18/01/22 - 23:51 pm


Sujets récents

Les chroniques de Zadlande de Emmanuel Hemery par Apogon
[jeu. 13/01/2022 à 17:34]


Mon parcours de bypassée de Nisa par Apogon
[jeu. 30/12/2021 à 18:00]


Soyez sages ! - Lancelot Cannissié par cnslancelot5930
[lun. 27/12/2021 à 11:57]


Les phobies par Apogon
[dim. 26/12/2021 à 21:40]


Un petit tout au paradis - de Fateah Issad par marie08
[sam. 25/12/2021 à 13:01]


Un riff d'enfer - Lancelot Cannissié par cnslancelot5930
[sam. 18/12/2021 à 08:41]


Paris Break de Pauline SLF par Apogon
[jeu. 16/12/2021 à 17:17]


Je contrôle la situation de Maritza Jaillet par Apogon
[jeu. 02/12/2021 à 16:37]

Sites amis

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Mise en avant des Auto-édités / Les chroniques de Zadlande de Emmanuel Hemery
« Dernier message par Apogon le jeu. 13/01/2022 à 17:34 »
Les chroniques de Zadlande de Emmanuel Hemery : tome 1 La fondation



Pour l'acheter : Atramenta

Prologue

Aurel attendait l’arrivée d’Héléna dans la grande gare de la capitale. Ils ne s’étaient pas vus depuis le jour où, dans cette même gare, ils s’étaient embrassés pour la première fois, avant qu’elle ne parte pour ce séminaire d’agronomie. Il en pinçait pour elle et espérait que ces deux longues semaines ne lui avaient pas fait oublier ce baiser. Aujourd’hui, il lui réservait un accueil savoureux et projetait de l’emmener au restaurant pour une soirée en tête à tête. Malgré la délicatesse et la douceur de leurs échanges SMS quotidiens, Aurel espérait que son amour grandissant était réciproque. En faisait-il trop ou trop peu pour la séduire ? Était-il à la hauteur ? Rien n’était jamais acquis. La remise en question faisait partie de sa nature. Selon lui, le doute pourvoyait aux savoirs, les certitudes entretenaient les croyances et s’y cantonnaient créant parfois les illusions. Aussi valait-il mieux se remettre en question que se mentir à soi-même. Il pensait que toute conviction imposait une limite ou l’échéance de la quête de connaissance ; et s’agissant d’amour, la certitude mettait un terme à la séduction et à ses ravissements. Il ne lui importait donc pas d’avoir la certitude d’être aimé comme le serait tout flagorneur à chaque nouvelle conquête. Ce doute, cette propre remise en question, l’encourageait plutôt à ne jamais cesser de courtiser Héléna, à toujours la couvrir d’attentions délicates et à l’aimer chaque jour plus encore.
Aurel était né en 2017, dans la capitale. Fils de Léonard Lerousic, chercheur au centre national de recherche scientifique et de Marianne, artiste réputée et conservatrice de musée. C’était un 
jeune homme très séduisant, bien bâti ; mais qu’attendrait une jeune femme d’un beau gaillard s’il ne se contentait que de son trait ou d’une contenance particulière pour être apprécié et aimé ? S’il était beau, avec ses longs cheveux blonds, son visage parfait, son allure sportive et décontractée, Aurel ne s’en souciait guère. Car cela n’était pour lui qu’une perception subjective, sans aucune mesure avec le charme qui, tel un parfum, exhalait toutes ses subtilités comme la grâce d’une attention, une pensée tendre ou un geste délicat.
Il avait 23 ans, Héléna un de moins. Tous deux étaient encore étudiants. Ils n’avaient pas véritablement de projets d’avenir, se défiant tous les deux de ces lendemains prétendument bien jalonnés qu’offrait une société clairement ébranlée par ses extravagances et ses dénis. C’était du moins l’idée de l’avenir que se faisait cette nouvelle génération née dans les années 2020, consciente et contrainte de s’adapter à un environnement chaotique abandonné par leurs aînés. Rares étaient celles et ceux qui, comme Aurel et Héléna, envisageaient une vie en couple ou fonder une famille.
À l’instar de ce monde endiablé, la gare grouillait de gens affairés, pressés ou soucieux. Aurel avait pris de l’avance et observait les horaires d’arrivées s’assurant d’être bien prêt à recevoir sa bien-aimée. Les quais étaient comme toujours encombrés de voyageurs. Les uns courraient, d’autres allaient nonchalamment. Le bruit des roulettes des valises dominait les murmures et les conversations d’autres voyageurs stationnés devant les grands tableaux d’affichage. Mais il y avait dans cette immense gare, une voix étrange qui surpassait ce bourdonnement routinier. Elle raisonnait avec écho dans le hall. Quelques badauds s’étaient regroupés, certains ricanaient. Aurel avait du temps, il s’approcha du groupe. Un homme assez vieux, aussi barbu et blanc qu’il aurait fait un père noël d’exception, clamait d’une voix puissante et intelligible, ce qui semblait être des versets du « nouveau testament ».
— Alors je vis que l’Agneau avait ouvert un des sceaux, et j’entendis l’un des quatre animaux qui disait d’une voix de tonnerre : Viens et vois. Je regardai donc, et je vis un cheval blanc, et celui qui était monté dessus avait un arc, et on lui donna une couronne, et il partit en vainqueur, pour remporter la victoire…
Aurel comprit très vite que l’homme citait un chapitre de l’apocalypse et parlait des quatre chevaliers. Il se crut un moment dans l’un de ces clichés qui font ces films de série B ou les blockbusters au scénario catastrophe simpliste. Il sourit en voyant le vieillard s’agiter et jouer la comédie.
–… Et lorsque l’Agneau eut ouvert le second sceau, j’entendis le second animal qui disait : Viens, et vois ! continua le vieillard, brandissant parfois une main tendue vers le ciel… Et il sortit un autre cheval qui était roux ; et celui qui le montait reçut le pouvoir de bannir la paix de la terre, et de faire que les hommes se tuassent les uns les autres ; et on lui donna une grande épée. Et quand l’Agneau eut ouvert le troisième sceau, j’entendis le troisième animal, qui disait : Viens et vois ! Et je regardai, et il parut un cheval noir, et celui qui était monté dessus avait une balance à la main. Et j’entendis une voix qui venait du milieu des quatre animaux, et qui disait : La mesure de froment vaudra un denier, et les trois mesures d’orge vaudront un denier ; mais ne gâte point ni l’huile ni le vin…
L’attroupement avait dû inquiéter les services de sécurité de la gare. Ces derniers s’approchèrent calmement de l’homme dont le ton et la voix s’intensifiaient au point de faire frémir Aurel et d’autres spectateurs, eux aussi intrigués ou impressionnés par la conviction qu’exprimait ce curieux personnage. Des gens chuchotaient comme pour ne pas déranger le prédicateur insolite.
— Et quand l’Agneau eut ouvert le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième animal, qui disait : Viens, et vois !
— Jean-Claude ! intervint l’un des agents de sécurité, vous ne pouvez pas rester là, dit-il en l’invitant à se lever.
Le vieil homme ne résista pas, il se releva mais poursuivit son chapitre.
— Et je regardais, et je vis paraître un cheval de couleur pâle ; et celui qui était monté dessus se nommait la Mort, et l’Enfer le suivait ; et le pouvoir leur fut donné sur la quatrième partie de la terre, pour faire mourir les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre, acheva-t-il d’une voix forte qui résonnait comme un ultime avertissement, pendant que les officiers l’éloignaient du hall.
Aurel resta un moment figé dans la réflexion. Évidemment il ne croyait pas en aucune de ces paroles, mais il ne pouvait s’empêcher de les mettre en corrélation avec ses propres convictions concernant un monde qui selon lui, courrait à sa perte.
— Sacré JC, il nous avait habitués à mieux. Je préférai lorsqu’il nous chantait des chansons avec son petit banjo, commenta une personne visiblement habituée des lieux.
— On devrait les enfermer ces malades ! entendit Aurel au passage d’un couple suivi d’un agent de la gare qui poussait péniblement un chariot empli de leurs bagages.
— Comme si c’était le moment ! On a déjà assez d’assistés, si en plus il faut supporter ces énergumènes et oiseaux de mauvais augure ! renchérit un autre des voyageurs.
Aurel se reprit assez vite et oublia cette distraction fortuite. Il était impatient de voir sa petite amie sortir d’une des voitures du train qui venait enfin d’entrer en gare. Finalement il l’aperçut. Elle le cherchait, ce qui lui semblait être une manifestation probable de sentiments réciproques. Les deux jeunes gens se retrouvèrent sur le quai et depuis, ils ne se quittèrent jamais plus.
 
Aurel se souviendra longtemps du début de leur histoire d’amour en 2040 et de ce vieil homme que la morosité ambiante du début de ce siècle avait sûrement dû inspirer. Ce jour où il attendait dans cette gare, il n’était encore qu’un jeune homme à qui on avait promis un bel avenir puisqu’il cumulait à la fois et avec réussite, 
des études d’architecture et de génie civil. Mais son avenir à lui, c’était elle. Aurel et Héléna s’arrangèrent plus tard pour partager un appartement. Mais ils ne voyaient pas leur avenir se dessiner si simplement. Quant à imaginer dérouler sereinement leur carrière, les événements, les troubles sociaux et politiques leur semblaient ne pas être de bonnes conditions. À cette époque, le dérèglement climatique était une menace majeure, reprise dans toutes les conversations, et dans tous les discours politiques de ces dernières décennies. Aurel repensait parfois aux présages du vieil homme dans la gare, mais sans pour autant lui donner raison, il avait lui aussi un mauvais pressentiment. Héléna et lui vécurent ensemble un peu plus d’une année avant que les événements ne les poussent finalement à renoncer à la capitale et à poursuivre leur idylle à la campagne. Sur les conseils de ses parents, Aurel rejoignit les Près-Monts, une région de montagne au sud-est du pays où vivait son grand-père maternel. Là-bas, le jeune couple pourrait mettre à profit leurs savoirs et trouverait de quoi satisfaire leur envie de vivre plus simplement et bien plus humblement, privilégiant leur amour à une carrière plutôt incertaine vu les conjonctures. Aurel avait été pessimiste, mais les faits et événements qui suivirent lui auront donné raison.
On savait déjà depuis plus de vingt ans que le climat avait tendance à se réchauffer, qu’il fallait prendre des résolutions effectives et drastiques pour enrayer le phénomène avant d’atteindre un point de non-retour. Mais malgré les constats et les concordances scientifiques qui affluaient régulièrement, justifiant une source anthropique au phénomène, beaucoup de voix s’élevaient et s’affrontaient quant à l’origine de ce mal. D’aucuns s’appuyaient sur des calculs tout aussi scientifiques pour livrer une version moins pessimiste mentionnant un événement naturel dû aux cycles solaires minimisant de la sorte toute responsabilité humaine. D’autres articulaient leurs arguments en reléguant cette supposée variation climatique à un mensonge, une conspiration contre les populations afin de leur soustraire plus de taxes ou de les obliger à 
changer de mode de consommation pour une économie soi-disant plus « verte » ou plus « responsable » derrière laquelle se cachait une spéculation véhiculée par de nouveaux lobbys industriels.
Malgré les résolutions prises entre les États du monde quant à limiter leurs rejets dans l’atmosphère, peu se pliaient aux recommandations des scientifiques. Des politiques plus subtiles se servaient du prétexte de cette échéance climatique pour contraindre la population à concéder plus d’efforts et contribuer financièrement à leur supposée lutte contre le dérèglement. La duperie politique visait à culpabiliser les plus humbles sans que les véritables pollueurs ne fussent responsabilisés ou appelés à une quote-part financière. Une grogne populaire commençait alors à s’élever sur le continent. Une autre duperie politique issue d’un autre camp, populiste celui-là, s’était nourrie de la colère de la population et dénonçait sans ambiguïté une vaste cabale qui justifierait l’acceptation de migrations venues du sud, évoquant même un complot contre la suprématie de leur Nation.
Autrement dit, partout dans le monde, deux camps avaient confisqué le sujet. D’abord les « utilitaristes » qui comparaient la planète à un radeau de naufragés. Selon ceux-là, il fallait impérativement consentir à quelques sacrifices substantiels pour préserver ce dit radeau ; quitte à perdre ou rejeter certains naufragés pour sauver la majorité des autres, ne fût-ce que pour l’intérêt général , ou plus exactement, pour le maintien de la croissance économique malgré la tempête écologique. Le plus souvent ces demandes de sacrifices s’axaient sur le renoncement ou la limitation des droits sociaux, l’augmentation de la durée du travail ou une contribution plus importante. Un effort à fournir que les plus humbles citoyens n’étaient en aucune façon capables de supporter. Cette attitude des « utilitaristes » alimentait expressément le populisme dans les couches sociales plus modestes, si bien que dès le début des années quarante, il n’y avait finalement, que ces deux grands mouvements politiques à se disputer le pouvoir sur fond de tumultes sociaux et d’incohérences politiques.
En définitive, le monde plongeait dans un déni total de la situation réelle. Et quand s’abattirent les fléaux les uns après les autres durant cette même décennie, tous, responsables politiques ou simples citoyens, se retranchaient dans ce qu’ils savaient mieux faire : le chacun pour soi !
Le premier fléau fut effectivement le réchauffement climatique. Là encore quelques-uns y voyaient des opportunités économiques comme l’ouverture de nouvelles routes maritimes par le nord, l’exploitation du permafrost, ou la découverte de nouvelles nappes de pétrole. Dans les régions plus au sud, victimes de plus en plus de sécheresses, d’incendies extraordinaires et de famines brutales, les populations devaient migrer au nord, pour en réalité, fuir l’embrasement de leur pays par des guerres dévastatrices. Le nationalisme ambiant qui occupait d’ores et déjà les pouvoirs dans les zones plus tempérées de la planète, leur bloquait les frontières. Les pays riches se refermaient sur eux-mêmes. Mais personne ne sut voir venir la plus grande migration de population. Celle-ci arrivait du nord dès 2042, poussée par des bouleversements météorologiques extraordinaires et de plus en plus fréquents, comme les ouragans, phénomènes totalement inédits dans leurs pays. On avait alors trop longtemps négligé le climatiseur naturel essentiel à la planète que sont les courants maritimes. En effet, les précipitations de plus en plus fréquentes avaient augmenté le débit des fleuves qui rejetaient de plus en plus d’eau douce au nord, ajoutée à celle de la fonte des glaciers et de la banquise des pôles. Une eau douce dont la densité bien différente de celle de l’eau de mer, finit par perturber les courants marins. Et c’est de cette façon que le courant maritime principal remontant des eaux plus tièdes vers le pôle, apportant jusque-là au climat sa douceur estivale et tempérant les hivers, se mit à ralentir jusqu’à ne plus remplir son office de climatiseur. Et contrairement à ce que l’on croyait être un réchauffement climatique global, ce fut en réalité un refroidissement total des parties les plus proches des pôles. C’était donc une ère glaciaire qui s’avançait inexorablement d’année en 
année sur des terres jusque-là productives, détruisant l’économie de base, l’agriculture, et forçant les populations à rejoindre le sud.
Les glaces s’étendaient au nord, les déserts s’emparaient du sud, et le nationalisme explosait au centre.
À la fin des années quarante, le climat devenait plus virulent, allant de canicules estivales brutales à des hivers extrêmement froids, en passant par des automnes et printemps plus tumultueux et ravageurs. L’économie mondiale fut anéantie. Ainsi se déclenchait le second fléau : les guerres civiles.
Cela aurait pu être un affrontement de populations du nord contre populations du sud, mais c’était un chaos plus dantesque. Une confusion sordide nourrie par un nationalisme exacerbé à tel point qu’on ne distinguait l’ennemi que par sa couleur de peau ou simplement son langage. La banqueroute économique de 2049 aboutissait à l’annihilation de toute forme d’autorité nationale. Seules quelques villes ou métropoles pouvaient encore s’organiser, protégées par des garnisons. Les zones rurales étaient relativement épargnées, mais livrées elles aussi à la famine. Le bétail fut très vite anéanti par les incursions, souvent violentes, des urbains venus chercher les denrées introuvables en ville. Tous les stocks, les centres commerciaux furent pillés. Certains villages et notamment ceux qui se trouvaient en montagne devinrent des forteresses imprenables. Nul ne saurait dire si cette dramatique et meurtrière confusion touchait tous les pays à travers le monde, car les communications, dont le fameux réseau web, étaient coupées. Mais ce qui devinait une évidence pour chacun, c’est que la mort menaçait qui ne trouverait pas suffisamment à se nourrir ou qui croiserait certaines milices lourdement armées.
C’est à ce moment qu’intervint le plus terrible des fléaux ; à la fin de l’hiver 2051. Certains nommaient cette pandémie, la « peste blanche ». C’était en réalité le fait d’un champignon qui apparut soudainement. En moins d’une année, il éradiqua plus des deux tiers de la population encore en vie. Les agglomérations subissaient les ravages les plus importants. Les premières victimes furent 
cependant les personnels soignants et les chercheurs comme le père d’Aurel. Face à cette maladie venue de nulle part et impossible à contenir puisque toutes médecines avaient échoué, des solutions drastiques étaient employées comme la crémation des corps. L’embrasement mal maîtrisé des lieux contaminés occasionnait de terribles incendies. Des quartiers entiers, voire certaines villes dans leur totalité, s’enflammaient, parfois sans aucune résistance.
Cette maladie était due à un champignon proche du Candida. Le père d’Aurel avait d’ailleurs étudié l’un de ces dangereux minuscules champignons, le C Auris qui se développait parfois sans qu’on ne puisse le combattre. Mais le développement de la « peste blanche » et sa propagation étaient différents, semblables à un oodinium mais aérien. La victime avait dans un premier temps les bords des paupières qui blanchissaient, puis très vite le champignon s’attaquait à toutes les muqueuses du malade. Et en moins de deux ou trois jours, la personne succombait d’insuffisance respiratoire. Étonnamment, les enfants de moins de cinq ans étaient le plus souvent épargnés. Mais devenus orphelins et isolés pour la plupart, quand ils ne trouvaient pas de secours, leur sort n’en était pas moins fatal. Les nourrissons mourraient dans les bras de leur maman décédée depuis plusieurs jours. D’autres enfants périssaient par les incendies, pour s’être réfugiés sans pouvoir estimer le danger. Personne ne put comprendre ni l’origine, ni la façon dont cette pandémie se propageait puisqu’elle se déclarait spontanément partout sans véritablement de point de départ. On soupçonnait une dispersion rapide des spores du champignon et la seule réponse était d’incendier tout lieu ou personne infesté. L’année suivante, la maladie s’interrompit aussi nette qu’elle apparut, sans que personne ne sût en donner la raison exacte. Mais si elle fut terriblement meurtrière, laissant derrière elle de gigantesques charniers et des villes entièrement consumées, cette pandémie avait mis un terme aux guerres civiles.
Le dernier fléau, fut lui tout simplement grotesque. Celui d’une civilisation qui s’évertuait à se reconstruire sur le même modèle que 
la précédente. Car très rapidement un système féodal s’installa. Des hordes de pillards plus ou moins organisées, s’allouaient certains territoires et dominaient ceux-ci avec la tyrannie qu’il convient d’attribuer à la pathologie évidente de chacun de ces chefs de clans. Véritables psychopathes ou pervers narcissiques, le plus souvent anciens élus ou de formation militaire, certains de ceux-là se nommaient eux-mêmes « Président, Baron, Duc ou Général » en tant que chef et seigneur d’un fief qui leur appartenait. Les populations étaient donc contraintes d’obéir et de se soumettre à ces brigands qui, en échange de leur protection, exigeaient de substantielles compensations alimentaires. Dans le cas où les habitants refusaient, ou ne s’acquittaient pas des exigences de ces seigneurs, ils étaient soit expulsés du territoire ou le plus souvent, purement et simplement lynchés ou tués. Ces tyrans régnaient donc en imposant la peur, mais cela étant, ils étaient le plus souvent confrontés à la concurrence des territoires voisins. Certains cherchaient à étendre leur domaine. Ils combattaient leurs rivaux comme le feraient les gangs mafieux, soit par attentats et petites guérillas frontalières, soit en batailles rangées occasionnant dans les rangs de part et d’autre, de nombreuses pertes et le gaspillage des munitions d’armes à feu de plus en plus rares.
La vie d’un brigand au service de ces seigneurs autoproclamés n’était donc pas facile. Quand bien même ils avaient de quoi se nourrir sur le racket des populations ou les butins pris aux adversaires, beaucoup finissaient par déserter. Car en plus des conflits de territoires, ils devaient affronter la résistance d’une population qui semblait progressivement s’organiser et parfois qui les surprenait par des guets-apens. Ainsi certaines provinces étaient abandonnées aux maquisards et les malfrats ne s’y aventuraient que très rarement. Ces territoires épars furent appelés par les chefs de clan « zones autonomes défendues » puis « les Zadlandes ». Leurs fiefs se limitaient donc aux anciennes zones urbaines et alentour, car s’aventurer en ces contrées que la nature pourvoyait en forteresses diverses, ne leur était jamais profitable. Ainsi les régions 
montagneuses, les hauts plateaux ou les vastes forêts étaient progressivement désertés par les brigands.

