre et t’exploser ta sale gueule de pervers !
Toute ma vie, j’ai dû en affronter, des gros lards comme toi, des frustrés du slip et des soumis à leur bonne femme. T’es pas le premier, mon gros, mais je jure que tu seras le dernier, et tu le sentiras passer !
Mais quelle journée de merde ! Ça aurait pourtant dû être ma journée, celle où je ne me serais enfin occupée de moi, et de moi seule. À partir de quel moment ça a foiré ? Justine devait m’attendre devant le pub avec les autres, et on allait s’en payer une bonne tranche.
Il faut juste… que… je puisse… me souvenir de…

***

L’homme soupira et remit son masque en place. La jeune fille pâle et immobile accaparait toute son attention.
Dans un coin de la pièce, son assistant attendait la fin du rituel pour intervenir auprès du légiste. Il savait que le médecin avait besoin de ce moment de communion avant de poursuivre le lent travail de déshumanisation entamé par la mort brutale. Cherchait-il à conjurer le triste sort ? À faire revivre, même pour un éphémère instant, ce qui n’était plus, tel un démiurge en bout de course ?
Sarah, quinze ans, tuée par son père pour un simple piercing au sourcil. Il l’aurait poussée dans un accès de rage, la gamine tombant comme une masse, sa tête heurtant le coin d’un meuble en bois massif. Le crâne enfoncé près de la tempe témoignait de la violence du choc. Le père avait avoué, en larmes et le visage plein de morve, avant de se rétracter et d’accuser sa fille de l’avoir provoqué.

L’assistant haussa les épaules, désabusé. Il était temps de se mettre au travail et de faire parler le corps.



No comments for this topic.