29/09/21 - 00:49 am


Sites amis

Auteur Sujet: Et pour le pire de Noël Boudou Éditions Taurnada  (Lu 10133 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne La Plume Masquée

  • Administrateur
  • Membre Platine
  • *****
  • Messages: 653
  • Sexe: Femme
    • Libres Ecritures
Et pour le pire de Noël Boudou Éditions Taurnada
« le: dim. 23/05/2021 à 17:21 »
Synopsis :

Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
Depuis vingt ans, Vincent Dolt n'a qu'une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
Mais une vengeance n'est jamais simple, surtout à 86 ans.
Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…


Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Joël des « Éditions Taurnada » pour sa confiance, et pour m’avoir permis de découvrir ce nouveau roman en avant-première.
  Vingt ans, vingt ans que Vincent ressasse ce jour maudit. Vingt ans qu’il rumine sa rancœur, sa tristesse, sa vengeance, depuis que sa vie a tourné au cauchemar.
Depuis que sa femme, sa douce Bénédicte a été assassinée, violée, brûlée, dans d’horribles circonstances. Un acte d'une sauvagerie inimaginable, impensable, insoutenable.
Vingt ans qu’il n’a pas pu faire son deuil, qu’il tient debout dans le seul but de faire la peau à ces « salauds » qui l’ont empêché de vivre heureux à ses côtés.
Ces trois brutes assoiffées de sang en ont pris pour 20 ans, et leur libération est imminente. Enfin, Vincent va pouvoir se venger, libérer sa rage si longtemps contenue.
Sauf qu’à 86 ans, un tel projet s’annonce difficile à réaliser. Mais Vincent est prêt à tout, et n’a plus rien à perdre !
Dès les premières pages, nous voici plongés, happés, enferrés, au cœur d’un univers particulièrement sombre, mais terriblement touchant.
À peine les premières pages avalées, nous ressentons immédiatement de l’empathie pour Vincent, ce vieil ours solitaire à la langue bien pendue et aux sacrées réparties ; il se qualifie lui-même de « vieux con », et ne rate jamais une occasion d’exprimer réellement ce qu'il pense, quitte à déplaire.
Il aurais bien aimé lui aussi que la grande faucheuse vienne le chercher, pouvoir rejoindre sa bien-aimée pour être de nouveau heureux là-haut. Puisqu’il en a été autrement, il en a profité pour peaufiner, sublimer, préparer avec beaucoup d’attention ce moment où il pourra, enfin, se faire justice.
En attendant, Vincent boit. Des bières, beaucoup de bières, et bien d’autres alcools aussi. Que lui reste-t-il d’autre dans sa pauvre existence, si ce n’est les quelques sorties avec son chien encore plus décrépi que lui, encore plus perclus de rhumatismes que ses propres os tous rouillés lui permettant tout juste l’aller retour entre sa chaise et le frigo pour se saisir du fameux breuvage.
Alors, quand un gentil couple de Sénégalais avec leurs 2 enfants viennent s'installer à coté de chez lui, il voit ça d’un très mauvais œil, et refuse tout rapprochement qui pourrait contrecarrer ses objectifs. A son grand âge, il n'a plus rien à prouver à personne et n'attend plus rien d’autrui.
Pourtant, entre France la femme flic à la fabuleuse beauté, et son grand et puissant Bao, un lien spécial va se créer ; des souffrances, des similitudes dans leurs histoires vont les rapprocher.
Une amitié va se créer ; il va tomber sous le charme de la belle France, se prendre d’affection pour leurs deux petits...
Et si finalement une petite aide extérieure était la bienvenue ?
Ne dit on pas que l’union fait la force ?
Il se sent si vieux, si faible, qu’à plusieurs, son projet aurait peut-être plus de chance d’aboutir ?
Va-t-il assouvir sa soif de vengeance ?
Et si cette petite entreprise s’annonçait plus complexe que prévue ?
Les événements vont s’enchaîner, et nos protagonistes seront très vite emportés dans la spirale de l'horreur... .
Toutefois, malgré une intrigue addictive et rondement menée, quelques écueils ont entravé ma lecture.
En effet, j’ai trouvé une certaine redondance dans les sévices qu’a subi Bénédicte, la femme de Vincent. Non pas que ce soit inintéressant de savoir tout ce qu’elle a subi, mais le côté gore, difficilement supportable par certains moments, alourdit peut-être le récit, puisque tous les personnages nous donnent les fameux détails sur ce qui à pu se passer lors de cette tragique soirée.
De plus, aucune enquête, peu de mystères ; ce n’est pas le but de l’auteur. Ici, on va se focaliser sur l'expression de l’injustice, sur l’effervescence intérieure, posant par ailleurs une question très intéressante : peut-on pardonner de tels actes ?
Cela étant, j’ai eu l’impression par moment de nager entre rêve et réalité, entre pensées d'actes vécues et non vécues. En bref, j’aurais apprécié avoir davantage d’explications rationnelles au profit de messages en pointillés.
Enfin, j'ai trouvé que le scénario manquait un peu de crédibilité. En effet, certaines situations arrivent un peu trop facilement, ou manquent de réelle cohérence.
Par exemple, quand on sait le grand âge de Vincent, qu’on connait ses difficultés à se mouvoir comme pour mettre ses chaussures... comment expliquer la facilité désarmante avec laquelle il arrive à voler un chien dans un refuge comme s’il s’agissait d’attraper une pomme posée sur une table ?
Même ressenti avec la scène du supermarché ou les vigiles agressent Vincent et sa voisine alors qu’elle est policière, provoquant une bagarre tellement invraisemblable ?
Pour autant, ce roman a beaucoup de qualités. Même s’il s’agit d’un roman noir par excellence, il y a aussi beaucoup de luminosité, et le lecteur passe par tout un panel émotionnel, entre sourires, attendrissement et peine infinie de voir cet attachant ronchon survivre ainsi dans l'attente inéluctable de la mort.
Malgré les côtés négatifs sus-cités, on y trouve aussi des sujets très importants comme l’amour, la famille, et surtout voir renaître la flamme de l’espoir dans les prunelles d’un vieillard qui se croyait au crépuscule de sa vie.
 Sous une plume directe, tantôt brute et saisissante, tantôt juste et percutante, ce roman questionne aussi sur le pardon, sur la légitimité de commettre une mauvaise action au nom du bien, mais aussi sur le racisme au travers de Bao et de sa famille
Vous l’aurez compris, malgré quelques écueils rencontrés, ce roman m’a tout de même beaucoup plus, tant pour l’originalité de l’histoire, que pour la singularité de ses personnages.
Alors, si vous aimez les romans atypiques, de ceux qui vous chamboulent, vous émeuvent tout en vous faisant réfléchir.... foncez, ce livre est fait pour vous ; vous ne serez pas déçus :pouceenhaut: 
Attention, âmes sensibles s’abstenir 😅

Ma note :

:etoile: :etoile: :etoile: :demietoile: :etoilegrise:



Pour vous le procurer : Taurnada Éditions     Amazon
 

Réseaux sociaux : Twitter     Facebook


No comments for this topic.