Chapitre un : Le brochet

C’était une journée de début septembre 2055, sombre et lourde. Quelques petites averses s’étaient alternées au matin avant de revenir à une lumière plus souveraine malgré le passage de nuages chargés poussés par un vent capricieux. La surface de l’étang semblait se rebiffer chaque fois aux fantaisies de cette bise et dissipait les reflets d’un ciel ombrageux en myriades d’éclats lumineux comme pour s’en venger avant de reprendre le reflet parfait d’un décor somptueux qui enveloppait cette ancienne tourbière. On pouvait contempler avec ravissement, sur ce seul marécage, quantité de variétés végétales typiques des paysages lacustres. Le plan d’eau s’étendait sur quatre à cinq hectares, alimenté par une petite rivière qui débouchait sur une large bande de roseaux balisant les plus hauts fonds. C’est aussi là qu’avaient lieu les frayères. Au mois de mai, il n’était pas rare d’y voir les carpes s’adonner sans pudeur ni frayeur à des jeux sensuels telle une danse rituelle de la procréation. Cette brousse de roseaux, de joncs et d’osiers était une véritable nurserie. Amphibiens, poissons et gibiers d’eau y trouvaient un abri sûr. De là s’éloigneraient après quelques mois, les plus hardis des alevins et les plus forts têtards qui auraient échappé aux becs de râles, de cingles plongeurs ou de jeunes hérons cendrés. Puis les canes appareilleraient à leur tour traînant en file indienne leurs rejetons, gardant un œil vigilant sur les plus dissipés et scrutant parfois le ciel pour prévenir d’un éventuel piquet d’une buse ou d’un faucon. Canes, foulques et grèbes huppés gagneraient au plus vite les rebords plus encombrés 
d’arbres arrachés à la berge, de branches à demi immergées mêlées aux ramures de saules cendrés, là où leurs petits trouveraient leur nourriture et une aire de jeu bien protégée. L’étang était ainsi fortifié par toute cette diversité végétale de hauts peupliers, de quelques charmes et plus globalement d’aulnes, formant ainsi un rempart naturel aux tempêtes plus endiablées depuis ces dernières décennies.
Aurel appréciait particulièrement ces moments de paix et de solitude, bien loin des tumultes d’une civilisation en détresse après les terribles fléaux. Un climat effroyablement ravageur, des guerres civiles épouvantables et la terrible pandémie avaient bouleversé la planète. Aurel et sa famille avaient été épargnés, vivants depuis de nombreuses années en marge de ce monde qu’il considérait de plus en plus absurde. Ils avaient restauré une petite bâtisse à l’orée d’une forêt et pouvaient vivre de façon autonome. Cette maison était, elle aussi, protégée des tempêtes par une forteresse d’arbres centenaires souvent mis à rudes épreuves. Elle était isolée, adossée aux bois, quasiment invisible, entourée d’un pré et d’un potager qu’ils avaient eu grand peine à aménager au cours de ces quinze dernières années. L’étang n’était qu’à quelques kilomètres de là. Aurel s’y rendait souvent avec une 2CV que feu son grand-père lui avait léguée. Il fallait redescendre un peu plus bas dans la vallée en passant par le col. Seul un tel véhicule pouvait parvenir à franchir de nombreux obstacles comme ces routes déchirées par les crues. Un chemin de terre aux ornières boueuses débouchait sur ce territoire plein de vie. Comme si ce lieu avait été protégé par une bulle de bonheur figée là par le hasard ou une divine bénédiction. Dès qu’on le pénétrait, tous les fracas, les affres, les abominations, le souvenir de la barbarie de ce monde, s’évanouissaient. La nature venait là gagner cette bataille, ou du moins, avait-elle pris d’assaut l’esprit d’Aurel qui lui était infiniment reconnaissant de lui fournir chaque fois de quoi subsister et nourrir sa petite famille.
Autour du plan d’eau, quelques rares berges vertes, telles des plages de gazon, offraient aux chevreuils une herbe plus tendre 
qu’ils venaient brouter régulièrement la nuit. C’était sur l’une de ces aires dégagées qu’Aurel avait installé son ponton et une petite cabane de bois assez large pour lui permettre une couchette et de quoi ranger son matériel de pêche. L’ancienne tourbière, dont l’exploitation avait dû cesser depuis plus de deux siècles, avait pu garder de belles profondeurs allant jusqu’à quatre ou cinq mètres de fond. Là se trouvaient les plus belles prises. Une forêt de nénuphars y avait pris place, offrant aux plus gros carnassiers une cache idéale ou un poste d’affût. Arrivé assez tôt ce matin, Aurel s’était contenté de quelques gardons, brèmes ou rotengles, pour le plaisir. Il relâchait le plus souvent ses prises après avoir pris le soin de ne pas trop les blesser en leur retirant son hameçon. Il eut aussi le plaisir de combattre une grosse tanche qu’il avait pu suivre alors qu’elle fouinait par trois mètres de fond, faisant remonter des micro-bulles chaque fois qu’elle remuait la vase ou frôlait l’une des nombreuses plantes aquatiques qui tapissaient le fond. Pour le coup, il prit le temps d’adapter une canne, sonder la profondeur, préparer un hameçon muni d’un beau lombric qu’il déposa sur cette trajectoire qu’elle révéla malgré elle. Elle mordit au piège en très peu de temps. L’animal se débattit avec force et réjouit le pêcheur aguerri. En près de dix minutes, il put fatiguer le poisson et le déposer dans sa large épuisette. « Belle prise , beau combat » se dit-il en la remettant délicatement à l’eau. Et vint le moment qu’il attendait. En fin d’après-midi, le vent était tombé, il faisait lourd, le soleil déclinait. Les insectes qui tombaient ou s’échouaient sur la surface ouvraient ainsi le bal quotidien de gobages en tout genre. L’heure était au repas pour tous. Mais Aurel avait son idée bien précise, une cible qu’il avait déjà souvent manquée. Un brochet qui devait être énorme. Il scruta la surface et attendit. Il prépara une canne plus longue et plus solide, fit un premier jet sans appât pour tester le leste et le parcours. Puis il ramena le tout lentement. À l’aide d’un chiffon enduit de suif, il graissa le fil avant qu’il ne s’enroule sur le moulinet. Calmement il choisit un hameçon double, l’œil toujours aux aguets sur la surface de l’étang. Pour le monstre qu’il 
convoitait, il lui préféra un beau rotengle pour appât. Il enfila délicatement une fine tresse métallique à l’aide d’une longue aiguille, le long de la dorsale du vif, s’assurant de ne pas le blesser. Seules les deux hampes de l’hameçon apparaissaient telle une couronne sur la tête du poisson. La tresse métallique était discrète. Aurel avait enfilé plusieurs petits bouchons libres et en fixa un autre à une distance d’un mètre cinquante du vif.
Il déposa l’ensemble dans l’eau. Le vif était vigoureux cherchant naturellement à gagner le fond ou filer vers la première plante pour s’y abriter. « Ne le fatiguons pas tout de suite » se dit Aurel en le déposant dans un bac pour qu’il s’y repose. Maintenant, il fallait attendre, mais ce ne fut pas long. À une quarantaine de mètres de sa position, entre le bosquet d’aulnes et la masse de nénuphars, il aperçut plusieurs ablettes qui sautaient hors de l’eau comme pour échapper à un prédateur. « Une chasse , enfin ! Espérons que ce ne soit pas une perche ou un autre petit carnassier ! ». Mais le remous en surface qui suivit la panique des ablettes attesta d’un assaillant de bonne taille. Aurel sentit son cœur battre. Il fallait être lucide et bien analyser le parcours possible de la cible. Après cette attaque, s’il avait pu se repaître d’une petite ablette, le brochet devrait avoir rebroussé chemin et revenir vers les nénuphars. Aurel lança avec délicatesse son appât pile à l’endroit de l’attaque. Le fil flotta parfaitement sur la surface, prenant la forme d’un ressort étiré sur toute la distance. Graissé de la sorte, il ne pouvait couler et resterait bien visible, permettant la maîtrise de sa distance et de sa tension. Au bout de la ligne torsadée, le vif allait et venait, virulent, hésitant à se diriger vers les branches immergées de la berge droite ou la forêt de nénuphar à gauche. Il se dirigea vers les branches ce qui permit à Aurel de le ramener facilement en position. Le temps allait virer à l’orage, des nuages s’étaient regroupés en masse au lointain et formaient déjà d’énormes cumulonimbus avec une base ténébreuse et confuse qui s’étalait en assombrissant le paysage. Quelques rafales commencèrent à secouer les peupliers mais rien ne sembla troubler le repas des poissons dont les sauts et remous 
divers redoublèrent au détriment des insectes naufragés. Un vol de colverts choisit alors la bande de roseaux pour y trouver abri comme s’ils savaient que le temps allait tourner à la tempête.
Plus d’une demi-heure avait passé et le rotengle ne semblait absolument pas faiblir. Aurel le ramenait chaque fois qu’il tentait de trouver refuge quand tout à coup le bouchon principal, qui jusque-là frémissait au moindre mouvement du vif, s’immobilisa quelques secondes. Soudain il plongea et disparut sous la surface, le fil quant à lui, se tendit progressivement. D’évidence ce n’était pas le rotengle qui avait eu la force de plonger si vite et si fort. L’attaque avait eu lieu. Aurel sentit son cœur battre plus fort. C’était le moment le plus crucial. Il sembla d’emblée que le prédateur avait saisi sa proie et l’avait emmenée, mais Aurel savait qu’il ne fallait pas ferrer tout de suite, juste laisser filer la bête, alors il libéra son fil pour qu’aucune résistance ne puisse l’alerter du piège. Comme prévu, le bouchon principal remonta et s’immobilisa un instant. C’était le moment cette fois de tendre progressivement le fil en rembobinant tout doucement jusqu’à sentir, depuis le scion de la canne, les variations de tensions. Celle-ci frémit légèrement, comme si le tueur avait lâché sa prise. Mais Aurel savait qu’avec la taille de ce vif, le brochet devait l’avoir attrapé par le flanc puis s’était arrêté pour l’engamer la tête la première, avant de reprendre son chemin. Le bouchon plongea à nouveau c’était le moment de ferrer. Aurel abaissa sa canne en maintenant le fil toujours sous légère tension. Puis d’un grand geste ample, il le tira en arrière. La courbe du fil et son élasticité pouvaient amortir l’effet, il fallait être sûr que le ferrage soit net. Il n’y avait plus de doute, le carnassier réagit violemment et fila immédiatement vers les nénuphars. Aurel desserra légèrement le frein du moulinet et celui-ci se mit à geindre. Il ne fallait surtout pas qu’il aille se fourrer dans cet amoncellement de tiges, la ligne pourrait s’y empêtrer, au risque de perdre un contact direct avec sa prise. Déjà quelques jeunes pousses flottaient à la surface attestant que le fil avait ceinturé la forêt de nénuphars et cisaillé quelques tiges périphériques. Heureusement, le brochet 
rebroussa chemin et prit la direction de la berge encombrée. Soulagé, Aurel récupéra quelques mètres de fil, mais le poisson était puissant et lui reprit de la longueur. Le frein du moulinet hurla de plus bel. C’était un bruit à la fois effarent et jouissif. La canne se courbait, allait et venait, amortissant les variations de tensions. Le brochet s’approchait bientôt des branchages et là aussi, il fallait éviter qu’il aille s’emmêler aux rameaux immergés. Aurel dut ralentir sa progression et progressivement resserrer le frein au risque de casser le fil. L’animal redoubla d’effort, il devait sentir sa tentative vouée à l’échec. Soudain la canne se redressa et le fil retrouva sa forme hélicoïdale sur la surface. Aurel s’aperçut que le bouchon n’était toujours pas remonté. Un instant il pensa que tout était terminé, le fil avait peut-être été brisé en amont du bouchon. Mais la spirale bougea encore et revint vers lui, décrivant un arc de cercle. Le brochet avait choisi de revenir à rebours, en direction d’Aurel, se libérant ainsi de toute tension afin de pouvoir se dégager du piège. Immédiatement Aurel rembobina récupérant tout le fil jusqu’à retrouver le contact, et de nouveau le combat reprit. La bête tenta un retour vers les nénuphars, mais cette fois elle avait perdu beaucoup trop de distance. Aurel en était conscient, le plus gros était fait. Maintenant, il fallait fatiguer la bête et la contraindre. Il desserra légèrement le frein du moulinet pour éviter les à-coups trop brutaux, puis le resserra progressivement chaque fois qu’il sentait une plus faible résistance. Il piqua lentement la canne vers l’eau en moulinant puis la retira lentement vers lui. Petit à petit, il put ainsi attirer le poisson vers la berge. Quand le brochet redoublait d’effort, il le laissait repartir et reprendre quelques mètres, quitte à le suivre en longeant la berge, puis Aurel recommençait, plusieurs fois, mètre après mètre. Parfois il pouvait apercevoir l’animal effleurer la surface de l’eau. Des reflets jaunâtres confirmaient définitivement la présence d’un brochet. Celui-là devait être énorme. La bataille avait déjà duré presque une heure. Aurel sentait lui aussi la fatigue dans les bras et le dos. L’animal tenta encore plusieurs plongées, mais chaque fois qu’il 
revenait vers la surface, Aurel lui reprenait quelques centimètres. Cette prise devait être exceptionnelle, il fallait bientôt mettre un terme à la lutte. Le poisson allait et venait de droite à gauche et se fatiguait à chaque tentative de fuite. Aurel put revenir sur ponton. Il le voyait désormais, se débattant, secouant son énorme gueule, essayant de pincer la tresse métallique pour la briser. Il put dorénavant lui maintenir la tête hors de l’eau, pour le priver d’oxygène. Mais le monstre ne renonça pas, il se secoua encore aussi bravement qu’il lui resta de la force. Tout l’avant de son corps fouetta furieusement l’eau qui gicla tapageusement. On n’entendit plus que le bruit de cet ultime engagement entre le pécheur et le brochet, comme si autour d’eux, tout s’était arrêté en un silence pesant. Aucun piaillement d’oiseau, ni gobage intempestif, ni même le frémissement des feuilles d’un tremble, toute la nature sembla s’être figée comme le seraient des badauds, témoins pantois d’un événement hors normes. « L’épuisette ne sera pas assez grande », se dit Aurel, il lui faudrait une gaffe. Il en avait une, fabriquée en bois de houx, longue et ferme, une pointe solide qu’il suffisait de glisser derrière l’ouïe afin d’extraire l’animal de l’eau. En principe, une telle action paraissait évidente, mais maintenir d’une main le monstre encore combatif et de l’autre ajuster l’ergot de la gaffe derrière son ouïe, puis coordonner une même traction pour sortir une pièce de prêt de vingt livres et plus d’un mètre de long sur le ponton était loin d’être commode. Ce fut le dernier effort, enfin Aurel put tirer l’animal sur le gazon, déposer sa canne et admirer la bête. C’était là sa plus belle prise depuis bien longtemps.
 
Chapitre deux : Rescapé

Héléna sera fière de lui, pensait Aurel encore sous l’effet de l’adrénaline. Il enroula le brochet dans une large bande de papier, ouvrit le coffre arrière de la 2CV et le déposa à la place de la roue de secours sous la tôle. Puis il entreposa son matériel et ses cannes derrière la banquette. Le soir commençait à tomber et l’orage devait bientôt éclater. Il fallait partir assez vite avant que la tempête ne se déclenche et ainsi éviter les branches projetées sur la route. Pour démarrer, puisque la batterie de la voiture était trop vieille, il utilisa la bonne veille méthode de la manivelle. Il mit le contact, passa devant le véhicule, et introduit la manivelle à l’endroit prévu. Il fit deux ou trois tours assez lents pour pomper un peu de carburant et puis d’un coup plus fougueux, en un seul quart de tour, le moteur se mit à ronronner. Les premiers mètres du chemin furent comme souvent chaotiques, la voiture tanguait. Aurel adorait être ainsi ballotté, s’agrippant au volant pour choisir les meilleurs passages et éviter les ornières trop profondes. Il avait toute confiance en sa vieille auto malgré ses nombreux grincements et couinements qui, comme le bruit typique de son moteur, contribuaient au charme de cette voiture. Quelques grosses gouttes commençaient à exploser sur le pare-brise, mais Aurel n’utilisa l’essuie-glace qu’avec parcimonie pour ne pas trop tirer l’énergie de l’alternateur. Il finit même son parcours tous phares éteints, connaissant parfaitement les quelque six cents mètres du chemin caillouteux qui menaient à la maison. Il ne faisait pas encore nuit mais une lumière inhabituelle éclairait depuis l’arrière du dernier bosquet. Cela semblait provenir 
des phares d’une automobile. Ce ne pouvait être autrement, car la maison n’avait pas d’électricité depuis bien longtemps. Qui pouvait leur rendre visite ? Un véhicule, du genre tout terrain, était garé dans la cour et éclairait la lisière du bois. Il ne connaissait personne possédant encore un tel véhicule. L’inquiétude l’envahit. Il coupa le moteur de la 2CV et finit le trajet en roue libre pour arriver le plus discrètement. Puis il aperçut un homme sortir de la maison renversant ce qui semblait être de l’essence d’un bidon en métal. Aurel était assez grand et très athlétique, il lui faudrait peu de temps pour maîtriser ce petit blanc-bec dont l’intention évidente était de mettre le feu à la maison. Il pensa immédiatement à sa femme et à sa fille Marine. Où étaient-elles ? S’étaient-elles réfugiées dans les bois ? Dans la maison ? Blessées ou pire encore ? L’urgence était donc d’arrêter l’individu avant que le pire ne se produise. Il se saisit de sa manivelle et s’empressa d’atteindre le malfaiteur. Mais soudain il fut saisi par-derrière et tenaillé par deux énormes bras le privant de tout mouvement. L’homme qui l’avait surpris devait être d’une force et d’une taille incroyable car Aurel avait été décollé du sol. Il tentait vainement d’agiter sa manivelle, mais il ne pouvait atteindre son assaillant. L’autre le serrait si fort qu’on put entendre l’une de ses cotes craquer sous la pression. Aurel hurla.
— Mais que faites-vous là ? Laissez-nous tranquille, il n’y a rien à voler ici. Arrêtez je vous le demande… La pression était si forte qu’Aurel en perdit son souffle.
— Sinon quoi ? dit l’homme malingre en ricanant, le bidon à la main, s’approchant de lui l’air goguenard.
L’homme avait des marques sur le visage. Des griffures récentes qui devaient probablement signifier qu’Héléna ou Marine avaient dû être agressées et s’être défendues.
— On ne vous a rien fait ! Laissez-nous ! brailla Aurel en tapant avec ses talons les jambes du colosse qui ne bronchait toujours pas. Un autre homme sortit du véhicule une arme à la main. Il semblait pareil au premier tout aussi chétif.
— Retourne surveiller les pétasses Revil, lui ordonna le géant. Aurel tourna alors la tête vers le véhicule. La porte avait été ouverte, il pouvait entendre les cris de Marine qui à l’arrière, les mains contre la vitre, appelait au secours. Il vit le visage désespéré et affolé d’une gamine de treize ans réalisant la peine et l’impuissance de son père qui se débattait vainement. Puis il aperçut à côté d’elle, la chevelure d’Héléna, immobile, assise, probablement inconsciente. Marine hurlait et tentait désespérément de briser la vitre arrière avec ses petits poings. La rage, la peur, la haine envahirent Aurel et il redoubla d’effort pour se dégager, mais l’homme au bidon d’essence s’approcha, sortit un revolver en le pointant sur Aurel.
— Non ! lui ordonna le colosse. Nous avons bien du mal à trouver des munitions, on ne peut se permettre de les gâcher !
— Très bien ! On va improviser ! lui répondit l’autre avec un fort accent de l’est.
— Oui mais presse-toi, il me fatigue !
Aurel reçu un premier coup du bidon sur la tempe, d’une violence inouïe qui lui fit perdre un moment conscience. Mais il se redressa les yeux à demi ouverts. Les avant-bras du géant lui comprimaient toujours autant la poitrine. Tout ce qu’il pouvait voir de son adversaire était cette poigne énorme et un étrange tatouage en forme de roue à la base du pouce gauche.
— Alors c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Achève-moi ça ! ordonna le colosse.
L’autre s’y reprit une nouvelle fois, pivotant le bidon métallique pour frapper avec l’angle. Aurel s’effondra une fois relâché. Un bruit sourd lui saturait les tympans, il ne pouvait plus bouger. Il ressentit sa chute comme un épouvantable et long affaissement de tout son corps avant d’échouer mollement sur l’herbe mouillée. Il put sentir de la boue lui rentrer dans la bouche. L’orage commençait à gronder, les éclairs frappaient à proximité mais lui semblèrent un tonnerre lointain, il entendait à peine les voix des deux hommes.
— Il a son compte !
— Oui, j’ai entendu un joli craquement ! Il a son compte. Rentrons ! ordonna le géant.
Une lumière éclaira soudainement la cour, et malgré ses yeux mis clos, il distingua nettement l’arrière du véhicule et le visage de Marine totalement effrayée. Elle hurlait, mais il n’entendait aucun son. La lumière s’amplifia, jaune, animée et si vive qu’elle souligna plus encore l’expression de terreur sur le visage de sa fille. La vision se fixa. Aurel crut que le temps s’était soudainement arrêté, malgré la soudaine averse de grêle. Il sentait le goût de son propre sang dans la bouche, puis le ruissellement gelé de la glace fondue dans ses cheveux. L’image de Marine effarée ne le quittait pas. Elle était toujours là, le regard terrifié, les mains sur la vitre arrière du véhicule, figée telle une photographie. Puis progressivement la vision s’enfonça dans le noir et le silence.
 
