19/06/18 - 21:47 pm


Sites amis

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Eh bien ! Voilà un commentaire qui a le mérite d’atiser ma curiosité :pouceenhaut: :bravo:
Dans ma Wish liste pour découvrir ce roman fort intriguant :oui:
2
Alors moi qui ai toujours rêvé d’aller au Népal 😍 ce commentaire me donne encore plus envie d’ouvrir ce roman :pouceenhaut: merci Beaucoup pour cet avis qui m’appelle à voyager :bise:
3
Avis : auteurs auto-édités / Corps d'État de Christophe Martinolli
« Dernier message par IsabelleMS le Aujourd'hui à 16:53 »
Résumé

Erwan est un jeune assistant parlementaire de l'Assemblée nationale. Il comptait se reposer, et avait promis de prendre soin de sa femme Claire après la campagne présidentielle : ils attendent leur premier enfant et sont fous amoureux. Mais du jour au lendemain, leur vie bascule. Le soir-même de sa réélection, le Chef de l'État s’est effondré sur l'estrade de la Concorde, foudroyé par une attaque cardiaque...
Paris est en état d'urgence.
Le lendemain, sa meilleure amie et collègue Ambre découvre qu'il ne s'agit pas d'une mort naturelle. Elle devient la seule témoin d'un complot contre le Président de la République française et disparait en laissant l'unique preuve à Erwan. Menacé et traqué par des hommes d’État, Erwan fera tout pour protéger Claire.
Il ne peut compter que sur lui-même...

Mon avis

En premier lieu c'est le style de l'auteur, incisif, rapide, c'est une écriture dont le style lui même porte le récit et le rend encore un peu plus haletant, oppressant. On rentre immédiatement dans l'histoire comme on plongerait dans un bain glacé : on est submergé, on étouffe, on suffoque. On ne cesse de se demander : et si c'était vrai ? Et si toute cette manipulation arrivait ? Rien ne semble "too much", on y croit, on ne peut pas faire autrement que de tourner les pages en se demandant comment tout cela va se terminer... Le happy end semble exclu, mais qui sait ce n'est que le tome 1 l'espoir demeure !
En tout état de cause voici un roman que j'ai littéralement dévoré, je vais de ce pas me procurer la suite... Et je ne peux qu'en conseiller la lecture: vous ne serez pas déçu !


4
 Résumé

Chantal a une vie paisible, sans accroc et un prénom loin d’être funky. Pour pimenter son quotidien, elle se réfugie dans les livres et rêve d’aventure et de romance. Sa seule originalité ? Elle est née au Népal et a été adoptée par un gentil couple d’Alsaciens. Sa sœur jumelle, elle ne l’a jamais revue depuis l’orphelinat, où elles ont été séparées à l’âge de deux ans.

Un jour cependant, elle la découvre sur un écran de télé, aidant les victimes du tremblement de terre au Népal. Électrochoc. Contre toute attente, Chantal décide de s’envoler vers son pays d’origine et de partir à sa recherche. Laissant en plan Louis son amoureux et sa vie bien rangée pour sortir de sa zone de confort… Avec Chantal, oubliez la tarte aux myrtilles pour goûter aux momos, bourlinguez vers Katmandu, Pokhara et faites le tour des Annapurnas sans souffrir du mal des hauteurs… Ce voyage va la réveiller et elle va vous étonner…

Mon avis

Déjà quel bonheur de retrouver la plume joyeuse de l'auteur, qui m'avait enchanté avec son premier roman et qui m'a emporté avec ce deuxième. J'ai adoré les aventures de notre baroudeuse incompétente, j'ai ris (beaucoup) et j'ai été émue aussi avec Chantal, et surtout j'ai voyagé et quel voyage ! Le Népal est à lui seul un personnage haut en couleur que je rêve à présent de rencontrer, car c'est là toute la force de l'auteur : elle nous incite à ouvrir nos yeux, secouer nos habitudes et comme Chantal, oser aller loin de notre zone de confort.
Un dernier mot pour la couverture que je trouve particulièrement réussie !
Plongez sans hésiter dans ces aventures, pour ma part je vais attendre avec plus ou moins de patience une prochaine destination lointaine !


