Auteur Sujet: Le Dernier festin des vaincus de Estelle Tharreau Éditions Taurnada  (Lu 16902 fois)

0 Membres et 6 Invités sur ce sujet

Hors ligne La Plume Masquée

  • Administrateur
  • Membre Platine
  • *****
  • Messages: 661
  • Sexe: Femme
    • Libres Ecritures
Résumé :

Un soir de réveillon, Naomi Shehaan disparaît de la réserve indienne de Meshkanau.
Dans une région minée par la corruption, le racisme, la violence et la misère, un jeune flic, Logan Robertson, tente de briser l'omerta qui entoure cette affaire. Il est rejoint par Nathan et Alice qui, en renouant avec leur passé, plongent dans l'enfer de ce dernier jalon avant la toundra.
Un thriller dur qui éclaire sur les violences intracommunautaires et les traumatismes liés aux pensionnats indiens, dont les femmes sont les premières victimes.


Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier Joël des éditions Taurnada pour sa confiance et pour m’avoir fait découvrir en avant-première ce nouveau roman à la quatrième fort inquiétante.
Ayant déjà lu et fort apprécié certains des précédents romans "La peine du bourreau", "Les eaux noires", "Digital way of life", "Il était une fois la guerre", avec leurs ambiances si particulières, j’étais curieuse et impatiente de voir ce que l’auteur allait nous réserver pour son dernier opus ^^

C'est le cinquième roman que je lis de cette auteure, et cette fois, j’ai eu beaucoup de mal à trouver les mots pour décrire mes ressentis. Le sujet abordé, même s’il titillait grandement mon intérêt, m’a de suite fortement interpelée par sa gravité, sa dureté et son côté révoltant. Attention, âmes sensibles s’abstenir ⚠️.
En effet, le résumé et l’avant propos à peine avalés, nous voici projetés, immergés, enferrés au cœur du Grand Nord canadien, où le cruel quotidien de la réserve indienne de Meshkanau va nous être conté.
Cette terre reculée et désertique, abrite encore quelques membres de ce peuple pétri de tradition. Quelques autochtones luttent désespérément pour maintenir leurs droits, leurs parcelles de terre et surtout leur dignité face aux "hommes blancs" qui détiennent tous les pouvoirs. La pauvreté, la violence et la corruption règnent en maître et gangrènent les lieux.
Et ce n’est pas avec le projet d’une scierie d’envergure que les choses vont s’apaiser, bien au contraire ; la jalousie et les tensions entre les deux clans se retrouvent exacerbées.
Alors quand le soir du réveillon, la jeune Naomi Shehaan du camp des Innus, 16 ans à peine, est retrouvée sur le lac gelé, battue à mort, sous une couche de neige, c’est l’étincelle qu’il fallait pour mettre le feu aux poudres.
Une enquête devrait débuter, sauf que la police locale pense que ça n’en vaut pas la peine. Vous comprenez, pour eux, « hommes blancs », les filles autochtones Innu, sont des filles à problèmes : fugueuses, prostituées, droguées, contrairement à celles de leur communauté… Alors pourquoi s’embêter ?
Même si ce tableau n’est pas entièrement faux, pourquoi une telle différence de traitement ? Pourquoi ne pas considérer tous les êtres humains de la même manière ?
En plus, dès l'enfance, les enfants Innus sont arrachés à leur famille, et placés en internat catholique pour y être éduqués comme des « blancs » afin de perdre leur identité culturelle et devenir de la main d’œuvre gratuite.
Comment, dans de telles conditions, peut-on psychiquement se développer, ce, sans ne développer aucune séquelle ?
Comment garder la tête haute, vivre normalement et ne pas sombrer dans la précarité, dans l'alcool et la drogue, surtout quand naître femme est considéré comme une tare ?
L'affaire est confiée à Logan Robertson, un jeune policier sans expérience et considéré comme léger d’esprit par ses collègues. Roy le chef de la police de Pointe-Cartier et les autorités locales espèrent ainsi que cette affaire, comme toutes les autres du genre, finissent par être classée sans suite.
Sauf que, scandalisé par le comportement de sa hiérarchie, celui-ci ne l’entendra pas de cette oreille, et tentera de faire le jour sur cette histoire, aidé par 2 étudiants Alice et Nathan, qui renouerons avec leur douloureux passé.
Dans ce décor immersif à l'ambiance pesante, nous allons assister, choqués et impuissants, à l’affreux constat d’une région du monde où le viol des femmes autochtones et leurs meurtres sont monnaie courante sans que cela ne perturbe grand monde, même pas les familles, qui, depuis bien longtemps, ont baissé les bras devant l’injustice et la discrimination.
Grâce a une écriture directe et accrocheuse, acérée et percutante, les page vont se tourner à toute allure ; nous voulons connaître les tenants et les aboutissants de cette histoire aux multiples rebondissements, jusqu’au dénouement final, qui nous laissera sans voix.
Quant aux personnages, ils sont merveilleusement bien campés, et servent le récit au mieux afin de nous faire ressentir tout un panel émotionnel : tristesse, colère, rage, révolte, surtout que nous sommes parfaitement conscient que cette histoire n’est pas une complète fiction, mais emprunte d’une bien triste réalité.
Vous l’aurez compris, malgré une lecture difficile par le thème ô combien périlleux, ce roman m’a beaucoup plu, tant pour l’histoire, que par le cran de l’auteur pour avoir abordé un tel sujet, plus que sensible de nos jours.
Alors si vous aimez les romans coup de poing, de ceux qui bouleversent, remuent les entrailles, vous laissant exsangue à la fin de l’histoire.... foncez, ce livre est fait pour vous ; vous ne serez pas déçus :pouceenhaut:

Ma note :

:etoile: :etoile: :etoile: :etoile: :etoilegrise:



Pour vous le procurer : Editons Taurnada     Amazon


Réseaux sociaux : Twitter     Facebook

 


* Sujets récents

SimplePortal 2.3.7 © 2008-2024, SimplePortal