Une légère lueur filtrait à travers ses paupières. Aurel croyait rêver, mais il ne semblait pas en mesure de remuer. Pourtant, il avait très froid. Il mit un temps à ouvrir les yeux. Mais un seul lui permit de voir qu’il faisait jour. La pluie ne cessait de battre le sol. Quelque chose de mou au goût ferreux encombrait son palais. Il chercha à recracher ces caillots de sang mais ne pouvait à peine ouvrir la bouche, sa mâchoire lui faisant un mal horrible. Il souffla pour évacuer cet amas visqueux mêlé à de la terre. Quand il essaya de se lever, une douleur vive dans la nuque ne lui permit aucun mouvement. Le souvenir et l’image de Marine lui revinrent instantanément à l’esprit. Il gémit en regardant le ciel, allongé sur le dos. La pluie lui rinçait le visage et se fondait à ses larmes. Il lui fallut endurer encore la douleur quand il tenta de regarder du côté de la maison. Le toit était effondré et avait emporté le premier étage. Ce n’était plus qu’un amas de bois noircis par le feu, quelques fumerolles s’échappaient encore de certaines poutres. Les pointes des pignons avaient elles aussi disparu. Les briques s’étaient mélangées à la cendre et aux restes calcinés. Tout avait été anéanti, les meubles, les souvenirs… On ne lui avait pas seulement 
enlevé ce qu’il avait de plus précieux sur ce monde, mais détruit aussi tout ce qu’il avait pu construire. Trempé depuis de longues heures, transi de froid, il avait envie de mourir, de se laisser là, comme au bord d’un abîme sans fond qu’un seul saut lui permettrait d’oublier à jamais cette souffrance insupportable. Il se sentait si faible que chaque respiration lui semblait être un effort. Il se retourna du côté de la 2CV, à quelques pas de lui. Elle aussi avait été incendiée, mais elle tenait encore sur son châssis. Les pneus n’avaient pas été touchés par les flammes, seul l’habitacle avait été détruit. Assiégé par tant de désolations, lui restait-il au moins l’envie de se battre, de survivre ? Ne serait-ce que pour se sortir de là, de tout faire pour retrouver ces ordures et libérer sa douce Héléna et sa jeune Marine. Il ne devait pas se laisser agoniser ainsi. Mais il se sentait si faible et cette douleur aux cervicales lui interdisait toujours le moindre mouvement. Il palpa son visage, put sentir un énorme œdème qui lui couvrait depuis l’arcade gauche jusqu’au menton. Il supposa qu’il avait aussi la mandibule cassée. Il pouvait sentir ses jambes, ses bras, ses mains, les bouger, mais impossible de porter sa tête sans cette horrible douleur. Pas de paralysie ! pensa-t-il presque rassuré. Il estima alors qu’il avait dû être inconscient plus de quarante-huit heures, vu les restes de la maison et le peu de fumée qui s’en échappait encore. Mais s’il ne trouvait pas rapidement le moyen de se bouger et de se mettre à l’abri, l’hypothermie pourrait l’achever. La 2CV serait le plus proche refuge, au sec sous le châssis. Encore fallait-il pouvoir bouger sans risquer le pire avec les cervicales en mauvais état. De là où il se tenait, il put attraper quelques branches au sol, qu’il brisa en plusieurs morceaux de moins de dix centimètres. Il les choisit relativement solides mais assez souples. Puis il défit sa ceinture et se la glissa sous la nuque. Un à un, il disposa les brins de bois les uns à côté des autres sur la large lanière de cuir. Il en fit un premier tour autour de son cou. Avant d’en refaire un second, il disposa à nouveau quelques-unes de ces attelles de fortune et ainsi de suite selon leur taille ou leur épaisseur. Les plus longues et les plus 
solides lui remontaient depuis le niveau des omoplates jusqu’à l’arrière de son crâne. Enfin il boucla le tout fermement mais sans trop serrer. Cette minerve de fortune sera-t-elle efficace ? Il le saurait assez vite. Il pouvait se dire qu’avec un peu d’effort, il lui suffirait de compter « un deux et trois » puis hop, se relever tranquillement. Mais ce n’était pas aussi simple. En plus des douleurs, il y avait aussi cette nausée. Chaque mouvement lui donnait l’impression de perdre à nouveau connaissance. Il lui fallait être patient, respirer lentement et profondément. La côte fêlée ne gênait pas sa respiration. Aurel souffla donc et inspira ainsi pendant plusieurs minutes.
Il y a du mieux ! se dit-il, mais se redresser était encore risqué. Alors il roula sur le côté, la minerve improvisée lui maintenait la tête comme prévu. La douleur était toujours vive mais l’effort lui sembla plus facile. Maintenant, l’idée serait d’atteindre la 2CV et de se glisser au sec, sous le châssis. Ce qu’il fit pas à pas, ou plutôt roulade après roulade, alternée de haltes sur le dos, pour souffler de nouveau. La minerve, bien que très désagréable démontra son efficacité. Avec beaucoup plus d’aisance qu’il ne le crut, il parvint enfin à s’étendre à l’abri de la pluie froide, la tête entre les deux roues arrière. Il y avait là bien assez de place, au moins de quoi lever les coudes ou s’agripper au pot d’échappement. À nouveau, il tenta de décoller sa tête du sol. C’était beaucoup mieux, mais toujours insuffisant pour espérer se redresser totalement. Le temps de souffler encore et avec de la patience, il dominerait bientôt cette douleur.
Peut-être s’était-il endormi, ou avait-il à nouveau perdu connaissance ; Car quand il se réveilla, il faisait nuit. La pluie avait cessé. Le vent avait tourné au nord, entraînant vers lui l’odeur de la suie et du charbon mouillé, ravivant ainsi brutalement la flagrance du drame. La nausée et son abattement lui imposaient encore l’immobilité et le repos. Il s’assoupit parfois quelques minutes, parfois une à deux heures. C’était à chaque réveil, un retour à la terrible réalité. Chaque fois, l’image de Marine derrière la vitre 
arrière du véhicule s’imposait à son esprit. Il se savait anéanti mais devait réagir et puiser dans ses dernières ressources, si tant est qu’il lui en restât. Le jour se leva alors qu’il gambergeait encore, ne sachant plus trop s’il songeait, rêvait ou réfléchissait, car tout s’entremêlait. Il accueillit cette lumière matinale comme un salut. L’air plus chaud et ses vêtements beaucoup moins humides lui fournirent plus d’entrain. Il s’agrippa au châssis et décolla son torse du sol. « Très bien » se dit-il, il pourrait peut-être bientôt se relever, mais encore fallait-il en trouver la force. Pour cela il devait donc se nourrir. Pas loin de là, il aperçut un bouquet d’oxalis et put en arracher une poignée. Cette plante devrait lui apporter un minimum de vitamines. Mais il ne pouvait en aucun cas les mastiquer. Il malaxa les feuilles entre les mains, en fit quelques boulettes qu’il put introduire dans sa bouche. L’acidité et le jus de la plante lui procurèrent un grand plaisir et l’envie de renaître. Mais il ne pouvait se contenter que de cela. Il observa les alentours mais rien de comestible sinon que ce « pain de coucou » qu’il prit bien le temps d’avaler. Puis il réalisa soudain, qu’il y avait près de dix kilos d’une bonne viande juste dessus de son nez. Là, derrière cette tôle, se trouvait le brochet. Avec un peu de chance, il n’avait pas dû être brûlé. Pour l’atteindre, il lui fallait se glisser d’à peine un mètre vers l’arrière de la 2CV, ce qu’il réussit aisément. Maintenant, ouvrir le coffre était facile. Il put y attraper un chiffon, celui qu’il utilise généralement pour essuyer l’humus gluant dont les brèmes ou les tanches sont couvertes. Malgré la puanteur de ce chiffon, il se l’enroula autour du cou pour renforcer sa minerve. Plonger son bras à l’intérieur du coffre et soulever la plaque du fond, devenait plus délicat. Pour cela, il devait se tenir assis et donc se redresser. En s’agrippant au pare-chocs de la voiture, il pourrait décoller son torse à la force des bras. Sa tête était suffisamment soutenue. Il respira profondément, calculant chacun des gestes qui le conduirait à la position idéale puis, après ces quelques secondes de concentration, il s’élança et se retrouva assis. La douleur aux cervicales avait été aiguë mais très brève. Il ressentait plutôt des 
douleurs aux côtes, de part et d’autre de son abdomen qui l’obligèrent à immobiliser au mieux son torse. Il put enfin ouvrir le coffre et atteindre le brochet. Les fauteuils de la voiture n’étaient plus qu’une carcasse de ferraille et de ressorts qui pendouillaient. La pluie avait sûrement dû limiter la puissance de l’incendie, sa bourriche était à peine fondue. Sous la plaque de métal, le papier qui emballait le poisson avait été séché et légèrement roussi, la chaleur avait dû être assez forte à cet endroit, mais heureusement pas suffisante pour atteindre le réservoir de carburant situé juste en dessous. Une grimace apparut sur le visage tuméfié d’Aurel, c’était tout simplement un sourire. Car en retirant les restes de papiers, le poisson avait été cuit. Il saisit le tout et le déposa sur ses cuisses et sortit un couteau de sa bourriche. Il referma le coffre, ramena ses jambes en tailleur en y maintenant son précieux repas et fit lentement une rotation en s’appuyant sur les bras. Progressivement et patiemment, il put alors s’adosser à la voiture. Comme pour l’oxalis, toujours dans l’impossibilité de mastiquer quoique ce soit, il glissa dans sa bouche entrouverte de petits morceaux de chair avec la lame du couteau. Cette fois le soleil le réchauffait ; bien maintenu et adossé, il pouvait ressentir la force le regagner. Lentement il put se rassasier et malgré les douleurs persistantes aux flancs, il se laissa glisser dans un sommeil plus serein.
Quels sorts étranges lui réservait cette vie, songea-t-il. S’il n’avait pas été accaparé par ce combat avec le brochet, il serait rentré plus tôt et peut-être aurait-il pu sauver sa femme et sa fille. Mais peut-être en aurait-il été aussi autrement. Ces hommes étaient armés, il aurait bien pu s’en défendre mais lui n’avait pas d’arme. Les marques laissées sur le visage de l’un d’eux prouvaient qu’Héléna n’avait sûrement pas dû se laisser faire. Mais que voulaient-ils alors ? S’ils avaient voulu tuer, elles seraient mortes. Il n’y avait rien à prendre de valeur dans cette maison, aucun véritable butin, rien ! Sinon qu’ils avaient enlevé Héléna et Marine. Mais pourquoi ? Cette seule question l’envahit de rage même s’il s’efforçait à classer toutes explications possibles en de simples 
conjectures pour éviter de dramatiser et ne pas imaginer le pire. Peu importe cet effort et sa lucidité, il ne pouvait contenir toutes ces horribles images qui lui traversaient l’esprit. À nouveau il se sentit totalement impuissant et démuni et les larmes inondèrent son visage sans qu’il ne sorte aucun son, aucun gémissement. Il venait pourtant de gagner une première bataille contre le mauvais sort, il avait pu manger et peut-être évité la mort. Il pensa alors à cette réussite, il lui fallait rester positif. Ses réflexes de survie ne seraient pas vains. Il récupérerait, il guérirait, et il les retrouverait toutes les deux. Il n’aurait aucun autre but que de sauver son enfant et sa femme, quoi qu’il en soit, quoi qu’il lui en coûte. Il n’abandonnera donc pas.
Marine l’avait vu tomber, elles avaient assisté à son lynchage. Quelle souffrance horrible pour une gamine, elle qui devait maintenant le croire mort. 
 
Chapitre trois : Gédéon

Une nuit de plus avait passé, cette fois sans averses ni froid. Aurel avait entrecoupé chaque phase de sommeil par une petite collation de ce fameux brochet. Il se sentait déjà mieux mais encore bien incapable de pouvoir se relever et de chercher une aide quelconque. Il savait que régulièrement son ami Gédéon passait les voir au moins une fois par semaine. C’était leur façon à eux de veiller les uns sur les autres. Miri était un village particulièrement très étendu. Il y avait bien quelques bâtiments concentrés autour de la place, comme l’ancienne école ou la mairie, mais sa population était disséminée aux alentours. Comme ils habitaient tous assez éloignés, reclus pour la plupart en forêt, hors des grands accès, les voisins se rendaient couramment visite, soit par courtoisie, soit pour échanger des provisions. C’était une forme de bienveillance collective qui se dessinait naturellement entre eux comme par instinct.
Gédéon était un vieux paysan, il vivait avec sa fille Solange dans sa ferme à trois kilomètres de là. Il était veuf depuis bien avant la crise, son épouse avait été emportée par le cancer. Solange était un peu plus âgée qu’Aurel, elle était interne de médecine avant « l’apocalypse » comme disait son père.
Aurel reconnut tout de suite le moteur pétaradant de la 4L F6 de Gédéon sur le chemin et se réjouit enfin d’un secours. Il entendit les freins couiner, le grincement du frein à main, une porte claquer et les pas du paysan qui accourrait devant les restes de la maison.
— Boudiou de boudiou ! Qué malheur ! s’écria le grand-père en se frictionnant les quelques longs cheveux blancs qu’il lui restait autour de la nuque. Il s’agitait et s’était rapproché de l’entrée de la maison. Mais il tournait le dos à Aurel qu’il n’avait pas vu assis derrière la 2CV.
— Aurel ! Héléna ! cria le vieux bonhomme désespéré.
Aurel ne sut sortir aucun son qui put lui être perceptible, sachant que Gédéon était légèrement dur de la feuille. Alors il frappa son poing contre le coffre de la voiture. Gédéon se retourna et accourut.
— Houla ! Mon pauv’ fieu ! Quelle catastrophe, mais quelle catastrophe ! Qu’est-il donc arrivé ?
— eu a arler ! tenta Aurel
— Houla boudiou ! Dans quel état on t’a mis mon ptit gars ! Héléna ? Marine ?
— enle’ées ! Attaqués… trois honnes ! soupira Aurel.
— Je ne peux pas t’aider tout seul, mon fieu, je vais chercher du monde et on t’emmène à la maison. Je reviens tout de suite !
Moins d’une demi-heure plus tard les pétards de la 4L annonçaient l’arrivée des renforts. Gédéon avait amené les frères Turpin d’une des fermes voisines. Les deux gros costauds avaient avec eux un brancard et des couvertures. Il y avait assez de place dans la 4L fourgonnette pour y allonger le blessé. L’un des frères Turpin avait glissé un tas de couverture et de chiffons sous le brancard pour amortir les vibrations et les chocs possibles de la route chaotique et resta auprès d’Aurel pour le maintenir et lui éviter de ballotter. L’autre frère était assis à l’avant et Gédéon s’efforçait de rouler le plus souplement possible, évitant les nombreux nids-de-poule et autres achoppements d’une route fortement endommagée. Aurel fut pris d’émotion, des larmes s’échappaient de son œil encore ouvert, il tenta aussi de sourire comme pour exprimer sa satisfaction.
— Ça va aller Aurel ! On va bien s’occuper de toi ! lui assura l’un des frères.
Aurel était touché, ces gens avaient accouru, lâchant probablement leurs occupations pour parer à l’urgence. L’esprit de solidarité naturelle les avait propulsés instinctivement au secours d’un des leurs. Aurel ne pouvait ignorer cette disposition humaine car rien ne les y obligeait depuis que le pays avait sombré dans le chaos. Dès la chute des gouvernements, la dispersion des forces de l’ordre, le règne du chacun pour soi avait pris le dessus. Si des hordes de pillards rançonnaient celles et ceux qui, comme Aurel, Gédéon et beaucoup d’autres, avaient trouvé les moyens de survivre de façon autonome, les attaques dans la région étaient plus rares. La menace de brigandage et les affres d’une météo souvent ravageuse avaient poussé les survivants à l’entraide. Aurel souriait en regardant le plafond de la fourgonnette, il saluait quelque part ce que la nature humaine avait de plus précieux et que longtemps on avait renié. Comme la plante qui après l’incendie jaillissait des cendres pour renaître encore, l’humain retrouvait son instinct véritable au milieu de tout ce chaos. Il y avait toujours cru ainsi que son grand-père anarchiste lui avait enseigné. « Aucune autorité ne peut obliger à ce que déjà la véritable nature humaine nourrit et impose d’elle-même », disait-il, quand il répondait au jeune Aurel pour ce que signifiait la solidarité. « L’homme, un loup pour l’homme » objectait le jeune adolescent comme on lui avait appris au collège. Mais selon son grand-père, cette maxime était un mythe, un leurre idéologique totalement faux. Et pour qui connaît le mode et le fonctionnement social des loups, c’était ajouter à l’ignorance et à l’idée reçue, une véritable injure à ce noble animal. On avait fait des hommes des concurrents, des batailleurs, des tricheurs, des peureux et des égoïstes, ce qui ne ressemble pas aux loups. Qui plus est, selon lui, les humains avaient été progressivement dénaturés et vidés de leurs sens primordiaux de survie en collectivité, pour les remplacer par ce qui s’appela le « devoir ». Après des siècles de soumissions et d’obéissances, là aussi convertis en termes de « civisme » , après avoir châtié dans un bain de sang toutes éclosions de sociétés autonomes exemptes d’autorité, le monde 
s’était finalement fait à l’idée que l’ordre devait s’imposer par la seule autorité. Son grand-père ajoutait : « Si tu trouves dans la nature un oiseau assez idiot pour s’arracher les plumes dans le but de s’interdire de voler, dis-toi que c’est ce que l’humain est devenu aujourd’hui ! ». Ainsi le réflexe naturel de solidarité avait été neutralisé par une forme d’automutilation. À cette époque, Aurel ne saisissait pas toujours les analogies de son grand-père mais pouvait comprendre pourquoi ce vieil homme s’était lui-même retranché dans une vie de plus en plus autarcique et pourquoi il se disait souvent « malade de ce monde ». Aurel y voyait plutôt une forme de réticence aux progrès en tout genre, très classique chez les personnes de son âge. Mais il respectait l’homme et savait avoir eu la chance de connaître ce qui aujourd’hui lui paraissait être de la pure sagesse, puisque tous les événements dramatiques qui suivirent confirmèrent hélas ce que son aïeul entrevoyait. Sa 2CV, une relique souvent raillée à l’époque moderne des voitures hybrides ou électriques, incarnait dès lors l’esprit de son grand-père. Elle était aujourd’hui, comme cette 4L, parmi les seuls et rares véhicules à pouvoir encore être utilisés.
Le souvenir de son grand-père, la présence et la réactivité de ses voisins lui furent comme un baume soulageant son terrible chagrin. Serein, il se laissa bercer par les vibrations de la voiture et ferma les yeux, conscient qu’il lui faudra prendre le temps de se refaire, avant d’entreprendre des recherches et secourir sa famille. Il se savait maintenant en sécurité.
2
Mise en avant des Auto-édités / Mon parcours de bypassée de Nisa
« Dernier message par Apogon le jeu. 30/12/2021 à 18:00 »
Mon parcours de bypassée de Nisa



Pour l'acheter : Amazon     Bookelis

Les batailles qui comptent ne sont pas celles qui sont visibles. Ce sont les luttes à l’intérieur de vous-même – les batailles invisibles et inévitables pour chacun d’entre nous – qui importent.
Jesse Owens


Quelques repères
Concernant le livre
Plusieurs sigles et termes médicaux parsèment le parcours et entrent vite dans le vocabulaire des patients. Ceux principalement utilisés dans ce témoignage sont expliqués une première fois en bas de page ou entre parenthèses. Ils se retrouvent également dans le glossaire présent à la fin de l’ouvrage et sont signalés par un astérisque afin que vous puissiez les identifier facilement. Les références indiquées dans les notes sont regroupées juste après si vous souhaitez approfondir le sujet.
*
Étant donné qu’il s’agit d’un témoignage, les personnes dont je parle sont réelles. J’ai donc modifié leurs noms ou prénoms pour respecter leur anonymat.
Pour le personnel médical récurrent, il m’est arrivé de rencontrer plusieurs intervenants avec le même métier. Par exemple, la psychologue avec qui j’ai eu une consultation n’a pas été la même que lors de l’ETP (Éducation Thérapeutique du Patient). Pour plus de lisibilité et parce que ça n’a au final aucune incidence (les discours étant les mêmes et la bienveillance toujours présente), j’ai choisi de baptiser Paulette ces deux professionnelles, faire comme s’il n’y avait eu qu’un intervenant.
Pour aider à la mémorisation du rôle de chacun, j’ai utilisé des prénoms ou noms dont la première lettre rappelle la fonction.
Je vous les liste ici si vous avez besoin de vous y reporter pendant la lecture.
Chirurgien : Dr Champollion
Diététicienne : Domitille
Enseignant en Activité Physique Adaptée : Anthony
Infirmière à domicile : Isabelle
Infirmière à l’hôpital : Ingrid
Kinésithérapeute de ville : Kim
Kinésithérapeute à l’hôpital : Kader
Médecin généraliste : Dre *1  Grimaud
Médecin nutritionniste : Dr Nicholson
Ostéopathe : Olga
Psychologue : Paulette
Secrétaire du chirurgien : Sakina
*
Je mentionne de nombreuses fois un groupe dans ce livre. Il s’agit d’une communauté sur Facebook, gérée par l’association de patients de mon du Centre De l’Obésité (CDO). Les échanges nourris et les encouragements reçus m’ont été d’un soutien précieux tout au long de mon parcours.
Je parle également à plusieurs reprises d’un ouvrage découvert lors de la rédaction de ce témoignage : Le charme discret de l’intestin – tout sur un organe mal aimé... de Giulia Enders. Il m’a appris beaucoup de choses et je ne peux que vous en conseiller la lecture si ce n’est pas déjà fait.
*
Pour rédiger ce livre, j’ai longuement hésité entre un journal chronologique ou un récit classé par thématique. J’ai finalement opté pour un mix des deux. La première partie de ce témoignage se déroule de façon linéaire. On y découvre mes évolutions et prises de conscience au fur et à mesure. Je souhaitais vraiment que vous m’accompagniez dans toutes les étapes. Puis je me focalise sur un thème par chapitre, comme un bilan de chaque aspect important. Cette solution m’a semblé plus pertinente, car elle correspond mieux à mon cheminement et permet au lecteur concerné de retrouver plus facilement certains passages s’il désire s’y référer à nouveau lors de son avancement dans le parcours. Ne soyez donc pas étonnés si je reviens parfois en arrière dans certains chapitres.
Bonne lecture !
 