5
Mise en avant des Auto-édités / Collige virgo rosas de Edouard B.W.
« Dernier message par Apogon le jeu. 7 juin 2018 à 17:26 »
Collige virgo rosas de Edouard B.W.

Nouvelle extraite du recueil "Aux origines"


Que de monde autour de moi !
Ce sont toutes les personnes qui ont compté pour moi, certaines en bien, d'autres en mal.

Elles se sont réunies afin de s'assurer que moi, vieille machine cabossée et morte, je ne reviendrai pas d'outre-tombe.

Comme dans les films, il pleut.
Il fait froid, il fait sombre, ma stèle n'est pas éclairée.
Alors ce petit peuple ne voit pas que je l'observe.

Certains se trouvent éclairés d'un halo noir. Curieusement, ce sont ceux que je déteste le plus.
Ou qui m'ont le moins aimé.
J'y retrouve ma première famille, avec mon premier amour qui dura le temps de la rencontrer pour la première fois.

Puis ceux qui sont entourés d'un halo gris. La mère de ma fille.

Ma fille ? C'est celle qui brille tel un soleil. Qu’elle est belle, avec ses cheveux dorés sous sa propre lumière, sa bonté et sa douceur qui n'ont d'égal que son intelligence...

Je vois un groupe de fourmis s'approcher de moi. Elles ne craignent pas la pluie, dirait-on.
En fait, je suis dans la colonne de ces travailleuses infatigables. Mon œil qu'elles emportent passe entre les jambes d'autres personnages au halo rouge.
Mais qui sont-ils, je ne les reconnais pas.
L'un d'eux me regarde avec dégoût. Il regarde mon œil, plutôt.
Je ne les connais pas mais ils semblent furieux après moi.
Ils regrettent sans doute que ma carcasse soit étendue là, devant eux. Sans doute auraient-ils préféré en découdre avec moi ?

J'oublie cet œil qui me perturbe et qui m'est en fait inutile.

J'observe le reste de l'audience depuis ma stèle...
6
Synopsis :

Trois mois se sont écoulés depuis que Gabriel a découvert l'existence du monde alternatif et s'est éveillé à ses pouvoirs. Il s'apprête à retrouver une vie normale avec Maeder et Ethan, et à trouver un moyen de guérir l'amnésie d'Aymeric, que les quatre amis savent désormais être d'origine surnaturelle.
Mais leur tranquillité sera de courte durée quand le passé d'Aymeric fera une entrée fracassante dans leurs vies et les entraînera dans un nouvel affrontement face à un ennemi revanchard qui n'a pas dit son dernier mot.
Aventure, amitié et action sont au rendez-vous dans ce roman fantastique, aux accents de mythologie basque, à mettre entre toutes les mains.

Mon avis :

Je tenais d’abord à remercier l’auteur pour sa patience et l’envoi de son roman au résumé fort alléchant.
Dans ce tome 2 : l’Envol, nous retrouvons avec un immense plaisir nos quatre protagonistes toujours aussi attachants et sympathiques.
Dès les premières pages, nous voici plongés, happés, immergés au cœur d’une nouvelle aventure toujours aussi palpitante et remarquablement bien construite.
Toutefois, malgré une intrigue  rondement menée, j’ai été quelque peu gênée dans ma lecture.
En effet, à mon grand désarroi, j’ai trouvé que certaines scènes sonnaient curieusement en comparaison de la qualité intrinsèque de l’histoire. Conséquence immédiate : quelques lourdeurs malencontreuses dans la narration, qui à mon humble avis, auraient pu être évitées au vu du talent de l’auteur.
Quoiqu’il en soit, grâce à des rebondissement et révélations savamment dosées, les chapitres défilent à toute allure, sans que l’on en ait vraiment conscience, tant le récit nous tient en haleine.
Si le tome 1 mettait en lumière notre charismatique Gabriel, ce nouvel opus, lui, met notamment l'accent sur la période de l’amnésie d’Aymeric, adroitement laissée de côté jusqu’alors. Ainsi, nous suivons les nouvelles tribulations de notre bande d'amis, ces derniers ayant évolué tout comme leurs pouvoirs, ce, sans que notre intérêt n’en soit essoufflé. L'amour et l'amitié restent les maîtres mots de cette histoire, bien au-delà de la magie qui les unit, constituant entre eux un lien précieux et privilégié.
La plume de l’auteur est toujours aussi agréable, soignée et remplie d’humour notamment dans les dialogues. Le style est fluide et élégant, avec à mon sens, davantage de maturité.
En conclusion, malgré quelques passages un peu poussifs, ce nouvel opus fut un excellent moment de lecture :oui:
Alors, si vous aimez les folles aventures teintées de fantastique, et de mythologie basque... foncez, ce roman est fait pour vous :pouceenhaut:
Pour ma part, j’attends de pied ferme le tome 3 :clindoeil:

Ma note :

:etoile: :etoile: :etoile: :etoile: :etoilegrise:



Pour vous le procurer : Amazon
 
Site auteur : Fred Marty 

Réseaux sociaux : Facebook     Twitter

 

7
Mise en avant des Auto-édités / Le Scrabble de Bénédicte Mamode
« Dernier message par Apogon le jeu. 24 mai 2018 à 17:34 »
Le Scrabble de Bénédicte Mamode : extrait du recueil de nouvelles "B-rêves"

Le Scrabble

441 cases pour
Poser son K, son Q, sa N.
Jeter les D,
Rencontrer L,
S'exclamer G !,
Enterrer la H,
Dire à quel point tu l'M au détour d'un conte triple,
Boire un T.
R si t'es perdu,
U si t'es colère ou cavalier,
Fais ce que tu v,
Ce que tu p,
Tu as même droit à de la b !

Le Scrabble, c'est une synthèse,
Tu mets tes scars, bleus entre parenthèses,
Tu balances tes maux, contents les points !
Tu glisses des oh, des ah...
Certains seront amplifiés par 9,
l'orgasme atteint !
...
Ci-J, un " je pose tout",
+ 50 en repassant par la case départ,
Nouvelle feuille vierge avec moins d'espace...
Ce jeu de lettres où tu avances forcément avec l'autre,
Ce je de l'autre où s'empêtrent les êtres;
Des fois... on laisse même tomber les poings !...

Le Scrabble, c'est une synthèse.
Et... si on écrivait une histoire
Avec tous les mots posés lors de notre prochaine partie ?

NB : « scars » signifie « cicatrices » en anglais
8
Avis : auteurs auto-édités / Re : La fille aux cheveux roses par Amélie B
« Dernier message par La Plume Masquée le jeu. 17 mai 2018 à 21:59 »
Mais que vois-je :yahooo:
Merci beaucoup :bise:  voici un nouvel avis très bien construit qui donne encore plus envie de découvrir ce super roman :pouceenhaut:
Et hop, En voici un autre dans ma Wish liste :fuifui:
9
Avis : auteurs auto-édités / La fille aux cheveux roses par Amélie B
« Dernier message par IsabelleMS le jeu. 17 mai 2018 à 16:58 »
Résumé
Après deux années de prépa, Adèle, élève sérieuse et réservée, quitte le cocon familial pour intégrer une école supérieure en province. La cohabitation avec les autres étudiants n’est pas toujours facile et l’ambiance festive qui règne sur le campus perturbe ses habitudes.
Une personne intrigue immédiatement la jeune Parisienne : Chloé. Son style décalé et son caractère bien trempé soulèvent quelques interrogations.
En voulant percer les mystères qui entourent cette fille aux cheveux roses, Adèle s’apprête à vivre l'année la plus marquante de son existence.


Mon avis
Je suis fan de cette auteur depuis que j'ai lu le 1er tome de sa trilogie, depuis je me précipite sur chacun de ses romans ! Pour celui-ci, je me demandais ce qu'il en serait, puisque nous partons dans une toute nouvelle aventure, avec de nouveaux personnages. J'étais à la fois curieuse et angoissée : et si j'étais déçue ? Evidemment c'était sans compter sur la capacité d'Amélie B à rebondir, à nous entraîner à la suite de ses personnages, à nous balloter de ci de là, ne nous laissant apercevoir que la surface de la réalité. En effet c'est bel et bien là sa force, outre sa plume évidemment, que de ne pas créer un monde tout en vérité et certitude, de faire croire à un aspect lisse des situations et des personnages quand dans la vie rien ne l'est. Pour ma part j'adore cet optique là ! On suit donc Adèle dans ses premiers pas d'étudiante et si tout semble clair de prime abord, les révélations nous montrerons une fois de plus qu'il ne faut jamais juger des apparences. C'est un roman juste, profondément humaniste et tellement bien écrit. A conseiller.