Concernant l’obésité et l’opération
J’ai bénéficié d’un bypass gastrique en octobre 2019, et cette chirurgie, qui souffre de beaucoup d’idées reçues, m’a transformée. Avant de vous raconter mon histoire, il me semble nécessaire de vous communiquer quelques éléments de contexte, utiles pour la suite.
Le premier point important à prendre en considération avant de débuter votre lecture est que ce récit est mon témoignage de patiente. Il s’agit uniquement de mon expérience et de mon ressenti. Je ne suis pas une professionnelle de santé et j’interprète forcément les paroles des médecins en fonction de mon histoire et mes connaissances. Tout ce qui est dit dans ce livre n’engage que moi.
De même, si je m’appuie parfois sur ce que j’ai pu voir ou entendre d’autres opérés, je ne relate ici que mon vécu : mon intervention (un bypass gastrique en Y), mes complications, mon apparence, mon mental, etc. En aucun cas, je ne parle au nom de tous les obèses. S’agissant plus spécifiquement du choix de la technique, il ne se fait qu’en fin de parcours, on m’a donc mentionné la sleeve à quelques occasions. Pourtant, je n’en parle pas dans ce témoignage. Tout simplement parce que je savais, au plus profond de moi, dès le premier rendez-vous avec le chirurgien, que je souhaitais un bypass et que c’était l’opération qui me correspondait le plus, par rapport à mes antécédents.
Il m’apparaît aussi primordial de préciser que lorsque j’évoque la maladie et les difficultés importantes à maigrir, cela concerne l’obésité, soit un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur ou égal à 30. Et plus particulièrement l’obésité morbide (IMC de plus de 40), qui est plus susceptible d’entraîner des problèmes de santé. Si vous avez un IMC inférieur, que vous avez pris deux kilos après la tartiflette, la raclette et la fondue des vacances de Noël, la situation est complètement différente. On ne peut pas comparer l’incomparable : perdre quelques kilos qu’on juge de trop n’a rien à voir avec s’en délester de plusieurs dizaines. Cependant, quel que soit votre cas, je pense que certaines astuces et bonnes habitudes que j’ai acquises pendant mon parcours peuvent être utiles à tout un chacun et pas seulement à la population en situation d’obésité.
Bien entendu, comme toute pathologie, ses effets sont variables d’une personne à l’autre et peuvent évoluer dans le temps. Pour prendre un exemple assez parlant non lié à la morphologie, mon fils et moi sommes asthmatiques. Lui a une forme grave, avec un retentissement quotidien sur sa vie. Vu la fréquence et l’intensité de ses crises, il ne peut pas sortir de la maison sans son médicament d’urgence. Tandis que si j’oublie ma Ventoline, j’ai 99 % de chances que tout se passe bien (et c’était déjà le cas avant qu’on me prescrive un traitement de fond). Pourtant, c’est moi l’obèse.
Et si je parle de maladie, ce n’est pas péjoratif (j’aurais peut-être mal pris ce terme à l’époque où ma santé n’était pas impactée, car oui, on peut être gros et aller très bien), je pense que vous le comprendrez à la lecture de ce témoignage. J’espère ne blesser personne, je sais que le sujet est très délicat, mais s’agissant de mes ressentis et de mon expérience, ils seront forcément différents de ceux d’un autre.
*
Dans ce récit retraçant mon parcours, de la décision aux neuf mois postopératoires, je ne vais pas exprimer mon poids en kilos, car il ne sera pas parlant. Si je vous dis 100 kilos et que vous faites 1m90, ça ne vous semblera pas gros. Par contre, si vous faites 1m45, tout de suite, vous allez visualiser une silhouette bien différente. Je vais donc uniquement utiliser l’IMC*. Cet indice, validé par l’Organisation mondiale de la Santé, permet de mesurer la corpulence d’une personne en divisant le poids en kilos par le carré de la taille en mètres. Par exemple, pour quelqu’un de 104 kilos et de 1m50 : 104/(1,5 x 1,5) = 46,22. Vous trouverez de multiples sites Internet qui feront les calculs pour vous.
L’IMC se classifie ainsi :
– moins de 18,5 : Insuffisance pondérale (maigreur)
– de 18,5 à 25 : Corpulence normale
– de 25 à 30 : Surpoids
– de 30 à 35 : Obésité modérée
– de 35 à 40 : Obésité sévère
– plus de 40 : Obésité morbide ou massive
Lors de la pesée à mon premier rendez-vous, mon IMC était de 46. Pour vous aider à m’imaginer, voilà ce que ce chiffre représente avec plusieurs tailles (données approximatives qui dépendent de différents paramètres comme l’ossature ou la musculature) :
– 1m50 : 104 kilos
– 1m60 : 118 kilos
– 1m70 : 133 kilos
– 1m80 : 149 kilos
– 1m90 : 166 kilos
De plus, je parle toujours de ma perte depuis le jour où j’ai franchi les portes du CDO*, car je considère que c’est là que mon parcours a débuté. Alors que de nombreux opérés se basent sur la date de leur chirurgie.
*
La chirurgie bariatrique n’est pas destinée à n’importe qui. Il ne s’agit pas d’une opération pour perdre quelques kilos superflus. Remettons les choses dans leur contexte. Si le taux d’obésité augmente (IMC* supérieur à 30), celui de l’obésité morbide (ou encore dite massive avec un IMC de plus de 40) est relativement stable et concerne environ 1 % de la population *2.
Pour envisager cette chirurgie, il faut :
– Un IMC au-dessus de 40 (obésité morbide). Les patients présentant une obésité sévère (IMC entre 35 et 40) sont également éligibles s’ils souffrent d’une ou plusieurs maladies associées comme le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, une stéatose du foie, l’apnée du sommeil, une insuffisance respiratoire...
– Être en échec lors des précédentes tentatives d’amaigrissement. La chirurgie est toujours le dernier recours quand rien d’autre n’a réussi ; ce n’est jamais une décision anodine ou de facilité comme on peut parfois le croire de prime abord (même chez certains futurs opérés).
– Un consentement éclairé : il est impératif que les enjeux soient bien compris par le patient. En effet, cette chirurgie modifie le système digestif en réduisant drastiquement la taille de l’estomac (et le bypass va jusqu’à dériver une partie de l’intestin). Elle implique des changements conséquents concernant les habitudes de vie (notamment alimentaires) et le suivi médical est très rigoureux.
Il existe plusieurs contre-indications. Certaines sont temporaires, d’autres irrémédiables. J’en liste quelques-unes à titre d’exemple, mais seul votre CDO* peut vous renseigner par rapport à votre situation personnelle.
Dans les définitives, nous pouvons citer :
– présenter une maladie endocrinienne ;
– quand le risque que fait courir la chirurgie est plus important que le bénéfice qu’elle peut apporter ;
– certaines pathologies graves qui rendent toute anesthésie impraticable (cela semble évident, mais ça va mieux en le disant) ;
– si le suivi est impossible (en raison du lieu de vie par exemple), l’opération sera trop risquée ;
– le bypass entraînant une malabsorption *3 de certains médicaments, si ceux-ci sont indispensables, cette chirurgie précise ne pourra pas être proposée.
Les temporaires concernent essentiellement deux situations.
Tout d’abord la dépression sévère. Il faut déjà se faire aider, car cette maladie altère les capacités de jugement et le consentement ne pourra pas être éclairé. De plus, il est compliqué de suivre un traitement médical et d’observer une prise en charge correcte en souffrant de cette pathologie (j’en sais quelque chose, je suis passée par là il y a plus de dix ans). La difficulté à se maîtriser rend également ardue la phase postopératoire et ses « contraintes » (je ne mets pas des guillemets au hasard, vous comprendrez pourquoi au fil de la lecture). En outre, il y a la crainte que la dépression, après un apaisement grâce à l’intervention et la perte de poids, revienne plus forte et conduise à certains actes désespérés. Le risque est accru après chirurgie : on estime qu’il y a quatre fois plus de suicides chez les opérés que dans le reste de la population. Attention avec ce chiffre, car les obèses sont plus fragiles, même avant l’intervention. Cette dernière pourra régler certains problèmes, mais n’effacera jamais certains traumatismes (qui ont pu provoquer une prise de poids) comme de la maltraitance ou de l’inceste. De plus, l’image modifiée de son corps, ne pas se reconnaître, ne pas maigrir autant qu’attendu, ou bien perdre sans avoir anticipé les excès de peau difficiles à assumer, peuvent aussi entraîner une dépression.
Une fois la maladie soignée, la chirurgie peut être envisagée.
Si vous êtes concerné par des troubles des conduites alimentaires, il ne faut surtout pas le cacher de peur qu’on vous refuse l’opération. Au contraire, il est nécessaire d’en parler à l’équipe médicale qui vous aidera à surmonter ce problème pour que l’intervention ne soit pas un échec.
Il faut savoir qu’il existe également des facteurs de risque comme l’âge, un IMC* supérieur à 50, le tabagisme, qui, s’ils n’empêchent pas forcément la chirurgie, doivent être pris en compte pour votre sécurité.
Dans tous les cas, mentir ne pourrait que vous desservir et vous exposerait à des complications pouvant être évitées. Une honnêteté totale avec l’équipe médicale qui vous assiste dans le parcours est indispensable afin de ne pas vous mettre en danger et d’obtenir le meilleur résultat possible à long terme. Au pire, si l’opération est vraiment incompatible avec vos antécédents, on ne vous abandonnera pas. Vous serez pris en charge autrement.
À noter que si vous pensez ne pas rentrer dans les clous, rien ne vous empêche de consulter (vous verrez que j’ai douté moi aussi !), chaque patient est étudié au cas par cas et vous serez accompagné, même si ce n’est pas chirurgicalement.
 Toute opération bariatrique fait l’objet d’une entente préalable auprès de la Sécurité sociale et vous pouvez être amené à rencontrer l’un de leurs médecins. Ce n’est ni inquiétant ni anormal. N’ayant pas été convoquée, je n’y reviendrai pas dans ce témoignage.
*
L’intervention tend à plusieurs buts, voici les principaux :
– Celui auquel tout le monde pense immédiatement : la perte de poids.
– Le plus important tient en la disparition ou la baisse des comorbidités. Il est par exemple possible de passer d’injections quotidiennes d’insuline à quelques comprimés pour le diabète. Ou encore de récupérer une tension artérielle dans les normes ! Bien sûr, le résultat n’est pas garanti, mais quasiment tous les opérés ont un réel gain sur les maladies associées à l’obésité.
– La diminution des risques de développer d’autres pathologies comme certains cancers (tels ceux du sein, colon, utérus, prostate, rein...). Elle serait d’un tiers selon l’étude SOS *4  ! C’est énorme. Je vous parlerai de cette étude lors du premier rendez-vous avec le chirurgien.
– L’amélioration de la qualité de vie des patients.
– La normalisation de la fertilité si le poids était la cause de problèmes dans ce domaine.
– En évitant certains décès liés notamment aux cancers et accidents cardio-vasculaires, la mortalité serait réduite de 40 % ! Un chiffre qui donne le tournis.
La perte moyenne est de 70 % de l’excès de poids, en conséquence, on ne devient généralement pas mince après ce type d’intervention. C’est une moyenne, ce qui signifie que certains maigrissent plus... tandis que d’autres moins. L’IMC* moyen après la chirurgie est de 30... soit le tout début d’une obésité modérée. Exit l’image du top model donc. On considère qu’à dix ans, les opérés se seront allégés en moyenne des 2/3 de leur poids excédentaire. Je crois que ces chiffres sont essentiels à connaître dès le début. Personne ne peut vous garantir une perte de tant ou tant de kilos. Il est possible de maigrir beaucoup, comme très peu. Mettre une attente trop élevée sur l’intervention risque d’entraîner une déception (ou une frustration) importante et des dommages psychologiques non négligeables.

La décision

J’ai mis des années à me décider, car rien qu’en entendant les mots « chirurgie bariatrique », je suis pétrie de peur.
Peur des risques liés à l’opération en premier lieu. Pourtant, les chiffres sont plutôt rassurants. Peu de décès : 8 à 14 pour 10 000 interventions. Malgré tout, je peux faire partie de ces exceptions. Et puis, il y a les complications... Occlusion *5, fistule, phlébite *6 , infections, malaises, hernie, problèmes digestifs... On ne parle que de cela, partout.
La peur de la douleur est loin derrière, mais bien présente. Il paraît que ça fait très mal, non seulement dans les jours qui suivent, mais aussi pendant très longtemps en cas de dumping syndrome *7 . Et s’il faut se faire retendre la peau car elle n’a pas suivi le rythme accéléré de la perte, on repart sur de nouvelles souffrances de cicatrisation, des années plus tard.
Une autre peur, qui peut sembler étonnante, celle de changer. Physiquement (même si mon corps est perfectible, c’est le mien, je ne connais que l’obésité) et mentalement. Certains témoignages parlent d’impossibilité de se reconnaître, de rejet de ce corps modifié, mais également de divorces, d’amitiés mises à mal.
La dernière peur qui me taraude est celle des contraintes et frustrations après l’opération. Elles seront présentes à vie. Il n’y aura pas de relâchement envisageable. Suis-je prête à ces sacrifices ? Le jeu en vaut-il la chandelle ?
En fait, il reste une crainte que j’ose à peine m’avouer. Il y a longtemps, quand je m’étais renseignée, j’avais lu qu’il pouvait y avoir des fuites anales. À même pas trente ans, ça avait suffi à me convaincre que non, non, non ! Hors de question de perdre (potentiellement, certes) le contrôle total de mon sphincter. De mes souvenirs (car je ne retrouve rien de ce type lorsque je dévore tout ce que je trouve sur le sujet avant le premier rendez-vous), c’était expliqué par la malabsorption* des graisses qui lubrifiaient les intestins et les selles glissaient ainsi presque toutes seules dans le colon. Le fait de ne plus en entendre parler me rassure. Au contraire, il est plutôt fait état d’une constipation suite à l’opération du fait de la diminution de nourriture et de fibres ingérées. Ma dignité a une nette préférence pour ce dernier effet secondaire.
*
Ma généraliste, la Dre Grimaud, évoque cette chirurgie depuis cinq ans, depuis qu’elle a repris le cabinet médical où je suis suivie. C’est la première à m’avoir informée que l’obésité est une maladie, qu’il existe des équipes spécialisées, en milieu hospitalier, et que l’intervention est à envisager dans mon cas, au vu de mon IMC* élevé et de tous mes échecs précédents pour maigrir durablement.
Mais j’ai peur, si peur que je refuse d’en parler.
Comme je l’ai dit plus haut, j’appréhende les risques opératoires bien sûr. Mais je suis aussi terrorisée à l’idée que ça rate, que je ne perde pas, ou que je reprenne. Si le dernier espoir ne fonctionne pas, que me restera-t-il ? Et puis... j’ai honte. Honte de ne pas réussir sans aide. Ce n’est quand même pas si compliqué ! 99 % de la population n’est pas obèse morbide. Si je le suis, c’est parce que je ne bouge pas assez, que j’écoute trop mes douleurs. Et puis, même si je mange sain, je mange trop ! Et la semaine dernière, je me suis offert une glace, alors que j’aurais pu m’en passer. Si je fais plus d’efforts, que j’arrête les féculents, que je fais deux heures de sport par jour, je vais y arriver. Seule, sans aide. Alors je perds quelques kilos. J’en reprends quasiment le double. Comme d’habitude. C’est mon éternel schéma depuis près de vingt-cinq ans, depuis que j’ai consulté pour la première fois lorsque j’étais encore à l’école. Ce fameux effet yoyo.
La Dre Grimaud me reparle de la chirurgie annuellement, juste pour connaître la progression de ma réflexion, me rappeler qu’elle sera là le jour où je serai prête. J’ai conscience de la chance que j’ai d’avoir une généraliste en or, la savoir derrière moi m’a aidée tout le long de mon cheminement. Tendre la main au lieu de culpabiliser, c’était indubitablement la bonne méthode à appliquer avec moi, même si ça m’aura pris du temps.
Se décider est très difficile. Cela impose de se regarder en face et d’être prêt à s’engager à vie, car il est compliqué, voire impossible, de revenir en arrière. Il est donc normal que cette résolution mûrisse, souvent très longtemps. D’autant qu’une opération qui va changer le métabolisme et impacter le reste de la vie n’est jamais à prendre à la légère.
Parce que oui, après des années à refuser d’en entendre parler, je suis enfin prête à envisager cette possibilité. Ma santé est affectée et c’est ce qui me conduit à sauter le pas. Mes risques cardio-vasculaires sont importants, l’angoisse de mourir ne me quitte plus. En préparant ce livre, j’apprends que les obèses ont quatre fois plus d’hypertension artérielle que le reste de la population en raison d’hormones et de molécules émises par les cellules adipeuses. Je suis loin d’être une exception. D’autres problèmes se rajoutent et me conduisent à consulter une néphrologue. Mon poids revient comme facteur aggravant, encore et toujours. Et ce dernier souci me fait en plus douter que je sois éligible à l’opération. Sur le site du CDO* que j’ai fini par examiner en long, en large et en travers, il est précisé qu’il ne faut pas avoir de pathologie liée à la thyroïde ou aux glandes surrénales. Avec mon nodule surrénalien, je suis convaincue d’être rejetée de cette opération. La Dre Grimaud use de toute sa persuasion et j’accepte d’y aller quand même. Au pire, ils me prendront en charge et m’aideront autrement. Mais à ce stade, enfin disposée à entrer dans ce parcours, ça serait une nouvelle difficile à encaisser.
Je ne suis pas sûre d’en être capable, mais ai-je encore le choix ?
*
Hormis les problèmes de santé, plus le temps passe, plus je suis lourde, fatiguée, dans l’incapacité d’accomplir certaines choses, notamment avec les enfants.
Être obèse implique de m’adapter en permanence.
De m’interroger avant de faire quoi que ce soit : « Cette chaise va-t-elle supporter mon poids ? », « Est-ce que je tiens sur ce trottoir ? ».
De devoir me garer plus loin, car la place de parking est trop étroite et que je ne pourrai pas m’extirper de mon automobile.
De pleurer en sortant des courses lorsque je découvre qu’une voiture est collée à la mienne et qu’il m’est impossible de m’y glisser. Car, obèse depuis l’enfance, je n’ai jamais eu le loisir de me faufiler.
D’avancer régulièrement l’heure du réveil, car il m’est de plus en plus compliqué de m’habiller. Le pompon revient aux chaussettes qui sont ma croix journalière.
De demander de l’aide aux collègues pour accéder aux archives, car je passe à peine une cuisse entre les rayonnages.
De prendre des antidouleurs quand je reçois des invités pour réussir à gérer le ménage, la préparation du repas et la visite sans m’écrouler.
Même s’il n’est pas reconnu en tant que tel, je ressens mon poids comme un réel handicap, qui me rend la vie difficile au quotidien. Et tout autour de moi me le rappelle constamment. Heureusement, j’ai un travail administratif et je n’ai pas à m’inquiéter à ce sujet, contrairement à d’autres obèses qui peuvent avoir du mal à trouver ou garder leur boulot s’il y a contact avec le public ou beaucoup de manutentions par exemple. Leur apparence ne rassure pas les employeurs potentiels (ce qui est discriminatoire, mais comment le prouver ?), ou les douleurs deviennent invalidantes et rendent certaines tâches difficilement réalisables.
*
Mon obésité est devenue un fardeau.
Un fardeau physique, car se mouvoir avec plusieurs dizaines de kilos en trop, c’est plus difficile, plus fatigant. Je ne compte plus le nombre de malaises que j’ai fait en jardinant ou en passant simplement le balai. Avec les années, j’ai appris à décomposer toutes mes tâches pour éviter de m’épuiser et d’en arriver à cette extrémité. Cinq minutes par-ci, par-là. Me garer plus près. Échapper aux escaliers autant que possible... Il faut bouger pour aller mieux, mais ça m’est tellement difficile... C’est le serpent qui se mord la queue. C’est venu en même temps que la trentaine. Avant, je faisais partie de ces grosses qui clament qu’elles vivent normalement et qui revendiquent presque fièrement leurs kilos.
Le fardeau est aussi psychologique. Personnellement, je pense le supporter relativement bien par rapport aux témoignages divers que j’ai pu entendre. Malgré cette acceptation de mon corps, il m’est impossible de me voir en photo. Si je ne suis pas complexée, je ne supporte pas l’image renvoyée par l’appareil. Elle est tellement éloignée de la façon dont je me visualise qu’il m’est intolérable d’y être confrontée. Dans le quotidien, chaque rappel de mon apparence hors-norme est autant de coups de griffes que je reçois. Ça ne fait pas très mal à chaque fois, mais ça égratigne. Je me révèle entièrement couverte de ces cicatrices mentales. Les regards, le mobilier inadapté, les réflexions, les brimades lorsque j’étais petite...
À tout cela s’ajoute la culpabilité, fidèle d’entre les fidèles depuis ma tendre enfance et les insultes de cours de récré. On m’a tellement martelé que si je suis grosse c’est de ma faute que je l’ai toujours cru.
Il y a ceux qui essaient de me faire cracher le morceau : « Non, mais avoue, je ne le répéterai pas. Tu te gaves de paquets de chips quand il n’y a personne, hein ? »
Il y a les médecins qui soupirent devant mon poids, nécessitant de parfois changer de matériel. Une chronique de Baptiste Beaulieu *8 pour France Inter est visible sur Internet  à ce sujet et m’a beaucoup touchée.
Il y a les regards jetés dans mon chariot. Vu que je suis grosse, on peut juger ce que je mange ! Alors que je fais les courses familiales, ce n’est donc pas forcément pour moi. Ce n’est pas parce que je suis au régime permanent que mes enfants doivent l’être également. Encore une fois, mon premier réflexe est de me justifier bien que je n’aie pas à le faire.
Il y a ceux qui se moquent dans la rue (souvent des groupes d’adolescents).
Il y a les comparaisons aux autres, la honte de ne pas réussir à faire autant et aussi bien que mes amis et collègues quand ils se racontent leurs week-ends. Impossible pour moi en fractionnant mes tâches domestiques et parentales d’avoir la même efficacité qu’eux sur tous les fronts.
Avec les années, j’essaie de me blinder, de me cacher derrière une façade, celle de la fille qui s’en fiche, qui assume et est bien dans ses baskets. J’ai tant souffert petite, que sans cette carapace, le quotidien me serait intolérable.
L’obésité morbide abîme le corps et le psychisme. Je ne connais personne qui s’inflige de telles douleurs morales et physiques volontairement, quoi que les bien-pensants en disent.
*
Maintenant que je suis prête à rencontrer le chirurgien, je n’aborde pas cette opération en me fixant un poids ou un IMC* à atteindre. Sans doute, car j’ai une amie qui a perdu peu par rapport à ce qu’elle espérait, et que ce qu’elle a ressenti comme un échec a été très douloureux pour elle. Ça l’est du reste encore malgré les années passées. J’ai pleinement conscience que je ne pourrais me délester que d’une vingtaine de kilos. Voire moins. Qui seront toujours ça de gagné. C’est mon état d’esprit. J’aimerais juste casser cette spirale infernale qui me pousse à grossir invariablement. Si je stabilise à un IMC de 38 par exemple, je m’en satisferai. Je rêve de ne plus focaliser sur mon poids, de ne plus craindre le yoyo, de ne plus devoir être dans une restriction perpétuelle et culpabilisante.
Si je souffre des répercussions de mon poids, je n’ai pas de problème particulier avec l’acceptation de mon corps, il me convient tel qu’il est et je crois que ça facilite cette absence d’objectifs. Oui, même si j’ai du mal à me voir en photo car je ne me reconnais pas. Très franchement, je me fous complètement de l’aspect esthétique tandis que c’est la première chose à laquelle les gens pensent lorsqu’on parle chirurgie. C’est vraiment ma santé que je souhaite améliorer, ne plus craindre de mourir et de laisser mes enfants, ne plus me détériorer (je constate que je perds de l’autonomie à une allure qui me terrifie). Si possible, gagner en qualité de vie, notamment au niveau de la mobilité. Au fond de moi, un doux rêve : pouvoir rentrer dans un gilet et ainsi faire du canoë ou du Laser Game. Voire glisser mon corps dans un kart, même si la vitesse me fiche la trouille. J’ai tellement envie de partager des activités avec mes ados que je suis prête à combattre mes peurs. Ça serait la cerise sur le gâteau comme on dit. Pas une seconde, je n’imagine atteindre un IMC* normal.
 
Le premier rendez-vous

Le cœur battant, je suis les indications sur les panneaux de l’hôpital. Ma main tremble lorsque j’appuie sur le bouton de l’ascenseur qui me rapproche du chirurgien, de ce rendez-vous qui va potentiellement changer ma vie.
Les portes s’ouvrent sur un nouveau couloir, je prends à droite et vais m’annoncer à l’accueil. La secrétaire, Sakina m’apprend son badge, me remet un petit fascicule qui décrit les quatre interventions actuellement pratiquées, puis m’invite à patienter.
Quand je pénètre dans la salle d’attente, les larmes me montent aux yeux. Ici, les fauteuils sont adaptés aux obèses. Je n’en avais jamais vu, je ne savais même pas que ce type de mobilier existait. Ils sont environ deux fois plus larges que la normale, je n’ai pas à rester debout ou à déborder de mon siège en culpabilisant de prendre trop de place.
Je m’installe, confortablement, avec la sensation que je vais trouver dans cet endroit de la bienveillance. Enfin.
En attendant le Dr Champollion, je lis et relis mon petit fascicule, stressée. Un dessin illustre chaque intervention pour une meilleure visualisation. En plus du bypass qui sera mon opération (même si je l’ignore à cet instant) et dont il est question dans ce livre, il y a la gastroplastie par anneau ajustable, la sleeve gastrectomy et le duodenal-switch. N’ayant pas eu ces techniques, je n’en parlerai pas plus. Ce document explique que la chirurgie bariatrique, si elle n’est pas miraculeuse, est la solution la plus efficace sur dix ans.
*
Tout commence par une réunion de groupe, très interactive. Nous sommes trois. Trois femmes (comme 80 % des opérés) à nous jeter dans l’inconnu, à espérer beaucoup de ce premier rendez-vous.
Le Dr Champollion, aidé de diapositives projetées au mur, nous apprend toutes les données essentielles à connaître avant de se lancer. Les différentes techniques chirurgicales, les attendus, les complications possibles, les études (notamment une suédoise, nommée SOS [Swedish Obese Subjects], menée sur une quinzaine d’années avec un échantillon de plusieurs milliers d’obèses). C’est très didactique, il ne se contente pas de dérouler sa présentation. Non, il commence toujours par nous interroger. Il veut savoir quelle est notre compréhension à ce stade, si nous avons de fausses idées sur ce type d’intervention, si des rumeurs nous inquiètent, si nous nous souvenons de nos cours de biologie concernant la digestion, si nous réalisons l’intérêt de couper un bout d’intestin dans le cadre du bypass... La discussion est très enrichissante et ainsi, nous sommes vraiment actrices de cette première réunion. Il n’y a pas de jugements, ni entre nous ni de la part du médecin. Le fait d’être en groupe permet d’avoir des réponses à des questions que nous n’aurions peut-être pas osé poser ou auxquelles nous n’avions pas (encore) pensé.
Revenons plus en détail sur tout ce que le Dr Champollion nous explique.
Nous débutons par les études et j’apprends avec stupeur qu’il est prouvé que, sur dix ans, le combo alimentation + sport + suivi psychologique échoue généralement chez les obèses. Bien sûr, comme pour tout, il n’y a pas de règle absolue. Il peut marcher avec certaines personnes, et rien que pour ça, ça vaut la peine d’essayer avant d’envisager l’opération, mais dans la plupart des cas, le seul effet obtenu est le célèbre yoyo. Nous n’avons pas quelques kilos à perdre liés à des excès, mais bien une maladie qui fait que notre métabolisme utilise très peu de calories pour fonctionner. Découvrir ça, diagrammes à l’appui sur le mur face à moi, est comme un tsunami. Si je ne parviens pas à maigrir, ce n’est pas de ma faute. Ce n’est pas ma faute... alors qu’on m’a rabâché le contraire toute ma vie. Oralement, mais aussi avec le regard, comme celui de parfaits inconnus me jugeant si j’ose manger une glace ou une gaufre en public. Pourtant, même si ça fait du bien à entendre, ma culpabilité, ancrée si profondément en moi, ne s’envole pas d’un coup de baguette magique. C’est « juste » le début d’un long travail.
La même étude nous montre que l’intervention fonctionne vraiment ! Il faut toutefois savoir que près de la moitié des patients grossissent à nouveau, habituellement après quelques années. Il s’agit en général d’une reprise modérée, mais à surveiller, seuls 3 % retournent à la case départ. Le chirurgien nous répète que l’opération n’est pas une baguette magique, mais une béquille. Elle nous aidera, mais ne fera pas tout pour nous. Le Dr Champollion insiste sur l’hygiène de vie à avoir après une intervention. On nous offre une chance, à nous de la saisir. Il cite l’exemple d’un de ses patients qui ingurgitait de la raclette une dizaine de fois dans la journée. Évidemment qu’il reprend du poids ! Par contre, en s’impliquant dans le suivi et en tenant compte des conseils et recommandations du CDO*, il y a de bonnes raisons d’espérer.
En ayant la confirmation qu’il s’agit d’une maladie, que je n’en suis pas responsable (même si les obèses mangent en général trop, car ils ont perdu la sensation de satiété), je me libère d’une crainte que je ne pensais pas avoir, celle de faire payer aux autres mon problème. Une opération revient cher à la Sécurité sociale : passage au bloc, hospitalisation et arrêt de travail chiffrent vite. Hors de question d’être (encore plus) un poids pour la société à cause de mon manque de volonté. Sauf que si la chirurgie est prise en charge, c’est bien qu’il y a une raison. D’abord, l’obésité morbide est une pathologie reconnue, mais aussi les frais liés à l’intervention sont amortis par la diminution ou la suppression des traitements des comorbidités. Sans parler des maladies évitées qui auraient eu un coût par ailleurs. Cette idée m’apaise. Encore une petite part de culpabilité qui s’envole.


*1 Abréviation de Docteure. J’ai beaucoup hésité à employer le masculin « neutre » pour docteur dans cet ouvrage, selon les recommandations de l’Académie française. Cependant, même elle reconnaît qu’elle intègre dans son dictionnaire les mots entrés naturellement dans l’usage. C’est donc à nous de faire évoluer les choses, individuellement. J’ai conscience qu’écrire « ma médecin », « à la Dre Grimaud » peut décontenancer au début. J’ai vécu cela avec le terme « autrice », historiquement le bon, mais interdit longtemps par nos chers académiciens. Il est réutilisé dans le milieu littéraire depuis quelques années, grâce à l’engagement de plusieurs d’entre elles. Et à force de le voir, je suis passée naturellement de « auteure » à « autrice » dans mes retours de lecture. Une conférence sur le sexisme, proposée par mon employeur et animée par Alexia Anglade, fondatrice de Lumières s’il vous plaît, a achevé de me convaincre : ce qui n’est pas dit n’existe pas, et ne pas féminiser précisément cette profession alors que les autres le sont n’est pas sans incidence. La France progresse doucement, le féminin docteure est par exemple mentionné dans le guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions de 1999 (qui aurait besoin d’une remise à jour). Dre en abréviation de Docteure est du reste la norme dans des pays comme la Suisse et le Canada.

  *2 Sur les conseils de mon nutritionniste, j’ai suivi le MOOC (Massive Open Online Course qui signifie cours ouvert en ligne et massif) gratuit « Chirurgie de l’obésité », proposé par univ-toulouse sur la plateforme FUN (France Université Numérique). Dans la vidéo « L’IMC comme indicateur d’excès de poids », le Professeur Patrick Ritz donne ce chiffre en se basant sur les études ObEpi (enquêtes nationales françaises au sujet de l’épidémiologie de l’obésité).

  *3 Habituellement d’origine pathologique, ce trouble est recherché dans le bypass avec la dérivation d’une partie de l’intestin. Cette action entrave le processus normal d’absorption des nutriments (ainsi que de certains médicaments) à travers la paroi de l’intestin, notamment des glucides (sucres) et des lipides (graisses). Cependant, cette malabsorption occasionnant des carences*, il est nécessaire de prendre des compléments vitaminiques à vie.

  *4 Swedish Obese Subjects. Il s’agit de la principale étude dans le domaine de l’obésité. Réalisée en Suède, elle a suivi environ 4 000 patients obèses répartis en deux groupes (traitement chirurgical ou prise en charge médicale) pendant dix ans.

  *5 Il s’agit d’un blocage (partiel ou total) de l’intestin, entraînant un arrêt des selles et des gaz.

  *6 La phlébite, appelée également thrombose veineuse, consiste en la formation d’un caillot sanguin à l’intérieur d’une veine, pouvant être associée à une inflammation. Elle intervient majoritairement dans les membres inférieurs.

  *7 Le dumping est une complication fréquente du bypass. Il s’agit d’un malaise général qui survient après un repas contenant des aliments souvent riches en sucres rapides. Ces aliments arrivent brutalement dans l’intestin grêle, peu digérés. La concentration importante des molécules des glucides simples attire une quantité équivalente de fluide, ce qui rend l’intestin hypertendu. Des douleurs et crampes apparaissent, pouvant déclencher des réactions hormonales et nerveuses (palpitations, bouffées de chaleur, faiblesse…).

  *8 Baptiste Beaulieu est médecin généraliste, écrivain et militant. Vous pouvez retrouver son intervention ici ou en tapant « Obèse ou XXL ? La chronique de Baptiste Beaulieu », le nom de cette vidéo, dans la barre de recherche de YouTube ou de votre navigateur Internet.


3
Nouvelles / Soyez sages ! - Lancelot Cannissié
« Dernier message par cnslancelot5930 le lun. 27/12/2021 à 11:57 »
 Bonjour  :bonjour:

Attention ! Attention ! Petit texte un peu gore sur le thème de Noël, âmes sensibles s'abstenir.

Soyez sages !

    Martine préparait le souper dans la cuisine. Elle s’affairait à éplucher et découper quelques légumes fraîchement rapportés du jardin, à émincer oignons et ails.
    Pendant ce temps, ses enfants Tom et Louis, comme à leur habitude, se disputaient pour elle ne savait encore quelle raison.
    Martine en avait marre de leurs querelles incessantes et elle sentait que ses nerfs pouvaient lâcher à tout moment. Alors, elle arrêta un instant ce qu’elle faisait et se rendit dans le salon.
    « Hé ! Vous pouvez bien arrêter de vous chamailler cinq minutes ?!
—   Mais maman, Louis ne veut pas me passer la manette, gémit Tom.
—   Je n’veux pas le savoir. C’est bientôt Noël, et vous savez ce qui arrive aux enfants pas sages ? »
    Sur ces mots, les enfants se figèrent. Ils se regardèrent l’un l’autre et conclurent de stopper leur dispute. Tom se résigna à prendre la manette des mains de son frère, et se contenta d’aller bouder dans son coin.
    Les jours passaient et se rapprochaient inexorablement de la date fatidique : Noël.
    Un jour synonyme de joie pour la plupart des bambins qui se préparaient à recevoir leurs cadeaux.
   Pourtant, en ce qui concernait Tom et Louis, ce jour était imprégné de l’odeur fétide de la peur depuis qu’ils eurent connaissance du monstre dévoreur d’enfants pas sages.
    Ils avaient bien essayé de se tenir à carreau, mais ça avait été plus fort qu’eux et ils ne purent s’empêcher de se chercher des poux pendant une bonne partie des vacances.
    Puis, le soir du réveillon vint à tomber.
    Tom et Louis étaient restés cloîtrés dans leur chambre, à attendre le pire. Mais le pire ne vint pas. Du moins pas encore.
    Louis fut le premier à succomber au sommeil. Tom lui lutta tant bien que mal pour ne pas fermer les yeux. Il craignait une attaque durant la nuit.
    Malheureusement, la fatigue eut raison de lui et l’emmena au pays des songes.
    Dehors, le vent soufflait, les flocons tombaient. La chambre s’emplissait petit à petit d’un courant d’air glacial. Et la neige craquait sous le poids d’un danger imminent.
   Quelque chose se rapprocha des deux endormis.
   Ce fut brutal, violent, sanglant ; mais aussi, ce fut silencieux.
   Le lendemain, lorsque leur mère entra dans la chambre, elle ne hurla pas face à l’ampleur du carnage. Au contraire, elle sembla même arborer un léger sourire niais.
    Tom et Louis gisaient un peu partout dans la chambre. Elle dut nettoyer, laver. Mais cela ne la dérangea point. Elle fut même contente pour une fois, ou plutôt soulagée.
    Cependant, que faire des corps ?
    Le vent glacé de l’hiver lui susurra alors à l’oreille.
    Au soir, lors du repas, un des convives qu’elle avait invités lui demanda où elle avait acheté une viande aussi tendre.
    Elle répondit que c’était un secret, mais que c’était enfantin à préparer.
    Au moins elle aura retrouvé son humour, n’est-ce pas ?

   Pauvre Tom et Louis, ils auraient mieux fait d’être sages. Mais les mauvaises habitudes reviennent toujours au galop, et ils en ont payé le prix fort.
   Noël, symbole de gaieté. Mais dans ce petit pays du nord où mon ami s’est installé, il peut être porteur de bien mauvais présages.

    Mais n’ayez crainte. Si vous arrivez à lire ces lignes, c’est sûrement que vous avez été sages.
4
Espace de discussions / Re : Les phobies
« Dernier message par Apogon le dim. 26/12/2021 à 21:40 »
L'anatidaephobie, comme son nom l'indique (enfin... presque) est la peur d'être observé par des canards  :souffler:

Peut être la peur des regards en coin coin
5
Avis : auteurs auto-édités / Un petit tout au paradis - de Fateah Issad
« Dernier message par marie08 le sam. 25/12/2021 à 13:01 »
Pour avoir lu d’autres romans de Fateah Issaad, je savais à l’avance que je ne serais pas déçue avec Un petit tout au Paradis.
Et comme pressenti, j’ai retrouvé une plume fluide et surtout l’humour de Fat, un humour avec grand H qui fait du bien au coeur.
Ce roman est un véritable conte spirituel et philosophique qui donne matière à réflexion. Cela m’a d’autant plus touché que ce roman entre dans mes convictions. Néanmoins, il m’arrive de douter, je ne le cache pas, mais après on se dit pourquoi pas ?
Et si c’était vrai ?

Fat je te remercie de nous faire partager ce petit « voyage » raconté avec ta verve et ton Humour.

Futurs lecteurs, si j’ai un conseil à vous donner, ne passez pas à côté de ce merveilleux conte, il pourrait peut-être vous ouvrir les yeux et répondre à certaines de vos questions.


https://www.amazon.fr/Petit-Tout-Au-Paradis/dp/B09L4K6QFW/ref=sr_1_1?crid=18BUF30ISA9G7&keywords=un+petit+tout+au+paradis&qid=1640433599&s=books&sprefix=un+petit+tout%2Cstripbooks%2C220&sr=1-1
6
Nouvelles / Un riff d'enfer - Lancelot Cannissié
« Dernier message par cnslancelot5930 le sam. 18/12/2021 à 08:41 »
Bonjour à tous !!  :bonjour:

J'espère que vous passez un agréable weekend.

Aujourd'hui je vous partage la première micronouvelle de mon nouveau recueil intitulé L'enfer frappe à la porte.

Je vous souhaite une excellente lecture !  :pouceenhaut:




Un riff d’enfer

    Cela faisait des mois que Johnny essayait de trouver le bon riff pour sa prochaine chanson « Just a few steps from Hell ».
    Nuit et jour, il écrivait, chiffonnait, puis réécrivait ; encore et encore.
    Il ne parlait presque plus au reste de la bande, et quand même Tiffany la batteuse du groupe l’appelait, il ne décrochait jamais. Pourtant, cela faisait quelques mois qu’ils avaient décidé de se mettre en couple, et ils en étaient heureux.
    Cependant, depuis quelque temps Johnny était comme hypnotisé par l’écriture de sa partition et ne faisait plus attention à rien d’autre.
    Samedi soir, il devait être aux alentours de 23h15 quand il décida d’arrêter de se triturer les méninges. Il sortit faire un tour en ville.
    Tout en marchant, ses pensées étaient rivées non pas sur son trajet, ni même ne s’attardèrent-elles pas sur la beauté du paysage campagnard et du ciel d’où un cortège d’étoiles accompagnait ses pas ; non, elles ne pouvaient se détacher de ce fichu riff qu’il n’arrivait toujours pas à écrire.
   De plus, pour ne pas arranger les choses, son manager n’arrêtait pas de le presser. Il lui rappelait régulièrement l’échéance ou plutôt sa déchéance s’il ne sortait pas rapidement un nouvel album. Même son meilleur ami Franck le bousculait de temps à autre pour qu’il s’activât.
   Johnny se sentait au bord de la crise de nerfs et n’avait pas cœur à se laisser émerveiller par la beauté de la scène dans laquelle, ce soir, il était le seul protagoniste.
   Dans sa tête se jouait un monologue lugubre et macabre.
   Il avait entendu parler de ce gourou qui avait fait ici et là quelques miracles qui selon certains n’étaient pas sans conséquences. Il se disait, en effet, que ces miracles n’étaient pas sans un petit quelque chose à sacrifier.
   Pourtant, cela ne lui apparaissait que comme un infime détail comparé à son désir de créer le riff parfait. Il alla donc voir l’homme.
   Ce dernier vivait dans une petite ruelle située derrière le jardin public de la ville. À cette heure-ci, le parc était effroyablement désert et Johnny avait la désagréable sensation d’être épié à chaque buisson qu’il croisait. Le vent qui soufflait fort faisait bouger les nacelles de la balançoire de l’air de jeux, et Johnny s’imagina que quelques fantômes observaient là aussi le moindre de ses gestes.
   Il fut alors pris d’une grande hésitation. À chacun de ses pas vers cette ruelle, c’était comme si quelque chose lui demandait de faire marche arrière. De renoncer à cette folle entreprise. Et à mesure qu’il avançait, il pouvait sentir l’étreinte se resserrer de plus en plus autour de son cœur. L’atmosphère en était devenue suffocante.
   Il se posa un instant sur l’un des bancs du parc et ferma les yeux. Il prit de grandes inspirations, tenta de rationaliser ce qui lui arrivait, lui qui n’avait jamais été sujet au stress auparavant.  Puis il y avait cette voix qui lui martelait sans cesse le crâne de « vas-y » ; alors, au bout d’un moment, il se décida. Il se leva et se dirigea prestement vers la ruelle où habitait le gourou.
   Arrivé enfin face à la porte au bois écaillé et à la poignée branlante, il frappa par trois fois. Pas de réponse, mais la porte s’ouvrit.
   Johnny se trouva alors dans un long corridor, bordé de chaque côté par des portes tout aussi miteuses et tombant presque en ruine. Il en repéra une avec d’étranges inscriptions dessus.
   Il ne reconnaissait pas la langue dans laquelle étaient gravés ces mots, mais ils dégageaient quelque chose de mystique. Johnny paria qu’il était devant la bonne porte et toqua.   
   Une voix chevrotante, presque malade l’invita à entrer.
   Johnny ouvrit la porte et fut aussitôt saisi par l’odeur d’encens qui embaumait la pièce. Les essences de plantes étaient si diverses et variées qu’il ne pouvait en distinguer aucune en particulier. Le parfum était entêtant et Johnny commençait déjà à voir flou.
   Au centre de la pièce, un homme de taille moyenne et plutôt chétif était assis en position du lotus. Il portait une longue barbe aux reflets grisâtres et son crâne était légèrement dégarni sur le sommet. Ses yeux étaient enfoncés profondément dans leurs orbites et ses joues se rétractaient timidement, comme aspirées par une force intérieure.
   « Bonsoir, je m’appelle Johnny et je suis venu pour…
—   Je sais pourquoi tu es là, le coupa sèchement le vieil homme.
—   Vraiment ? demanda Johnny, surpris. Mais comment vous… ?
—   Je vois tout, répondit le gourou non sans détacher son regard de son interlocuteur. »
Il était pénétrant et Johnny avait la désagréable sensation qu’on le déshabillait. Il n’aimait pas ça du tout et voulut presque se raviser.
 Le vieil homme lut en lui, car il lui demanda :
« Tu ne veux pas savoir ce que j’ai à offrir ?
Johnny réfléchit un instant.
—   Si, bien sûr que si.
—   Alors, assieds-toi face à moi et ferme les yeux. »
Puis l’homme commença à psalmodier dans une langue étrangère.
Comme emportées par ce chant mystérieux, les flammes des bougies posées ici et là autour du cercle dansaient de manière frénétique.
 Johnny commença alors à ressentir des picotements dans les doigts. Puis, soudain, une vive douleur dans les bras. Il voulut briser le lien, mais le gourou lui intima de ne point bouger.
 Au bout de quelques minutes, il arrêta enfin de chanter.
 « Voilà, dit le vieil homme. Maintenant va… pars écrire ce riff. »
 Le soir même, Johnny s’installa devant une feuille vierge. Il laissa l’inspiration venir à lui. Il l’entendit alors lui chuchoter à l’oreille ce qu’il devait écrire et Johnny s’exécuta.
 Il prit ensuite sa guitare et joua les premières notes. Il n’en revint pas. Tout sonnait juste. Il venait de créer le riff qu’il avait tant espéré pour cette chanson.
 Quelques semaines plus tard, le groupe donnait un concert dans le parc.
  Ils jouèrent quelques chansons avant d’entamer enfin la fameuse « Just a few steps from Hell ».
 Quand fut enfin venu le moment du riff tant attendu, Johnny gratta sauvagement les cordes de sa guitare.
  Il jouait et jouait, vite, de plus en plus vite. Il était absorbé par sa propre mélodie. Et tandis qu’il jouait, il ne remarqua pas la peau de ses doigts s’effriter au fur et à mesure.
  Il était pris dans le rythme de son riff et semblait ne plus pouvoir s’arrêter malgré les crampes qui commençaient à se faire sentir. Alors la douleur vive se réveilla, mais Johnny était incapable de stopper son élan. Il hurla jusqu’à s’en déchirer la voix, puis enfin il s’écroula devant un public médusé, les bras complètement en lambeaux.
  Non loin de là, deux yeux jaunes et luisant dans la nuit observaient la scène au travers d’un buisson.
« Just a few steps from Hell » ? Hum… Voilà une chanson qui lui restera pour l’éternité. Et je dois dire que ce riff était d’enfer.

Et vous, qu’auriez-vous fait à la place de Johnny pour réussir ? Seriez-vous prêt à vous lancer dans on ne sait quel mysticisme ? Ou bien iriez-vous de persévérance ?
C’était sûrement ce que notre pauvre Johnny aurait dû faire. Maintenant, il ira jouer pour les morts… en enfer.
7
Mise en avant des Auto-édités / Paris Break de Pauline SLF
« Dernier message par Apogon le jeu. 16/12/2021 à 17:17 »
Paris Break de Pauline SLF



Liens d'achat : Amazon     Fnac



Ça faisait une éternité que je n’avais pas pris le train. Je devais me rendre à une formation à Paris, pendant trois jours. D’habitude, je n’allais jamais à ce genre de chose. Au fil des années, j’étais devenue adepte des programmes en ligne, du « e-learning » ou « non-présentiel », comme on dit. C’était beaucoup plus simple, par rapport aux enfants. S’absenter trois jours pleins de la maison, à cheval sur un week-end, quand on a des enfants en bas âges et un mari qui aurait bien du mal à se pointer à la crèche ou à la garderie avant l’heure de fermeture, ça m’avait toujours semblé être une situation… à éviter. Alors, qu’est-ce qui avait changé ? Tout d’abord, les enfants ont grandi. Plus besoin d’aller les chercher, ils rentrent seuls. Plus besoin de les aider à faire leurs devoirs, ils gèrent. Plus besoin de les emmener à leurs activités, ils y vont à vélo. Plus besoin d’organiser des après-midis de jeux avec les parents des copains-copines, maintenant nos « bouts de choux » s’envoient des textos pour fixer leurs lieux et heures de rendez-vous eux-mêmes. En fait, à présent, ils avaient juste besoin qu’on leur prépare à manger midi et soir. Et ça, mon mari gérait comme un roi. Donc, l’idée de disparaître pendant trois jours n’avait plus du tout l’air d’un projet égoïste et culpabilisant, d’une sorte d’abandon du domicile familial, laissant mon conjoint seul aux manettes d’un vaisseau infernal que nous avions l’habitude de conduire à deux, dans un partage parfait des différentes tâches… même si, franchement, je ne me serais pas gênée pour le faire si j’en avais ressenti le besoin. En fait, après quinze ans de vie commune, je crois que c’était tout simplement la première fois que j’en ressentais le besoin. Une fois en quinze ans, ce n’est pas si mal, quand on y pense. C’est bien la preuve que je suis heureuse, même si je n’en ai pas toujours conscience. Du moins, à ce moment-là, je n’en avais pas réellement conscience.
Donc voilà, les enfants avaient bien grandi et n’avaient plus autant besoin de moi en tant que co-responsable logistique du foyer. Mais ce n’était pas tout. Oh non. L’autonomie croissante des enfants n’était que le petit plus qui m’avait confortée dans cette démarche de formation. À vrai dire, leur père et moi traversions une période difficile, depuis près de deux ans. Un grand classique dans tous les couples qui durent, je sais. Mais nous peinions à surmonter nos problèmes. On n’arrivait même plus à trouver le courage de faire des efforts. J’en avais eu la preuve pendant nos vacances d’été. Comme tous les ans, nous étions partis trois semaines en vadrouille avec les enfants. Nous aimions alterner les visites culturelles, les activités sportives et les moments de farniente, tout en découvrant de nouveaux pays, de nouvelles régions. Comme tous les ans, nous étions revenus ravis de nos vacances. Mais sur le chemin du retour, alors que nos trois pré-ados dormaient à l’arrière, j’avais fait un constat assez sinistre. Nous roulions depuis des heures, en conduisant chacun notre tour. Et nous ne nous étions pas adressé la parole depuis notre départ, le matin-même. J’avais alors réalisé que durant ces trois semaines de vacances, à chaque fois que nous nous étions retrouvés seuls, nous n’avions jamais décroché un mot. Ni lui, ni moi. En présence des enfants, nous devions très certainement avoir l’air d’un couple normal, car nous nous efforcions de ne rien laisser paraître. On était des parents au top. On jouait notre rôle à merveille. La machine était bien rodée. Mais le soir venu, dans notre lit, on bouquinait en silence, ou pianotait sur nos téléphones, jusqu’à ce que chacun éteigne sa lampe de chevet, de façon plus ou moins décalée dans le temps. On avait même perdu l’habitude de se dire simplement « bonne nuit » dès que l’autre éteignait sa lampe. Bref. Pas un mot pendant trois semaines. Pas un contact. Pas une caresse. Je ne me souvenais pas vraiment de notre dernier gros câlin. Je me rendais compte qu’on ne s’embrassait même plus. Pas même un petit bisou machinal le matin. Rien. Et ça ne me manquait pas.
Une fois rentrés chez nous, dans notre duplex avignonnais, j’avais profité des quelques jours qui nous restaient avant de reprendre le boulot pour faire un bilan de la situation, de mon point de vue à moi. J’étais assise dans la salle à manger, occupée à commander les courses sur l’application de notre supermarché de quartier, accompagnée d’une chaleureuse tasse de thé vert. J’observais mon mari pendant qu’il cuisinait, son bassin collé à l’îlot central, sa tête penchée vers sa cagette de légumes frais, son regard figé sur la planche à découper, totalement absorbé par cette aubergine qu’il taillait en fines lamelles. Je l’observais, en silence, pendant de longues minutes. Je ne ressentais pas d’envie, pas de désir, que ce soit physiquement ou mentalement. Mais je ne ressentais pas de choses négatives pour autant. En fait, je ne ressentais plus rien. Je n’avais pas envie de lui parler, pas envie de l’embrasser, pas envie d’être avec lui. Mais je n’éprouvais pas non plus l’envie irrésistible de lui hurler dessus, le couvrir de reproches, lui envoyer ses lamelles d’aubergine à la figure et lui demander de partir. Sa présence ne suscitait plus rien chez moi, mais elle ne m’indisposait pas pour autant. J’avais donc bien du mal à savoir ce que je voulais, ou ce qui serait le mieux pour nous deux. J’étais complètement paumée. Et le pire, c’était qu’à force de ne plus se parler, à part pour des banalités, je n’arrivais même plus à me motiver pour me lancer avec lui dans une conversation pourtant bien nécessaire. Visiblement, lui non plus. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux, non ? Et pourtant, j’étais là. La veille de notre reprise du travail, alors que nos enfants avaient encore quelques jours de vacances avant la rentrée scolaire, j’avais pris l’initiative de jeter un œil à mes mails professionnels, histoire de ne pas y passer deux heures le lendemain matin et de trier d’ores et déjà le « urgent » du « peut attendre ». Parmi la centaine de mails à traiter, j’étais alors tombée sur une proposition de formation à Paris, dont la première session de l’année avait lieu quelques jours plus tard. Mon premier réflexe fut de supprimer le message, sans même l’avoir lu. Après avoir fait le tour des mails, je traînai quelques instants sur mon réseau social préféré. J’étais abonnée à un compte qui publiait des proverbes et citations tous les jours. En faisant défiler la page d’accueil du bout de mon index, je tombai sur la dernière publication de ce compte. C’était une phrase en anglais dont la traduction littérale voulait dire « J’ai juste besoin de m’éloigner pour me souvenir pourquoi je reste. ». Et là, en une fraction de seconde, un feu d’artifice éclata dans ma petite tête. Partir, n’était-ce effectivement pas la meilleure façon de comprendre pourquoi on reste ? J’avais immédiatement pensé au mail que j’avais supprimé. Celui sur la proposition de formation en présentiel. Trois jours à Paris, toute seule, dans un contexte professionnel, n’était-ce pas exactement ce qu’il me fallait ? N’était-ce pas une façon toute simple de faire le point ? De savoir si mon mari, avec qui je vivais depuis près de quinze ans, allait me manquer ? Et réciproquement, mon absence serait-elle pour lui la confirmation que ma présence ne comptait plus du tout, et qu’il était temps de s’interroger sérieusement sur l’avenir de notre couple ? Ou serait-ce au contraire le déclic dont il avait besoin pour se rendre compte que non, il n’envisageait pas une seule seconde de vivre sans moi ? J’avais immédiatement récupéré le mail dans la corbeille et l’avais ouvert pour le lire avec attention. Dans ma profession, nous avions une obligation de formation annuelle, les logiciels sur lesquels nous travaillions étant en constante évolution. Les trois jours de stage à Paris concernaient l’apprentissage d’une nouvelle fonction sur un logiciel que j’utilisais très peu. Dans un autre contexte, je ne me serais jamais inscrite. Mais là, j’avais juste besoin d’un prétexte. Un prétexte bien crédible pour m’accorder trois jours de réflexion en solitaire, loin du foyer familial et de mes enfants qui, soyons honnêtes, étaient sans le vouloir une merveilleuse diversion permettant à leurs parents d’éviter de se retrouver face à leurs problèmes une bonne fois pour toutes. Trois jours rien qu’à moi, pour faire le point, pour me poser les bonnes questions, tout en satisfaisant ma conscience professionnelle et mon obligation de formation annuelle. En plus, je serais revenue quatre jours avant la rentrée scolaire, ce qui me laisserait le temps de m’occuper des derniers petits préparatifs, s’il en restait. C’était décidé. J’allais le faire.
Le lendemain matin, avant-dernier lundi du mois d’août, dès mon arrivée au boulot, j’avais envoyé un mail à mon chef pour lui demander de m’inscrire à cette formation. Très surpris, il s’était pointé illico dans mon bureau, me demandant si j’étais certaine de vouloir partir trois jours alors que je revenais tout juste de vacances, tout ça pour suivre une formation qui ne présentait pas un immense intérêt pour ma carrière. Eh bien oui, c’était ce que je voulais. Le long soupir qu’il avait poussé me laissait entendre que j’étais en train de passer pour une cinglée, doublée d’une enquiquineuse. Bah tant pis. J’avais su me montrer à peu près convaincante, et avais conclu les négociations par ce qui s’avérait être un énorme mensonge, à savoir que j’avais toujours rêvé de faire cette formation car je souhaitais vraiment développer mes compétences en matière d’animation vidéo. Mon chef m’avait lancé un regard étrange. En même temps, tout était étrange dans ce que je venais de dire. Depuis dix ans que je bossais pour cette boîte, il me connaissait bien. Et là, rien ne me ressemblait. Mais il n’avait aucune raison valable de me refuser cette formation. Alors il avait accepté, après m’avoir gentiment rappelé que dès mon retour, on attendait mes propositions d’illustrations pour les affiches du festival de jazz du printemps prochain. Victoire. Dans l’heure suivante, j’avais reçu la confirmation de l’organisme chargé du stage, ainsi qu’un mail de la secrétaire de direction me donnant les références de réservation pour mes billets de train et mes deux nuits d’hôtel, le tout aux frais de la boîte. Impeccable.