https://www.amazon.fr/fille-aux-cheveux-roses-contemporain-ebook/dp/B07CSF6YHZ/ref=cm_cr_arp_d_product_top?ie=UTF8
10
Mise en avant des Auto-édités / La fleur de l'ombre de Isabelle Morot-Sir
« Dernier message par Apogon le jeu. 10 mai 2018 à 19:11 »
La fleur de l'ombre de Isabelle Morot-Sir


Chapitre 1


Elle appuya le front contre la vitre, sans pour autant ressentir la fraîcheur presque saisissante du verre contre sa peau, sans même remarquer l’éveil luxuriant des jardins en ce début de printemps.
Ses pensées toutes entières tournées vers sa situation présente, elle ne voyait rien hors de son désarroi. Ne percevait plus rien, hors d’amères images qui tournant en boucle, lui revenaient en un leitmotiv sans fin. Une mèche, échappée de sa longue tresse réglementaire, vint lui chatouiller le visage. Elle la repoussa presque rageusement. Comment avait-elle pu être aussi naïve ? Comment avait-elle pu croire cette rumeur, cette légende urbaine qui voulait que seules les blondes soient sélectionnées ? Elle qui se targuait d’être plus intelligente que ses comparses s’était montrée bien plus idiote ! Comment en ce cas expliquer la grande diversité de la population ? Si les Mères étaient toutes blondes le peuple le serait lui aussi ! La logique la frappa une fois de plus. Elle se mordit la lèvre en réprimant un sanglot de peur et de rage. Elle ne savait plus au juste quelle émotion primait sur l’autre.
Elle avait été si puérile de croire que seule sa lourde chevelure couleur châtain pouvait la préserver. Comment avait-elle pu imaginer qu’elle pourrait si aisément vivre et réaliser ses rêves ? Il était évident que le Devoir qu’elle avait envers la Patrie la rattraperait. C’est bel et bien ce qui était survenu hier.
Elle gémit sans même s’en rendre compte. Hier. Ce n’était qu’hier… Des siècles semblaient s’être écoulés. Hier encore elle était une élève comme une autre, en jupe sage et chemisier blanc et aujourd’hui… Aujourd’hui elle portait sur ses frêles épaules la reconnaissance du peuple entier, en même temps que ce titre. Aujourd’hui elle était tout, elle faisait partie du pinacle de ses femmes adulées, vénérées, révérées par toute la nation : elle était une Mère de la Patrie. Aujourd’hui cependant elle n’était plus rien, elle étouffait. Où était passée Tamara l’adolescente enjouée, qui voyait son Destin écrit dans les pierres de l’Université d’architecture ? Où était-elle ? Elle qui se voyait ériger des monuments ? Elle retint un rire cynique. Elle ne construirait jamais aucune demeure aussi modeste qu’elle soit, elle ne serait qu’un ventre, pondant inlassablement des enfants qui grossiraient le flot du peuple.
À l’idée du futur qui l’attendait, elle se mit à trembler, de plus en plus fort, frappant dans la même cadence son front contre la vitre. Presque aussitôt deux infirmières surgirent dans sa chambre, alertées par ses battements cardiaques bien trop élevés.
Avec fermeté et douceur elles lui prirent les mains, la faisant s’asseoir sur un canapé en velours beige. Elles avaient l’habitude des réactions des nouvelles, bien que cette dernière semblât particulièrement rebelle.
— Allons ma chérie, calme-toi, dit l’une des femmes, tandis que l’autre partit dans la salle de bains attenante, revenait avec un gant qu’elle avait humidifié. Elle le lui posa avec délicatesse sur le front, tout en caressant ses cheveux.
—Ne te mets pas dans cet état, voyons ! Tu es surprise, mais tu verras, tu t’accoutumeras et avec le temps tu seras heureuse ici.
Le cœur de Tamara battait à tout rompre. Le sang cognait si brutalement à ses tempes qu’elle en avait la nausée, tandis que son esprit se révoltait en un vain combat. Jamais elle ne s’habituerait à ça !
Cependant en seulement quelques heures, elle avait mûri et pris en expérience. Elle savait qu’il ne servirait à rien de tempêter, ou vouloir s’enfuir. Elle avait déjà tenté ce registre et le résultat avait été confondant d’inefficacité. Elle ne repoussa donc pas les infirmières. Elle baissa la tête en refoulant son envie irrépressible de les frapper, serra les dents et s’efforça de dompter ses pulsations cardiaques. Elle s’y prendrait autrement afin d’échapper à ce sort qui semblait vouloir être le sien. Elle ne deviendrait en aucun cas l’une de ces replètes femmes, bonnes qu’à n’être que le réceptacle de la semence d’hommes, aussi âprement sélectionnés qu’elles.
   Elle qui se rêvait une vie d’aventurière, d’érudite, de constructeur et architecte révolutionnaire, elle qui pensait un jour rencontrer un homme et peut-être tomber amoureuse, elle n’aurait rien de tout cela. Un mot, prononcé solennellement hier matin lors de la cérémonie de la fête des Mères, avait en un instant balayé tout cet avenir. Hier elle avait eu 16 ans. Comme tous les enfants de la patrie, elle avait été suivie, étudiée, notifiée durant toute son enfance afin de pouvoir l’orienter vers la place qui lui conviendrait le mieux, où elle serait le plus efficace à la Nation. Tamara n’en avait jamais douté : avec ses excellentes notations scolaires elle serait naturellement orientée vers l’Université. Comme tous les érudits. Elle n’avait pas imaginé autre chose, c’est pourquoi elle s’était mise en ligne parmi la foule de ses camarades, le cœur serein. Si sûre d’elle. Trop sûre bien évidemment.
La représentante régionale des Mères était là, comme chaque année, venue prendre possession de son cheptel de ventres. Intérieurement Tamara se moquait de celles qui étaient retenues. Des pondeuses, voilà tout ce qu’elles seraient ! Les idiotes semblaient même heureuses.
Lorsque la représentante, sa liste dûment en main, avait égrené un à un les noms des futures Mères, Tamara ricanait encore en observant les réactions excitées de ses compagnes. Elle vit la déception se peindre sur le visage lisse de Janie, lorsque celle-ci comprit qu’elle ne ferait pas partie des heureuses retenues. Tamara faillit éclater de rire de sa déconvenue. Elle se retint néanmoins, tout en tournicotant entre ses doigts une mèche folle, peu attentive à la solennité du moment. Elle ne réalisa que son nom venait de retentir dans le silence de la cour, qu’en voyant les autres filles se retourner vers elle en s’exclamant à demi. Effarée, elle les dévisagea avec effroi et incompréhension. Ce ne pouvait être possible, son avenir n’était pas là !
La représentante referma son carnet dans un geste sec, englobant d’un regard satisfait la foule bleu marine et blanc des jeunes filles. Tamara se redressa et s’écria :
— C’est une erreur ! Madame !
Se penchant à nouveau vers le micro sans déranger l’ordonnance parfaite de son chignon, la représentante fit d’une voix qui semblait n’avoir qu’une seule tonalité, celle de la droiture et de l’efficacité :
— Que dis-tu mon enfant ?
Jouant des coudes, Tamara se fraya un passage jusqu’au pied de la tribune, où se trouvait tout en apparat l’ensemble des professeurs en sus de la représentante des Mères. Essoufflée et rouge, elle répéta d’un ton presque strident, reflet de sa peur grandissante.
—Madame, je vous prie de m’excuser mais c’est certainement une erreur… Je ne peux être prévue pour être Mère.
La Représentante leva un sourcil étonné tout en renvoyant un sourire rassurant à la jeune adolescente :
— Rassure-toi mon enfant, il n’y a pas d’erreur possible. L’honneur insigne d’être l’une des Mères t’échoit bel et bien.
Tamara blêmit tandis que sa voix montait d’un cran dans les aiguës :
— Madame vous ne comprenez pas ! Je ne veux pas être Mère ! Donnez cette place à Janie, elle sera parfaite. Mais pas moi.