Le soir-même, j’avais profité du dîner pour annoncer officiellement mon projet. Entre deux débats opposant mes filles à mon fils à propos des dernières séries télé disponibles sur notre service de vidéos à la demande favori, j’avais pris mon courage à deux mains et m’étais lancée. Voilà. C’était une grande première, mais Maman allait partir jeudi matin de très bonne heure, et reviendrait samedi soir. Pourquoi donc ? Parce que Maman avait l’opportunité de suivre une formation très intéressante qui serait du meilleur effet sur son C.V si un jour elle décidait d’évoluer professionnellement, ou si elle voulait carrément changer de boîte. Où partait Maman ? À Paris, pendant trois jours. Comment partait Maman ? En train. Où allait dormir Maman ? Dans un petit hôtel. Comme je me l’étais imaginé, mes trois pré-ados s’étaient contentés d’un « ok » et avaient immédiatement repris leur conversation télévisuelle. Mon mari, lui, m’avait regardée droit dans les yeux de façon franche et intense, pour la première fois depuis deux ans. Il m’avait interrogée sur le programme de la formation, et j’avais avancé exactement les mêmes arguments qu’avec mon chef. Après quelques échanges sur les conséquences logistiques de mon absence et le passage en revue des petites choses qu’il aurait à manager seul pour la première fois depuis la naissance de nos aînées, il avait imité ses enfants en concluant la conversation d’un « ok » qui suintait l’indifférence. En réalité, il n’était pas si indifférent. Au moment du coucher, quand nous nous étions retrouvés seuls dans notre chambre, au lieu du traditionnel silence, il m’avait posé quelques questions anodines sur mon séjour parisien de dernière minute. Et j’en avais assez vite conclu qu’il croyait moyennement à mon histoire de formation qui sortait de nulle part. Mine de rien, il était la personne qui me connaissait le mieux au monde. Vu l’état de notre couple, il s’était peut-être imaginé que j’allais rejoindre un amant, ou une amie à qui je confirais mon mal-être et qui me pousserait à demander le divorce. J’aurais pu le laisser cogiter, le laisser dans le flou, s’imaginer des trucs, en espérant que ça le pousse lui aussi à faire le point. Mais non. Je détestais qu’on me soupçonne, et lui avais donc montré les preuves que toute cette histoire était vraie : la confirmation d’inscription venant de l’organisme de formation, mes billets de train aller-retour et ma réservation d’hôtel. N’ayant plus aucune raison de me questionner, il s’était alors tourné dos à moi et avait éteint sa lampe de chevet, sans me souhaiter bonne nuit. J’avais attendu quelques secondes, me disant que c’était peut-être l’occasion de discuter avec franchise. J’avais hésité à lui dire clairement que je partais à Paris pour faire le point sur nous, histoire de provoquer chez lui une sorte d’électrochoc, une quelconque réaction. Alors qu’il me tournait le dos et cherchait le sommeil, je lui avais lancé un très pacifique « Peut-être que ça serait bien qu’on parle, non ? » auquel il m’avait vaguement répondu « Bah tu veux qu’on parle de quoi à cette heure-ci ? », preuve qu’il ne ressentait ni ne voyait la nécessité d’avoir une conversation de couple face à la dégradation progressive et inéluctable de nos rapports. À croire que ça ne l’inquiétait pas, ne le perturbait pas, ne le rendait pas malheureux. À ce moment-là, j’avais eu la certitude que cette escapade de trois jours nous ferait le plus grand bien. Mais trois jours, était-ce vraiment suffisant pour prendre tout le recul dont nous avions besoin ? Pas sûr.
Le mercredi soir, après le dîner, j’étais montée dans ma chambre pour préparer mes bagages, pendant que mes enfants et mon mari jouaient ensemble à un jeu vidéo auquel je perdais tout le temps. J’emportais tout d’abord le bagage à main professionnel contenant mon ordinateur portable équipé de tous mes logiciels de boulot, et ma tablette graphique dernier cri. Dans la petite valise à roulette assortie sur laquelle le bagage à main se fixait de manière très astucieuse, j’avais mis trois tenues estivales qui me permettraient d’avoir le choix et de m’adapter à la météo qui s’annonçait encore très chaude, mais qui pouvait très bien changer en cours de route. Ça me permettrait aussi de m’adapter à la température de la salle de formation, car rien ne stipulait que celle-ci serait climatisée. J’avais pris du classique, décontracté et léger. Une paire de sandales de rechange, des sous-vêtements, ma trousse de toilette, de quoi m’attacher les cheveux, ma petite trousse à maquillage, et un bouquin que j’avais commencé pendant les vacances et que je peinais à finir. Pendant que je bouclais ma valise, mon mari entra dans la chambre pour prendre son chargeur de portable dans sa table de chevet. Je levai les yeux vers lui, pour voir si j’arrivais à capter son regard. Encore une fois, je pensais que peut-être, le fait de me voir préparer mes bagages provoquerait quelque chose chez lui. Une réaction, une émotion… quelque chose. Mais rien. Toujours rien. J’avais envie de lui dire un truc du genre « Tu as vu ? Tu as vu ce que je suis en train de faire ? Je suis en train de préparer ma valise ! Je suis en train de me barrer ! Tu le vois, ça ? Tu le vois ??? ». Mais bien évidemment, rien ne sortit de ma bouche. Il avait quitté la pièce sans un mot, sans un regard. À ce moment-là, je n’avais plus eu qu’une seule envie : mettre mon pyjama, me coucher, et m’endormir le plus vite possible pour que le matin arrive. J’étais allée embrasser mes enfants avant de filer sous la couette, leur rappelant que je comptais sur eux pour bien se comporter pendant mon absence, histoire qu’à mon retour je ne retrouve pas un mari épuisé qui me supplierait de ne plus jamais le laisser trois jours seuls avec nos pré-ados. J’avais même poussé le vice jusqu’à leur dire que mon absence était une merveilleuse occasion pour eux de passer des moments privilégiés avec leur père et qu’il fallait en profiter. En réalité, mon mari était déjà un père formidable qui prenait le temps d’avoir des petits moments de complicité avec chacun de nos enfants, et ce depuis leur naissance. Donc, ma remarque était carrément déplacée et superflue. Mais tant pis. Sur le coup, ça m’avait donné l’impression de dire quelque chose de bien. Je m’étais couchée seule, fatiguée de ma journée de travail mais surexcitée à l’idée de partir seule à Paris, avec la musique du jeu vidéo sur lequel ma petite famille continuait de s’éclater à l’étage du dessous, en guise de berceuse. Voilà. Allez, bonne nuit tout le monde.

Nous étions donc jeudi matin. Je m’étais levée à 6H15, avais fait le moins de bruit possible en me préparant, et quittai l’appartement en ayant une drôle de sensation. Quelque chose d’assez inexplicable. Nous vivions à vingt minutes à pied de la gare d’Avignon-TGV. Pendant que je marchais dans les rues désertes, et que ma valise à roulettes semblait faire le même bruit qu’un avion au décollage tant la ville était silencieuse, j’essayais d’identifier cette sensation. C’était comme si, au fond de moi, quelque chose me disait qu’un mécanisme s’était déclenché, et que rien ne pourrait l’arrêter. Comme si ces trois jours loin de mon foyer allaient me transformer, et que je reviendrais samedi soir en n’étant plus vraiment la même personne. Je pensai à mon couple, à mon mari, à notre histoire qui avait pourtant si bien commencé. On s’était rencontrés à l’anniversaire d’une de mes copines de promo. À l’époque, j’étais en troisième année d’études, et lui en plein master 2 de biochimie et biologie moléculaire. Il était ami avec le frère de cette fameuse copine. Lorsque l’on me l’avait présenté, ce soir-là, je l’avais trouvé sympa, et mignon, mais sans plus. J’étais venue avant tout pour m’amuser et danser avec mes copines, pas pour me faire draguer. Mais j’avais quand même discuté avec lui, et nous avions échangé nos numéros de portable, sans grande conviction. On s’était revus une semaine plus tard, autour d’un verre en terrasse, avec le prétexte de devoir rejoindre ma copine et son frère pour voir un film au ciné. On avait discuté de tout un tas de choses. Mais ce qui nous avait rapprochés, au point de ne pas voir l’heure passer et de louper la séance, c’était de découvrir que nous avions pour point commun de sortir chacun d’une relation sérieuse qui s’était mal terminée. Comme moi, il avait vécu avec quelqu’un pendant plusieurs mois avant de retourner en colocation. Comme moi, il était à l’origine de la rupture. Comme moi, il avait énormément souffert de mettre fin à une relation qui avait duré plusieurs années et gérait mal le poids de la culpabilité. Comme moi, il venait de faire une croix sur un avenir amoureux qu’il pensait tout écrit, et devait à présent accepter l’idée que le chemin serait différent. Comme moi, il avait tellement aimé cette personne qu’il avait peur de ne plus jamais tomber amoureux avec la même intensité. On avait les mêmes craintes, les mêmes doutes. On se comprenait, lui et moi. Et quelque chose de fort était né de ça. On avait commencé à sortir ensemble, et on était très vite tombés amoureux. C’était grisant de constater que contrairement à ce qu’on s’était imaginé, nous vivions une histoire encore plus forte, encore plus belle, encore plus intense que n’importe quelle autre relation d’avant. Très vite, il m’avait proposé de vivre avec lui. Et notre cohabitation était une totale réussite. Tout me convenait. Moi qui ne croyait pas au concept d’âmes-sœurs, je devais avouer que ça y ressemblait beaucoup. On s’était mariés quelques mois après la fin de mes études. Un petit mariage civil tout simple, à notre image, entourés de nos amis et de la famille proche. On voulait des enfants rapidement. On ne voulait pas attendre. Au contraire. On voulait commencer par ça, et profiter de la vie après, avec eux. Je l’ignorais au moment de dire oui, mais je m’étais mariée enceinte de trois semaines. Les années qui suivirent furent parfaites. Vraiment parfaites. Nous avions chacun un boulot stable et épanouissant, nous vivions dans un superbe appartement, les enfants se portaient bien, nous avions des amis formidables que l’on voyait régulièrement, nous partions en vacances plusieurs fois par an. La grande force de notre couple, c’était notre compatibilité. On s’entendait à merveille, et avions tellement de points communs. Les sujets de discorde étaient rares, même très rares. On ne se disputait quasiment jamais. Et pourtant, on s’était éloignés, progressivement, au point de cordialement s’ignorer depuis deux ans. Qu’est-ce qui s’était passé ? La routine ? Les enfants ? Peut-être. Pourtant, je l’aimais, notre routine. J’aimais notre vie de famille, notre quotidien. Je n’imaginais pas ma vie autrement. Oui, les enfants sont chronophages. Mais j’avais toujours eu l’impression qu’au contraire, nos enfants nous avaient encore rapprochés davantage. Avec eux, nous étions bien plus qu’un couple d’adultes amoureux. Nous étions une paire de parents. Un duo de choc capable de faire face à n’importe quelle situation. C’était comme ça que je nous voyais. Etions-nous moins beaux, moins désirables qu’avant ? Sans doute. Mais je nous estimais encore jeunes et séduisants. En tout cas, moi, quand je me regardais dans le miroir, je ne me faisais pas horreur du tout. Je n’avais plus vingt ans, certes. Mais j’estimais être encore jolie. Et lui aussi, je le trouvais beau. Peut-être même encore plus beau que quinze ans plus tôt, car son visage gagnait en caractère. Etais-je devenue inintéressante ? Ennuyeuse ? Aucune idée. J’avais la prétention de penser que non. Et en même temps, étais-je vraiment la mieux placée pour répondre à cette question ? Peut-être que, sans m’en rendre compte, j’étais devenue fade, et terne. Je cogitais tellement que je ne vis pas le trajet passer. Nous y étions. Les horloges de la gare indiquaient 7H15, et je me trouvais sur le quai avec ma valise à roulettes à attendre le T.G.V qui me mènerait de la cité des papes à la capitale en deux heures et trente minutes. Il n’y avait pas grand monde autour de moi. Normal, à cette heure-ci, fin août, quand pas mal de gens sont encore en vacances, ou encore dans leur lit. On voyait déjà que ça allait être une belle journée. Le soleil était de la partie. Tout était si calme, si désert. À tel point que le jingle de la S.N.C.F et la voix dans le micro nous demandant de nous éloigner de la bordure du quai me firent sursauter. L’arrivée du train étant imminente, je jetai un œil à mes billets et découvris avec satisfaction que j’allais voyager en première classe. Sympa, le chef. En même temps, étant une experte du télétravail et des formations à distance, on ne pouvait pas dire que je lui avais coûté cher en transports et en hôtel depuis mon embauche. J’étais toute contente. Je n’avais pas pris le train depuis des années, alors que j’adorais ça. Et je ressentais encore quelque chose d’indescriptible. Mais pas comme la sensation que j’avais pendant que je marchais vers la gare. Là, en voyant le train qui arrivait au loin, c’était plutôt quelque chose qui me donnait l’impression qu’en fait, j’aurais dû m’autoriser ce genre d’escapade depuis bien longtemps. J’étais seule, avec ma valise, sur un quai de gare, comme quand j’étais étudiante. Un bond de presque vingt ans en arrière. C’était plus fort que moi, je ne pouvais pas m’empêcher d’être heureuse, comme jamais depuis de nombreux mois. Le train arriva. Apparemment, tout le monde se rendait à Paris, car personne n’en descendit. Une fois à bord, je fus surprise de voir qu’il n’était pas aussi vide que le quai. Les gens n’étaient donc pas tous en vacances ou au fond de leur lit. Toutes ces personnes s’étaient même levées bien plus tôt que moi, les pauvres. Depuis l’entrée du wagon, je constatai que toutes les places individuelles étaient occupées. J’étais donc forcément dans un carré de quatre personnes, à moins que quelqu’un ait piqué ma place. Je jetai encore une fois un œil à mon billet pour me remémorer mon numéro de siège, et avançai à l’intérieur du wagon. Une fois devant ma place, je m’apprêtai à prendre ma sacoche contenant mon ordinateur et ma tablette pour pouvoir travailler le temps du trajet. Mais finalement, non. Je n’avais pas envie de travailler, j’aurais mes soirées en solo à l’hôtel pour pondre ces fameuses illustrations de jazz. J’avais envie d’écouter de la musique. Je posai donc ma valise et ma sacoche quelques mètres plus loin dans un espace à bagages, ne gardai que mon sac à main et allai m’asseoir. Dans le carré de quatre places où j’étais censée m’installer, une seule était occupée. Il s’agissait d’un homme grisonnant et corpulent, assis côté fenêtre, en train de lire un magazine de sports mécaniques. Normalement, je devais m’asseoir en face de lui. Mais nous aurions passé tout le trajet à faire en sorte que nos jambes ne se touchent pas, et ça aurait été très pénible. Les autres places du carré étant inoccupées, je décidai donc de m’installer dans sa diagonale, côté couloir. Quand je fus assise, il leva les yeux vers moi et fit un petit mouvement de tête en guise de salutation, sans prononcer un mot. Je répondis avec un petit « bonjour » tout juste audible pour ne pas perturber le calme qui régnait dans le wagon. Pendant que je prenais mes écouteurs pour les brancher sur mon téléphone, l’homme regarda vite fait la table qui se trouvait entre lui et moi afin de s’assurer que ses affaires n’empiétaient pas sur mon espace. Sa pile de magazines débordait légèrement sur le côté couloir. Alors qu’il s’apprêtait à les déplacer vers lui, je lui fis un signe de la main accompagné d’une petite moue bienveillante pour lui faire comprendre que ses magazines ne me gênaient pas du tout, et qu’il n’était pas nécessaire de les déplacer. Encore une fois, il me fit un signe de la tête en guise de remerciement, sans prononcer un mot, puis replongea dans sa lecture. Je mis les écouteurs dans mes oreilles, lançai ma playlist, et me réjouis à l’idée de passer deux heures et demi dans un siège de première classe, à écouter mes chansons préférées tout en contemplant le paysage. Un moment tout simple, qui avait pourtant quelque chose de magique, tant ça me changeait de mon quotidien. J’adorais cette ambiance, ce wagon tout calme et silencieux, peuplé de personnes qui ne se connaissaient pas et ne se reverrais plus jamais. J’avais toujours été un peu fascinée par tous ces gens que l’on croise un jour dans le train, dans le métro, au restaurant, au cinéma… Toutes ces personnes à côté de qui on passe tout au long de sa vie sans jamais vraiment se rencontrer, avec qui on a comme seul point commun le fait d’avoir été au même endroit, au même moment. Voilà. J’étais confortablement assise, ma musique dans les oreilles, heureuse d’avoir pris l’initiative de passer trois jours seule, loin de la maison, et espérant que cette escapade allait m’apporter au moins un début de réponse à toutes les questions que je me posais.

Puisque je regardais en direction de la fenêtre, mes yeux se posaient machinalement et à de nombreuses reprises sur mon voisin de voyage. Le magazine qu’il lisait était en anglais. Je compris alors que son mutisme à mon égard ne venait pas forcément d’une envie de respecter le silence du wagon, mais tout simplement du fait qu’il ne parlait peut-être pas un mot de français. Il ne prêtait pas du tout attention à moi, plongé dans sa lecture. Du coup, sans pouvoir m’en empêcher, je l’observais. Et la raison était simple : depuis que nos regards s’étaient croisés, j’avais la certitude de l’avoir déjà vu quelque part. Et en même temps, il me semblait étranger. Ou alors, peut-être qu’il me rappelait simplement quelqu’un ? Je lui donnais une cinquantaine d’années. Il avait des cheveux poivre et sel coupés courts, et un teint très mat. Des yeux noirs, un large front, les rides d’un quinquagénaire, et d’épaisses joues qui allaient avec son surpoids. Rasé de près, une dentition d’une blancheur dont j’étais follement jalouse, il avait un regard très doux, mais fatigué. Il respirait la gentillesse. Pourtant, sa corpulence en faisait le genre de gars qu’on imaginait bien faire des ravages dans une mêlée de rugby, ou sur un ring de boxe. Il portait une chemise à manches courtes très classique, à fines rayures verticales. En regardant à côté de moi vers le sol, j’apercevais une paire de baskets noires d’une marque connue et le bas d’un jean bleu. Alors qu’il tournait sa page, il leva brièvement les yeux vers moi, se sentant probablement observé. Nos regards se croisèrent encore, le temps d’un instant, et cela suffit à me conforter dans l’idée qu’il ne m’était pas totalement étranger. Je réalisai qu’il allait peut-être falloir que j’arrête de l’observer, sinon il risquerait de s’imaginer des trucs. C’était pénible. Je me trouvais partagée entre la certitude de croiser cet homme pour la première fois de ma vie, et la sensation de le connaître depuis longtemps. Alors qui était-il ?
Nos regards se croisèrent une nouvelle fois quelques minutes plus tard quand il voulut quitter sa place pour se rendre au wagon-restaurant. Il se déplaça d’abord tout doucement sur le siège situé en face de moi tout en veillant à ne pas me marcher sur les pieds. Par réflexe, je repliai immédiatement mes jambes sous mon siège.
-   Merci, marmonna-t-il d’une voix grave.
Je lui souris. Il se leva en s’aidant des montants des sièges, pour être certain de ne pas perdre l’équilibre. Je le vis se déplier douloureusement, ce qui laissait supposer qu’il était assis depuis longtemps et avait dû monter dans le train au tout début du trajet, sur la Côte d’Azur. Alors que mon regard s’était déjà redirigé vers la fenêtre, l’homme, debout à côté de moi, tapota sur mon épaule du bout de son index. J’ôtai un écouteur pour être sûre de l’entendre.
-   Pardon. Mon français… difficile, dit-il en grimaçant avec un accent américain très reconnaissable. Je vais… café. Vous voulez ? Café ?
Grâce à mon travail, j’avais un bon niveau d’anglais et pouvais soutenir une conversation sans difficulté. Je lui répondis donc dans sa langue maternelle, ce qui le fit immédiatement sourire.
-   Non merci. J’ai déjà ce qu’il me faut, déclarai-je gentiment en lui montrant la gourde de thé qui dépassait de mon sac à main. Mais c’est très gentil de votre part.
-   Ok.
Il quitta le wagon. Je remis mon écouteur et réallongeai mes jambes en attendant qu’il revienne. Un quinquagénaire Américain, seul, dans un train reliant Toulon à Paris. Tout en écoutant ma playlist, je continuais de chercher pourquoi j’avais la sensation de le connaître. Mais rien ne me venait à l’esprit. J’avais eu l’occasion de travailler avec des Américains à plusieurs reprises, mais pas avec ce type-là. J’en étais sûre. Ça ne venait pas du boulot. Quelques minutes plus tard, je vis dans le reflet de la porte vitrée du fond du wagon que la porte opposée située derrière moi venait de s’ouvrir et que l’homme regagnait notre carré, son café à la main. Plus loin dans le wagon, je vis alors un couple de trentenaires chuchoter discrètement tout en dévisageant l’Américain. Bon. Je n’étais visiblement pas la seule à cogiter. Ça ne faisait plus aucun doute : ce type était connu. Mais pour quelle raison ? Lorsqu’il arriva à ma hauteur, je repliai mes jambes pour le laisser s’installer, sans lever les yeux vers lui. Quand il fut assis, je vis qu’il tendait quelque chose dans ma direction.
-   Tenez, c’est pour accompagner le thé.
Il venait de s’exprimer en anglais, et me tendait un sachet de noix et graines. Par politesse, je retirai une nouvelle fois mes écouteurs et saisis le sachet en le remerciant, alors que j’avais encore mon petit déjeuner sur l’estomac, et donc pas du tout faim.
-   Vous avez l’air de bien parler anglais, ajouta-t-il, alors si ça ne vous dérange pas, je crois que je ne vais plus faire d’efforts. Le français, c’est beaucoup trop compliqué.
-   Je confirme. Même pour un Français pure-souche, le français est compliqué.
Il ouvrit un sachet de noix et graines identique à celui qu’il m’avait rapporté du wagon-restaurant, et leva son gobelet de café en ma direction, comme pour porter un toast. Je m’empressai donc d’attraper ma gourde de thé pour l’imiter. Nous trinquâmes discrètement. Je me sentis obligée de l’accompagner dans cette petite pause grignotage, et ouvris donc mon sachet après avoir avalé une gorgée de thé. Il mastiqua quelques noix en soupirant, puis déglutit avec un air désespéré. Il faisait presque peine à voir.
-   D’habitude je craque pour les cacahuètes au chocolat, mais pour des raisons évidentes, il faut que je m’habitue à calmer mes envies de sucre avec ce genre de choses. Ce n’est pas facile.
-   Je suis de tout cœur avec vous, répondis-je entre deux noix. J’ai traîné un surpoids pendant des années, je pensais que je ne m’en sortirais jamais. Et un beau jour, j’ai réussi à franchir le cap d’arrêter le sucre. J’ai perdu mes kilos en quelques mois et je ne les ai jamais repris. Au début c’est difficile. Mais le sucre, c’est une drogue. Et comme toutes les drogues, le sevrage doit se faire en douceur, et avec beaucoup de volonté. Vous devez vous accrocher.
-   C’est exactement ce que me dit mon médecin. J’essaye de diminuer ma consommation de sucre, mais je crois que je pars de très loin.
-   Il faut commencer par des choses simples et concrètes. Par exemple, moi, le premier truc que j’ai fait, c’est arrêter de manger des desserts le midi et le soir. Je me rassasie avec le plat principal, et je m’arrête là.
-   Vraiment ? Pas de dessert ? Non, c’est trop dur. Et c’est trop triste.
-   Au début, oui, confirmai-je avec empathie. C’est même carrément horrible. Si vous avez vraiment du mal à vous passer de dessert, l’astuce c’est de vous autoriser un carré de chocolat noir avec le café. C’est d’ailleurs pour ça que dans les restaurants, quand vous commandez un café, on vous le sert presque toujours avec un petit carré de chocolat, ou quelque chose dans le genre. C’est pour vous apporter la petite touche de sucre qui fait du bien au moral. Mais quand on a beaucoup de poids à perdre, arrêter les sucres rapides ajoutés, c’est vraiment la clé. C’est pour votre santé, tout ça. C’est très important, si vous voulez vivre longtemps. Donc voilà, à partir de maintenant, plus de desserts. Juste un café, ou un thé, avec le petit carré de chocolat noir. Et pas de sucre dans le café, évidemment.
-   J’ai du mal à croire que vous ayez été en surpoids. Vous avez l’air mince.
-   Aujourd’hui, oui. Mais croyez-moi, je n’ai pas toujours été comme ça. Accrochez-vous. C’est dur, mais ça vaut vraiment le coup.
-   Ok. Et après le sevrage du sucre, quelle est la prochaine étape ?
-   Le sport, évidemment. Mais là c’est pareil, ne vous en faites pas toute une montagne. Les gens s’imaginent que pour garder la ligne, il faut faire des heures et des heures de sport par semaine. C’est faux. Il suffit d’avoir une activité régulière, avec une intensité qui vous correspond. Et encore une fois, tout est une question de motivation. Il y a bien des choses qui doivent vous motiver, non ?
-   La tête déconfite de mon médecin devant mes analyses de sang, ou quand je monte sur la balance, ça fait tellement mal à voir que ça pourrait être une très bonne motivation. C’est moi qui suis aux portes de l’obésité, et c’est à lui que ça a l’air de faire le plus de peine.
Au fur et à mesure qu’il me parlait avec sa voix grave si apaisante, j’observais cette bouille carrée toute douce et me sentais plus que jamais convaincue que je me trouvais assise face à une star Américaine. Ou une ancienne star Américaine ? Je crevais d’envie de lui poser la question frontalement, mais si jamais je me trompais, j’aurais l’air ridicule et le reste du voyage me semblerait bien long. En tout cas, il était vraiment adorable. C’était dingue, cette douceur qui émanait d’un tel colosse.
-   Sérieusement, continua-t-il, je me demande parfois comment j’ai pu en arriver là. Et en même temps, la réponse est évidente. J’ai arrêté de fumer il y a dix ans et j’ai compensé avec la nourriture. Je mange n’importe comment, j’ai arrêté le sport il y a des années, je suis souvent invité à des soirées où l’alcool coule à flots et j’ai du mal à résister… Mon surpoids me déprime, et quand je suis déprimé, j’ai envie de manger.
-   Eh bien c’est un schéma très classique, tout ça. Et le fait d’en être conscient, c’est déjà un excellent point. Donc voilà. Le hasard de la vie a fait que je me suis assise en face de vous aujourd’hui, et que j’ai réussi à me sortir d’une situation dans laquelle vous vous sentez coincé. C’est un signe ! C’est le signe qu’aujourd’hui, ça y est, vous êtes résolu à vous débarrasser de votre surpoids, parce que vous avez rencontré une fille qui l’a fait, et que si elle en a été capable, vous en êtes capable. En montant dans ce train, vous ne saviez pas que votre vie allait changer. Alors voilà, c’est fait. À partir de maintenant, vous êtes le gars qui ne prend plus de dessert, qui ne boit plus d’alcool, et qui fait quelques minutes de sport tous les jours. Tout ça grâce à un voyage en train. La vie est quand même surprenante.
Il se mit à rire. Et j’eus immédiatement un flash. Le flash que j’attendais depuis que je m’étais assise en face de lui.
8
Mise en avant des Auto-édités / Je contrôle la situation de Maritza Jaillet
« Dernier message par Apogon le jeu. 02/12/2021 à 16:37 »
Je contrôle la situation de Maritza Jaillet



Lien d'achat : Bookelis     Amazon


TW (avertissement) :
Dans cet ouvrage sera évoqué : la grossophobie, la perte de poids, troubles alimentaires, anorexie, le rapport à son corps, la dépression, le harcèlement, l’anxiété, les crises d’angoisse.



Cette œuvre est fictive, et même si elle est inspirée librement de faits réels, toute ressemblance serait fortuite. Certains éléments sont, pour des raisons évidentes, différents.

1

« Six semaines avant mon anniversaire, Noël. »
Je ne suis pas égoïste, alors je vais plutôt indiquer la fête des cadeaux et pour l’étalage de mes états d’âme, inscrire dans ce carnet la date du 13 novembre 2021. Arf, maudit stylo ! Il n’a pas résisté à la pression.
C’est la première fois que j’entame un journal, si on excepte celui que j’ai entrepris à mon septième anniversaire. Et celui que j’ai démarré pendant ma période d’ado rebelle. Ah oui, qui a fini brûlé avec mes cahiers dans un magnifique feu de joie. Depuis le temps, y a prescription !
Par quoi je commence ? Mes résolutions de l’année 2022 ? Bien trop tôt, et puis, comme tous les ans, je ne les suivrai pas. La liste des cadeaux ? Pourquoi pas, cela me changera du tableau Excel à actualiser chaque fois que j’aurai déniché la perle rare pour faire plaisir à un proche.
Toutefois, dans l’émission que j’ai vue hier soir – c’était soit ce truc soit me replonger dans une lecture pas très excitante –, le but de l’écriture est de graver sur un support le changement qu’on souhaite opérer sur soi. Écrire pour aider à la réalisation d’un objectif.
Dans mon cas, de changer. Un besoin de renouveau. La raison a déjà été avancée par ma famille, mes amis et mon médecin traitant comme étant la crise de la trentaine. Je n’ai pas encore trente ans. Enfin, si, bientôt, dans six semaines. Et si on prend en compte le développement du fœtus… Ma migraine va repartir à ce rythme ! Où j’en suis ?
J’ai eu le malheur d’être expulsée de l’utérus de ma mère le 25 décembre au matin. De son côté, elle me répète année après année que c’est merveilleux, son plus beau cadeau, sa fierté… Du mien, c’est plutôt une déception enfermée dans une boucle temporelle qui revient au même point, chaque année. Prisonnière d’un cercle vicieux qui ne cessera qu’à ma mort. Oui, ce n’est pas très joyeux et visiblement des pensées noires me hantent encore… Bref. Mon père est, quant à lui, ravi depuis le premier jour de ce hasard calendaire puisqu’il peut assouvir en grand sa passion pour la pâtisserie : faire trois gâteaux au lieu d’un.
Un pour mon anniversaire, un pour Noël et un pour ceux qui ont encore un petit creux ou qui n’aiment pas les deux premiers. C’est un pâtissier à la retraite qui a toujours le coup de main pour ruiner vos derniers efforts sportifs avant les fêtes. Ma mère travaille cependant, son boulot est tellement épuisant et compliqué que j’en bâille, rien qu’en me demandant comment elle peut faire la même chose depuis quarante ans.
Néanmoins, elle arrive à poser des congés pour son « meilleur jour de l’année ». Est-ce que quelqu’un me demanderait mon avis ? Tant pis.
Quant au reste de ma famille, cela demeure somme toute classique. On dit souvent que l’aîné est un terrain d’essai et que le cru s’améliore année après année. Affirmation démontrée. J’ai une cadette, Bérénice qui a deux ans de moins et qui est une comédienne mondialement connue et reconnue. Elle a réussi. Faut-il que je précise que sa vie à elle est parfaite ?
Comme le souhaitaient mes parents dans leurs rêves les plus fous, elle s’est mariée à un beau jeune homme – mannequin pour des défilés de mode et des publicités –, a eu deux enfants sublimes qui parlent déjà trois langues, et voyage dans le monde entier. Elle vit entre Osaka et Seattle, se pose parfois à Londres ou Berlin quand elle ne succombe pas au charme de Vienne.
Je l’envie, je la jalouse, mais cette remarque, je dois la garder pour moi. Finalement, je les étale mes états d’âme sur ce papier ivoire.
Pour finir, il y a la dernière, Éléonore, encore à l’université. Enfant chérie et choyée par mes parents, elle habite à Grenade, en Espagne pour ses études d’interprétariat. De temps à autre, elle est aussi influenceuse sur les réseaux sociaux. Impeccable jusqu’au bout des ongles, elle n’a jamais eu de problèmes de peau ou de poids. Elle peut s’enfiler un pot de nocciolata  en live sur Instagram sans en mettre sur son rouge à lèvres et garder ses dents blanches en toute circonstance.
Mon cadre familial posé, je dois m’attaquer au cercle amical. Ce sera vite réglé. La plupart de mes amis ont coupé les ponts avec moi au moment de mon entrée en fac ou quand j’ai décidé de les trier sur Facebook . J’en avais assez de faire le premier pas à chaque fois et d’être là, à chaque fois qu’ils en avaient besoin alors que je pouvais aller me brosser dès que j’essayais de les joindre. Il me reste une amie, que je me risque à appeler « ma meilleure amie », Kate, qui vit à Los Angeles depuis deux ans et que je vois beaucoup moins qu’avant. J’ai un meilleur pote, Timothé, dit Tim.
Toutes ces lignes devraient être suffisantes. Dans le doute, je relis les notes que j’ai prises la veille sur un brouillon qui traîne sur le meuble télé. À l’arrache, j’ai écrit « Soi, Famille, Amis, Amours et Travail. »
Pour ma part, les informations me concernant sont déjà assez étalées. Pas besoin de rajouter de confiture. Je déteste mon prénom, Uranie, et mon visage sans être vilain reste quelconque. Mes cheveux bruns se raidissent une heure après le brushing de la coiffeuse et certaines mèches mi-longues dissimulent mes yeux dont l’iris change en fonction de la lumière. Sur mon passeport c’est indiqué yeux noisette, mais parfois, ils tirent plus sur le cacao.
Passons à l’étape suivante. La famille, les amis, c’est déjà fait. Les amours seront encore plus rapides dans la mesure où je suis célibataire.
Bon, cela ne veut pas dire que je ne pense pas à un homme en ce moment précis, seulement, ce n’est pas réciproque. Du moins, plus maintenant. Et puisqu’il a annoncé ses fiançailles récemment, je peux le supprimer de mon esprit. Cependant, pas de mon compte Facebook.
Si mon subconscient le veut bien et arrête de m’envoyer des images de lui à poil, dansant sur une musique stupide dès que je ferme mes paupières. Garder autant de souvenirs de son ex c’est se laisser plomber par les angoisses, et dérangeant, non ? Pour ma santé mentale ? Pour mon cœur d’artichaut ? Je dois l’oublier. Cependant, le prochain cercle concerne la carrière.
Et « lui » se rapporte au travail. Il s’appelle Thomas, c’est le maire de la ville qui ne remplit pas forcément tous mes critères – quelle idée d’en avoir autant ! –, mais qui est adorable au quotidien. C’est un ami du lycée avec qui je m’entends bien et on est sortis ensemble un bon moment. Mon cœur en palpite encore. Je pourrais écrire sur lui pendant des heures… Or, mon téléphone me rappelle que je devrais déjà être partie depuis dix minutes. J’ai un petit creux et il reste un dernier carré de chocolat subsistant seul dans son emballage.
Pince tes bourrelets Uranie, pince tes bourrelets et ne cède pas à la tentation !
 Je n’y résiste pas malgré l’important petit-déjeuner que j’ai avalé vingt minutes auparavant. Un petit écart signifie vingt squats supplémentaires. N’empêche que cette énergie délivrée par ce petit plaisir est nécessaire. Un véritable un coup de fouet avant de descendre à pied les quatre étages me séparant du parking souterrain de la résidence. J’entends partout que les escaliers c’est bon pour les fessiers seulement, j’attends toujours de voir le résultat. Légende urbaine.
Je croise la gardienne qui a déjà commencé le nettoyage des marches, et j’évite le plus possible de faire des traces avec mes chaussures. Sa tâche est assez difficile, pas besoin que j’en rajoute.
À peine installée dans ma voiture, le bip de la porte du garage entre deux doigts, ma mère essaye de me joindre. Évidemment, mon kit mains libres s’est enroulé autour de mon trousseau de clés au fond de mon sac… Appel manqué, à une seconde près ! Intérieurement, je rage. Elle laisse un message, que je ne prends pas le temps d’écouter, et je lui téléphone illico.
— Oui ? Maman ?
— Uranie ? Je t’appelais pour organiser le repas de Noël et…
Je n’entends pas la fin de sa phrase à cause des couinements de cette porte métallique des années quatre-vingt. Heureusement que le syndicat a dit qu’il s’en chargerait.
— Uranie ? poursuit-elle. Tu préfères un déjeuner léger pour le 24 ou on mange comme d’habitude ?
Sachant que le « comme d’habitude » chez mes parents signifie pour quinze personnes et le « léger » l’extrême inverse, soit juste une salade verte, j’hésite…
— Tu peux faire entre les deux ? Un plat normal avec tous les groupes de nutriments qu’il faut…
— Va pour la salade verte alors.
Je me demande encore pourquoi ma mère sollicite mon avis si finalement, elle a déjà choisi. C’est ainsi. Elle ne changera jamais. Je m’apprête à raccrocher, ne prononçant plus aucun mot, mais elle n’a pas terminé.
— Et tu as réfléchi à ton cadeau ? Trente ans, ça se fête ! Je te rappelle qu’à ton âge…
— Tu étais mariée, tu avais déjà tes premiers enfants et reçu deux promotions au boulot, je sais Mam. Je te laisse, je m’engage sur l’autoroute.
Je lui raccroche au nez. Comportement un peu brutal, je l’admets. De toute façon, elle ne m’en voudra pas et j’ai besoin d’être concentrée pour me faufiler dans la chenille , pile devant une voiture, qui n’avance pas aussi vite que les autres dans les bouchons. Technique d’observation imparable. Une fois insérée dans cette queue qui durerait d’après mon application GPS une bonne vingtaine de minutes, je peux allumer la radio et me tenir au courant du monde.
Même si, à bien y réfléchir, on entend toujours des actualités similaires jour après jour : des politiciens véreux, des journalistes cherchant à redorer leur profession, des invités qui ont du mal à cacher au micro leur ennui, la guerre aux quatre coins du monde et le changement climatique.
Vivement qu’il soit huit heures et trois minutes pour obtenir un peu de douceur auditive. À l’exception des klaxons enclenchés par ceux qui n’ont toujours pas compris que leur action n’aiderait pas la file à avancer, je suis sereine, je respire et me prépare psychologiquement à une nouvelle journée de travail à la Médiathèque. Réunions, archivages, plannings, courriers…
Je reçois un SMS de mon ami et maire Thomas, qui m’annonce l’annulation de notre déjeuner ensemble. Il a trop d’affaires à régler. Dommage, mais je comprends et lui renvoie un petit message de soutien. C’est alors que je vois une berline noire foncer à vive allure dans le rétroviseur. Le conducteur croit être plus malin que tout le monde en passant par la bande d’arrêt d’urgence et ainsi grappiller des places dans la file.
— Encore un sans-gêne, beuillon  va ! m’écrié-je alors que ma réaction ne sert pas à grand-chose puisqu’il ne m’entendra pas.
Je déteste les gens qui agissent de la sorte. Sans être à cheval sur les règles du bien-vivre en société, quelqu’un qui cherche par tous les moyens à nous la mettre à l’envers, je lui attribue tous les honneurs de l’idiot. En revanche, je dois reconnaître qu’en l’absence de flics ou de caméras, l’énergumène arrivera à l’heure quand moi, je vais devoir m’excuser auprès de la directrice.
L’A450 est toujours bouchée, elle le sait, toutefois, elle est aussi informée qu’il suffit de partir avant sept heures et demie pour faire les trente bornes en vingt minutes et pas en une heure. Mea culpa pour aujourd’hui ! J’ai essayé une fois. Cependant, c’est déprimant d’arriver au boulot la première, de devoir allumer toutes les lumières, de saluer les agents d’entretien terminant leur travail et d’avoir un demi-café dans la machine qui met du temps à démarrer. Non, plus jamais.
Mon téléphone sonne. Sans grande surprise, Stéphanie, ma supérieure, m’appelle.
— Salut ! Êtes-vous bientôt là ? J’ai un avocat qui a pris rendez-vous pour des recherches et j’aurais aimé que vous l’aidiez.
J’entends très bien, au ton qu’elle emploie, qu’un refus de ma part serait mal venu. Or, je suis bloquée.
— Je suis encore dans les embouteillages, j’en ai bien pour une demi-heure. Aurélie peut, peut-être s’en charger ?
Évidemment qu’Aurélie peut s’en charger, ai-je besoin de le préciser ? C’est une stagiaire, qui connaît les moindres recoins de la médiathèque, à force d’accepter toutes les basses besognes. Pourtant, elle rêve de responsabilités.
— Je vais voir avec elle. Bonne route !
La moquerie qui accompagne cet encouragement ne m’atteint pas. Mon téléphone vibre. Bon sang, ils se sont donné le mot ? Un SMS de mon père qui râle du fait que j’ai « choisi » de manger léger le 24 au midi et parce que je ne veux rien de spécial pour mon anniversaire le lendemain.
Comme tous les ans, je n’ai aucune idée. Même si je vais avoir trente ans, cela ne changera pas le fait que le jour durant lequel je suis censée profiter à fond de la vie soit le jour de la remise des cadeaux de la famille. Comme si j’y peux quelque chose !
Puisque la circulation reprend, le portable retrouve sa place dans le sac.
Un jeu stupide passe à la radio. Le journaliste prend un prénom au hasard dans son dictionnaire et le premier auditeur qui appelle remporte la somme de cinq cents euros. Je trouve cela absurde, surtout parce que je ne pourrais jamais gagner. Oui, je suis mauvaise joueuse seulement… Est-ce que mon prénom est au moins dans un dictionnaire ? Pas sûre.
Quand mes parents m’ont affublé d’« Uranie », les sages-femmes ont dû hésiter à l’inscrire. Ma mère adore les personnages dans les pièces de théâtre, tandis que mon paternel voue un culte à l’astronomie. Devinez lequel a gagné ? En même temps, être prénommée Uranus n’aurait pas été cool à l’école. Toutefois, certaines planètes ou satellites ont des appellations vraiment transcendantes. Je me serais bien vue en Jupiter ou Io.
— Et aujourd’hui ce sera Gaspard. Est-ce qu’un Gaspard peut joindre notre standard ?
Gaspard. C’est le chat de ma voisine. Peut-être que si je les appelle en miaulant ? Ahah, je me marre toute seule.
Reprends-toi Uranie ! Ça ne marchera jamais !
Dommage.
Enfin, j’arrive sur le parking réservé aux personnels et m’aperçois avec stupeur qu’un véhicule est garé à ma place. Ok, mon nom n’est pas clairement indiqué avec un écriteau comme celui de Monsieur le maire et ses élus. Or, l’emplacement du milieu à côté de ce petit banc en bois face à la porte de la médiathèque, c’est la mienne.
Cinq ans que je me gare dessus, tous les matins, et chacun sait que cette place, c’est pour ma titine. Je furète à droite, à gauche, rageant dans le vent. Mes mains serrent le volant au point que mes ongles blanchissent.
Il faut bien que je reconnaisse, au bout de trente secondes d’agacement, que personne ne bougera cette berline noire de marque allemande qui ressemble d’ailleurs à celle appartenant au beuillon sur l’autoroute. Celui qui se croit plus malin que les autres. Je me retiens d’agir par instinct. S’énerver ne résout pas le problème.
Je sers le service public et en tant qu’assistante de direction, je me dois de donner l’exemple et je ne vais certainement pas prendre la place réservée aux personnes souffrant d’un handicap. Ce sera le parking gratuit à cinquante mètres. L’air de rien l’écart de ce matin peut encore s’annuler avec les pas supplémentaires. Maudite montre compteuse de calories que j’ai encore oublié de charger !
Avant de franchir le seuil de l’établissement, je me permets de faire un détour par cette Golf assez quelconque. Pas de châssis sport ni de jantes m’as-tu-vu, pas de vitres teintées, une plaque avec les deux chiffres du département, pas de siège auto à l’arrière et aucun objet de valeur visible depuis l’extérieur. Étrange. Tout est à sa place, aucun mouchoir qui traîne ni ticket de caisse ou encore une bouteille d’eau compressée, coincée derrière un siège. Elle appartient donc soit à ma mère, peu probable, soit à une personne célibataire et maniaque, qui a décidé de gâcher ma journée. Troisième option : un véhicule de location ?
Je regarde l’heure sur mon téléphone : je suis vraiment à la bourre.
Accélérant mon allure, je me dépêche de poser mes affaires, de filer aux toilettes pour être tranquille pour la matinée, et de récupérer le courrier destiné à la direction que je dois trier. Mon corps s’essouffle vite, un point de côté ne va pas tarder à apparaître. Mince. En plus, je ne vois ni Stéphanie ni Aurélie.
L’une est sûrement à une réunion organisée à la dernière minute, tandis que l’autre doit gérer le premier usager de la journée. Maintenant que je suis assise avec ces lettres à décacheter, je peux discrètement ouvrir le premier tiroir de mon bureau et m’enfiler un arlequin. Le grignotage c’est mal, mais sentir ce goût de banane qui descend dans ma gorge est plus excitant qu’un biscuit aux avoines ou même des graines. Biscuits que Stéphanie pose à l’instant sous mon nez.
— Encore en retard !
Zut. Moins de cinq secondes pour réagir.
— Bonjour, Stéphanie ! Comment allez-vous aujourd’hui ?
Elle remonte sa paire de grosses lunettes avec son index et hausse les épaules comme si je suis un cas désespéré.
— Bon, souffle-t-elle en constatant le bonbon collé à ma joue. Y a quoi dans le courrier ?
Le courrier. Vite. Je n’ai ouvert que cinq enveloppes et lu en diagonale deux d’entre elles.
— Gérard confirme la réunion pour le plan Neige de cet hiver, on a une excuse de Monsieur Dorier pour les livres empruntés qu’il n’a pas rendus à temps et encore une demande de permis de construire qui doit aller au service urbanisme.
— Les gens n’ont toujours pas compris que ce n’était pas la mairie ici. Enfin, vous devriez manger ça plutôt que de vous goinfrer de bonbons. Ce n’est pas très bon pour la ligne et je vous rappelle que vous êtes la première personne qu’ils voient.
Elle n’a pas tort. J’en ai pris compte dans mes résolutions de l’année dernière, et des autres avant également, de perdre dix kilos avant mes trente ans seulement, je n’ai pas tenu quinze jours. Pourtant, je me suis fixé ce petit objectif dans l’espoir de l’atteindre, mais mon envie de sucre est plus forte que tout.
— Sinon, y a une nouvelle salle de sport qui a ouverte rue François Darcieux à la place du taudis abandonné, déclare-t-elle en sortant de sa poche un flyer qui semble être passé par la case machine à laver.
Je la remercie pour cette délicate attention signifiant qu’à ses yeux je suis définitivement obèse. Sur ce point, le corps médical lui donnerait sûrement raison. Je peux enfin souffler la voyant repartir dans sa tour d’ivoire, un bureau vitré situé en mezzanine.
De là-haut, elle doit avoir un point d’observation magnifique sur la rangée livres fiction et le rayon adolescent. Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller dans son bureau depuis les travaux. À vrai dire, en ai-je vraiment envie ? Je branche le téléphone et à peine deux secondes plus tard, je suis tenue de traiter ma première affaire de la journée.
Les minutes passent, l’ennui s’installe vite et j’ai ce maudit flyer presque en charpies devant mes yeux. Par curiosité, je cherche sur le web et découvre un site aux couleurs chatoyantes. Rien à voir avec l’image que je m’en faisais. Les derniers sur lesquels je suis tombée ressemblent soit à un descriptif pour un hôpital psychiatrique soit à une salle de torture où toutes les couleurs sont permises avec des spots, faisant fuir les épileptiques. Un petit regard sur les entraîneurs et je m’empresse de sortir mon téléphone pour appeler mon meilleur ami. À cette heure-ci, il doit être en pause. Il commence à quatre heures cette semaine.
— Tim ? Désolée de te déranger pendant ton breakfast italien, mais ça te dirait de venir tester une salle de sport avec moi, ce soir ?
— Sans façon, je vais être crevé et ma mère voudra que je me couche tôt !
 