La Représentante jeta un vif coup d’œil à sa liste, avant de répondre :
— Tu es Tamara n’est-ce pas ? Ton génotype est exceptionnel, tu seras une Mère idéale. Va te préparer et dire au revoir à tes camarades. Nous partons dans une heure.
Elle tourna les talons, laissant là Tamara hébétée. Ses camarades la félicitèrent avec plus ou moins d’hypocrisie et de jalousie. Tamara les repoussa sans même les voir, courant de plus en plus vite vers le bâtiment des dortoirs. Elle grimpa quatre à quatre les escaliers, le cœur battant follement, si affolée qu’elle ne voyait plus rien, ses pensées incapables de se fixer plus loin que sa terreur. Elle claqua derrière elle la porte de son dortoir, désert à cette heure. Elle se précipita vers son lit surmonté de son armoire, puis sans même réfléchir, mue par son seul instinct elle ôta en tremblant sa jupe bleu marine et enfila son short de sport avant de passer ses baskets. Une fois fait elle ouvrit la fenêtre donnant trois étages plus bas sur la cour de l’École. Elle enjamba le rebord et posa un pied étonnamment ferme sur la corniche qui faisait le tour du bâtiment.
Être la première en sport, cela devait bien servir un jour ou l’autre, songea-t-elle afin de se donner du courage. Elle progressa souplement le long de la façade, le regard fixé vers le lointain, apercevant là-bas dans une banlieue éloignée de la ville, les fumerolles de l’usine d’armement qui s’épanchaient lascivement dans le ciel voilé de brumes. Les mille bruits de la ville montaient vers elle en une cascade presque étourdissante : crissements des tramways automatiques, klaxons et feulements feutrés des voitures électriques, interpellations hâtives des piétons, grondement sourd du chemin de fer qui traversait la ville dans un panache noir. Ombres sombres des zeppelins qui survolaient mollement la cité, baleines aériennes et silencieuses.
Elle parvint assez aisément jusqu’au coin du bâtiment, là elle tourna à l’angle apercevant alors le toit plat de la cantine juste quelques mètres plus bas. Son sang battit un peu plus fort, mais bah ce n’était pas le moment d’hésiter, après tout que pouvait-il lui arriver de pire qui ne lui était survenu ?
Sans plus ni réfléchir ni tergiverser, elle sauta, se réceptionnant dans un roulé-boulé parfait qui aurait fait la fierté de sa professeur de sport. Elle se remit cependant aussitôt debout et courut jusqu’à l’autre bout du toit, là où la façade du bâtiment faisait aussi partie intégrante du mur d’enceinte.
Une fois-là elle scruta la ruelle, peu passante, attendit quelques secondes qu’il n’y ait aucune voiture ou promeneur et s’élança sur le trottoir, situé trois mètres en dessous. Elle atterrit avec un léger choc sur les mains et les pieds, cependant bien amorti, ce qui lui permit de se redresser aussitôt et de traverser la rue en courant. Elle continua sa course au petit bonheur, enfilant rues et ruelles, sans néanmoins bien savoir où elle était, où elle allait. Pour l’instant toutefois peu lui importait, seul comptait de mettre le maximum de distance entre la représentante des Mères et elle-même !
Elle ne saurait jamais combien de temps exactement dura sa folle évasion, des heures ? Quelques minutes à peine ? Elle fut cependant abruptement interrompue par une voiture de police qui la faucha presque. Deux policiers en jaillirent qui la stoppèrent brutalement, l’immobilisant violemment à terre, une main rabattue dans le dos, la faisant crier de peur et de douleur.
Sa fuite éperdue se termina là. Ni ses hurlements, ni ses protestations ne changèrent quoi que ce soit. Comme d’autres de ses camarades elle se retrouva à l’arrière d’un minibus sombre, aux vitres fumées, emportée par la puissance silencieuse d’un moteur électrique, vers une destination inconnue et une destinée trop certaine.
Pages: [1] 2 3 ... 10