Ah ! Timothé ou le Tanguy comme je l’appelle. Vivant encore chez ses parents, à qui il n’a toujours pas avoué pourquoi il ne ramène jamais de petites copines, et toujours peu motivé quand il s’agit de se bouger. Il continue de converser, mais je n’ai pas dit mon dernier mot.
— Tu comprends qu’en ce moment j’ai d’autres projets et…
— Ils offrent une séance gratuite avec un coach qui compte plus de tablettes de chocolat que mon tiroir peut en contenir.
— Mouais, se lamente-t-il dans le combiné.
— Tu ne veux quand même pas que j’y aille seule ?
— Ce n’est pas parce que ton meilleur ami est gay qu’il va t’accompagner juste pour persister dans ce cliché dé…
— Il possède un master nutrition-sciences des aliments.
J’imagine l’expression de son visage au moment où je ne l’entends plus respirer.
— Va pour 18 h 30, tu m’envoies l’adresse par SMS ?
— Qu’est-ce qu’il y a à 18 h 30 ?
Cette voix suave me fait sursauter. Il m’espionne comme toujours et mon cœur manque un battement. Ma transpiration augmente. Il ne peut pas s’en empêcher, mais cela signifie sûrement qu’il ne peut pas se passer de moi, ou alors qu’il a un rendez-vous avec Stéphanie et qu’il vient de voir mon écran… Sur lequel se dessine une sublime salle de sport colorée répondant au doux nom de « Magenta ».
— Bonjour, Monsieur le maire, expédié-je avant de raccrocher avec Tim.
 
2

— Uranie, appelle-moi Thomas je t’en prie. Tu disais donc 18 h 30 ?
— Avec Tim on prévoit d’aller se bouger un peu et on découvrira du coup la nouvelle salle qui vient d’ouvrir à deux rues d’ici.
— Je vais m’y rendre également. Une collègue m’en a parlé et j’ai un ami qui doit reprendre sa vie en main. On se voit là-bas ?
Bigre. Manquait plus que ça. Allez, réagis !
Mon ex va me découvrir dégoulinante de sueur et souffrir au premier exercice venu. Je peux au moins soigner mon apparence. Tout s’accélère dans mon cerveau. Je dois absolument, pendant ma pause déjeuner, filer dans les magasins et trouver une tenue de sport qui ne soit pas trouée ou délavée. J’ai besoin d’être un minimum présentable si je le vois, surtout s’il n’est pas seul. Et puis zut, je n’ai pas à me prendre la tête, est-ce qu’il se malaxe les synapses, lui ? Sans être un mannequin ou un coach du Magenta, il ne se rue pas sur les pâtisseries d’en face ou des bonbons dissimulés dans un tiroir.
Thomas est très grand, au point qu’il pourrait servir de repère pour les mètres Carrez. Ce châtain aux yeux bleus rend folles la plupart des femmes depuis le jardin d’enfants. Notre histoire aurait pu être magnifique, malheureusement je suis idiote. Et une idiote fait des conneries ! Le passé, c’est le passé. Il repart avant même que je lui réponde, mais il connaît déjà ma décision.
Je me remets au travail. Stéphanie a organisé un après-midi jeux-vidéos éducatifs dans deux semaines et, pour l’instant, aucun enfant n’est inscrit. La publicité doit être renforcée sur les réseaux sociaux et je vais demander à Aurélie de poster une affiche sur l’une de nos nombreuses baies vitrées. Une tâche à accomplir. Je vérifie aussi l’agenda numérique de Thomas, en ligne sur le site de la mairie.
Il n’y a pas de raison que je ne l’espionne pas comme il le fait. Qu’indique l’emploi du temps de Monsieur le maire ? Il a divers rendez-vous, entre la ville, la métropole, le prolongement de la ligne de métro, les rencontres avec les particuliers, les sorties pour se montrer proche de la population… Le temps défile.
Des livres arrivent sur un chariot et passent devant moi. La stagiaire a visiblement terminé son rendez-vous puisqu’elle s’occupe du retour des bouquins.
— Ah salut ! Je ne t’ai pas vue ce matin, raille-t-elle avec un grand sourire. Tu ne manges pas, aujourd’hui ?
Je regarde mon téléphone et effectivement, je devrais être en pause depuis au moins cinq minutes. Elle me raconte son début de journée, je dois avouer que je ne suis pas très attentive. J’ai la tête ailleurs. Entre le travail, mon anniversaire, une amie qui désire me voir juste parce que je lui sers de bouche-trou…
Cela ne m’empêche pas de l’admirer. Elle est jeune, brune, mais elle se teint souvent en blonde, des dents aussi blanches qu’en sortant d’un détartrage et un rouge à lèvres sublime. Comment fait-elle pour ne pas s’en mettre partout ? Je me le demande. Elle me souhaite un bon appétit et je m’apprête à quitter mon bureau quand je vois qu’elle range le meilleur roman de Jane Austen, à mon sens, Orgueil et Préjugés.
— Attends ! J’adore ce livre, je vais le lire après manger et le replacer.
— Ok pas de problème ! Tant que tu le rentres dans le fichier !
Pourquoi cet ouvrage ? Je ne sais pas. Parfois, j’ai des envies sans vraiment comprendre.
Je ne lui propose pas de manger avec moi, elle a toujours son sandwich thon-crudités qu’elle déguste dans la petite cafétéria au rez-de-chaussée, seule avec son casque sur les oreilles. En sortant, je me précipite vers le foodtruck de la place de la poste pour ne pas avoir à faire la queue. Le timing est très important. À midi quinze vous en avez pour dix minutes à tout casser. À midi vingt et une, vous avez une file de dix mètres qui va jusqu’à la Banque populaire près de l’arrêt de bus, trente mètres plus loin. Avec l’habitude, tout se rationalise et le temps de travail reste efficace !
Je me dépêche, j’avale ce hot-dog bien trop salé à mon goût et mes frites en quelques minutes, avant de foncer dans un magasin de sport. Situation ironique quand j’y pense. Mes fringues sentent la friture et mon apparence évoquera aux vendeurs ma visite récente d’un fast-food. Alors que dans les faits, pas vraiment.
Une seule heure pour manger, même en centre-ville, c’est rapide. En revenant vers la médiathèque, je m’aperçois que « ma » place est de nouveau libre. Super ! Cependant, j’ai la flemme de bouger ma voiture, maintenant. Je ne suis pas du signe astrologique Balance néanmoins, je peux parfois être contradictoire envers moi-même. Vivement ce soir que je me défoule un peu.
« 18 h 25. Je suis toujours en avance, car à l’heure ce n’est plus l’heure. »
Non, ça c’est nul.
Je barre cette phrase de mon carnet. Ce n’est pas ainsi que je vais franchir le seuil de la trentaine.
« 18 h 26. J’attends Tanguy, toujours en retard. »
Bon, dans les faits, il ne l’est pas vraiment. Je suis juste impatiente. Et très motivée. Je le vois courir depuis l’arrêt de bus. Il a aussi eu le temps de se changer, de se laver. Finalement, lequel de nous deux possède la plus grande motivation ? Il sent encore le gel douche et s’agite comme un enfant devant les attractions de Disneyland. Il tique pourtant sur ma tenue.
— Pourquoi t’as acheté de nouvelles fringues ? Je croyais que tu étais contre les achats compulsifs non nécessaires à ta survie ?
— Thomas va passer !
— Et ? insiste-t-il avec son regard inquisiteur. Tu es encore sur lui ? Uranie, tu vas fêter tes trente ans et tu cours après ton amour de lycée, qui a duré quoi une…
— Arrête, c’est bon. Oui et puis, toi, tu as tourné facilement la page Axel évidemment, tu ne viens pas t’amuser ici…
On se fait la tête une seconde avant de rire stupidement. Le gérant nous accueille enfin.
— Première séance ?
— Affirmatif, répond Tim rapidement, sans me laisser le temps d’ouvrir la bouche.
— Vous aviez réservé un coach ou c’est juste pour tester ?
Il nous interroge, mais il a le planning de ses employés sous le nez. À croire qu’il nous prend pour des imbéciles. Ou alors il veut vérifier.
— On a opté pour Laurent. Il a l’air super, non ?
— En effet, c’est bien ça ! Vous avez les vestiaires hommes à votre gauche et ceux des femmes sur la droite, bonne séance !
Je dois arrêter de juger les gens trop vite, seulement j’ai du mal à ne pas cocher mes cases préétablies dans mon cerveau. Par exemple, dans le vestiaire, je reconnais tout de suite la bavarde, celle qui vient juste pour discuter avec sa copine et qui n’a pas la moindre envie de chauffer d’autres muscles. Elle souffre déjà des zygomatiques, ses baskets sont comme neuves et elle n’utilise sa bouteille d’eau que pour hydrater de nouveau sa bouche. La rousse aux cheveux magnifiquement bouclés a visiblement passé plus de temps devant son miroir à se coiffer qu’elle n’en dépensera sur un tapis de course ; sûrement une fille qui cherche à se rapprocher physiquement d’un coach. Quant à celle qui s’est enfermée à double tour dans une cabine, et qui supplie sa mère de ne pas sortir, est certainement une pauvre jeune adolescente en obésité morbide qui a peur du regard des autres et des insultes grossophobes. À juste titre.
— Allez les filles ! À Magenta on bouge son gras ! hurle la rousse avant de mettre son débardeur « coach » en place avec son prénom.
Une espionne dans les vestiaires. Évidemment, j’aurais dû me méfier. Leur slogan me paraît déplacé, mais je vais éviter de me faire remarquer en lançant un scandale.
Elle fait sortir de la cabine une adolescente qui, en réalité est loin d’être obèse et me salue avant de partir. Je suis une vraie buse. En même temps, j’aurais pu tracer tout droit vers les salles de cours collectifs. Or, ma curiosité m’a poussé à aller fouiner. Heureusement, nous n’avons pas choisi Audrey, mais Laurent.
Laurent ou le stéréotype du coach sportif qui se nourrit tous les matins avec son muesli de flocons d’avoine, d’amandes, de fruits et d’un jus vert à l’aloe vera épinard… Berk ! sans oublier les œufs crus dans le shaker avec de la poudre. Potentiellement flexitarien ou végétarien qui mange du tofu à chaque repas. Je tiendrai presque les paris. Il est brun aux yeux noirs, abonné aux carrés. Carré d’épaule, carré de mâchoire et carrés de chocolat sur tout le corps. Tout ce qu’aime Tim sans oser le clamer.
— Hé ! me chuchote-t-il. Mate-moi ce fessier !
— T’as déjà oublié qu’en plus d’être beau, il a fait des études ?
— Je craque d’avance. Je vais transpirer pour lui et l’inviter à boire un verre. Samedi, ça me paraît bien.
On a prévu un film seulement, je sais qu’il ne répond plus de rien.
Dire qu’au lycée la timidité l’envahissait et il bégayait dès qu’il ouvrait la bouche ! Au moins, lui a changé !
Bon sang ! Il ne manque plus que la playlist d’Ariana Grande pour que je fuie cet endroit. Heureusement – ou malheureusement –, pour moi, pas de musique pour le moment. Laurent se présente et nous demande ce que l’on recherche. Performance, perte de poids, défi personnel…
J’ai presque envie de répondre tout, mais c’est surtout le désir de me reprendre en main qui m’a amené ici. En tout cas, il devra commencer doucement, ma dernière séance de gym s’étant terminée au bout de cinq minutes à cause de douleurs insupportables. Mon meilleur ami déclare qu’il vise la performance et me désigne avec son index. Qu’est-ce qu’il cherche à faire comprendre, exactement ? Je sens que je regrette de l’avoir pris en accompagnateur…
Le coach nous montre les machines – de tortures – sur lesquelles on va travailler et en moins d’une minute, on démarre les échauffements. J’ai presque envie de lever la main et de demander plus d’explications sur les appareils pour que cela entame sur le temps alloué. Un peu comme à l’école. J’admets qu’en plus des douleurs aux bras, j’ai un manque profond de motivation à cet instant.
Voilà que Laurent allume des enceintes… la musique Thank U Next de la diva préférée de Tim. Je peux quitter ce monde en restant persuadée que je juge correctement les gens. Vingt d’joux  ! L’EPS me paraît si loin !
Je râlais quand Madame Poulet – oui elle se nomme vraiment ainsi –, nous demandait de faire le tour du lac puis trente pompes, mais en fait c’était un ange comparé à ce démon qui ne transpire même pas.
Il ne peut pas être humain. Laurent est un extraterrestre, c’est sûr ! À bout de souffle, je m’écarte un peu et les laisse faire connaissance. Tim est tellement à fond qu’il demande à courir sur un tapis ! Lui ? Sur un tapis !
Notre amie Kate n’en reviendra pas quand je l’appellerai ! Ou mieux, je devrais le filmer ! En parlant d’elle, je vais lui écrire un petit message sur Messenger. Avec le décalage horaire, je ne sais jamais si c’est le matin ou le soir pour elle, mais au moins, elle aura la possibilité de le voir. Je lance la caméra et filme le plus discrètement possible mon meilleur ami qui s’attaque à des haltères après dix minutes de footing. À moins que ce soient les haltères qui se frottent à lui, j’hésite. Kate va pester quand elle va savoir qu’elle a loupé un tel épisode !
Tiens, les deux bavardes que j’ai étiquetées comme telles conversent sur leurs conquêtes respectives. Elles parlent tellement fort que c’est comme si je fais partie de leurs causeries. Je n’aime pas les gens qui se vantent, encore moins quand l’une d’elles crache sur son ex-petit ami trop étouffant. Simple question de point de vue.
Un homme qui envoie deux messages par jour, je trouve cela mignon et touchant. Ces inconnues n’ont définitivement pas les mêmes valeurs que moi. Leurs anecdotes demeurent amusantes et divertissantes, cependant, moins que Tim s’entraînant à la corde à sauter. Je me moque, seulement je reste bien assise sur un pouf à le regarder. Le coach essaye bien de me motiver à reprendre les exercices, change la musique et se dit prêt à m’écouter, comme si j’avais besoin d’un autre psy. Toutefois, je n’ai pas envie. Ou plutôt, je n’ai plus l’envie. Je sens déjà la sueur, mon legging me colle et mes cuisses me grattent. C’est définitif, je suis allergique au sport. Je traîne sur Facebook en désespoir de cause quand mon meilleur ami fait un détour vers moi, entre deux tortures.
— Je crois que j’ai un crush  !
Génial et prévisible. Tim a donc le béguin pour Laurent. J’espère pour lui que ce sera réciproque, c’est souvent trop beau pour être vrai. Et puis, avec un tel corps, mon meilleur ami sera fréquemment jaloux, voudra vérifier son téléphone chaque seconde et inspecter le moindre de ses faits et gestes envers les clientes potentielles. Sortir avec un coach sportif est une très mauvaise idée. Pire que de ressortir avec son ex ? Faut que je réfléchisse. Et que j’arrête de juger.
En attendant, Thomas doit passer et je ne l’ai toujours pas croisé. Un petit regard vers l’un des nombreux cours collectifs me confirme qu’il ne s’est pas converti au Yoga ni à la danse. Les autres salles disposent des vitres occultantes. Quelle frustration pour la commère que je suis ! Je pousse délicatement les portes et constate qu’il ne participe pas au Tai-chi, ni à la gymnastique. Bon sang ! L’attente me paraît interminable.
Je me demande bien ce qu’il fait, mais je me vois mal lui envoyer un SMS en mode « Coucou t’es où ? je t’attends ! », ce serait inapproprié. Et puis je sens la transpiration. Mon carnet !
« Penser à prendre du déodorant doublé d’un anti-transpirant. » En même temps, vais-je retourner dans cette salle de sport ?
— Hey, salut !
Je crois que j’ai renversé le pouf par terre en me levant comme une brute.
— Salut Thomas ! Est-ce que ça va ?
— Oui seulement mon ami n’est pas encore arrivé, il a du mal à se garer.
— Ah ! nous on est venus en bus, on s’est un peu douté que ça allait être galère dans cette rue avec les travaux et…
Stop. Je vais partir dans une discussion sans intérêt. Je dois me ressaisir.
Qu’est-ce que tu fais ma grande ? Au bûcher les banalités, passons les préliminaires et… !
— Et sinon, poursuis-je tout en finesse, tu commences sur quelle machine ?
— Après mes échauffements, je vais faire un peu de renforcement musculaire, puis de la muscu au niveau des épaules je suis trop mou et je finirai par du cardio. J’étais dans une salle à Bron avant, mais d’ici avec mon emploi du temps serré, c’était trop speed.
— Je t’accompagne si tu veux.
Je ne contrôle plus ma bouche. Faites-moi taire ! Me voilà à quatre pattes sur le lino à faire des burpees, une espèce de chenille des squats et de l’escalade sans bouger d’un tapis de sol. J’en peux plus. Comment mes muscles font pour ne pas déjà craquer ? D’ailleurs, c’est craquable ? Après tout, on peut bien se les claquer…
J’abandonne avec un sourire, prétextant une envie de boire un coup. D’un côté, ce n’est pas un mensonge, j’ai vraiment soif. D’un autre, une minute de plus et je m’étale sans ne plus pouvoir me relever, jamais. Je fais un signe vers Tim, seulement il est bien trop occupé pour faire attention à moi.
Mince. J’ai les jambes qui flageolent, des points noirs qui apparaissent devant mes yeux. C’est sûr, je fais une crise d’hypoglycémie. Et dire que j’ai oublié de remettre des bonbons dans ma poche de sac à main. Premier objectif : trouver les vestiaires. Manger. Me doucher. Attendre mon meilleur ami dehors. Il ne reste plus qu’un petit quart d’heure de séance gratuite. Je dois me dépêcher sous peine de m’allonger un peu n’importe comment sur ce lino. Autant éviter la honte… Je n’ai pas envie de faire un malaise devant tout ce monde, trop humiliant. Tout aussi dégradant que de tomber à la renverse sur une plaque de verglas. Ne pas parler de verglas, je vais me porter la poisse et les températures vont chuter cette nuit juste pour m’embêter. Bon allez, vestiaire droite, douches…
— Oh !
Je crois que je viens de foncer dans quelque chose d’humide et chaud.
Dans quelle situation tu t’es encore fourrée ?
 Je lève à peine la tête et me rends compte, malgré moi, que je me suis trompée de vestiaire. Quelle buse ! Si à l’entrée c’est à droite, cela signifie à gauche en quittant la salle principale, et donc j’ai foncé dans… Double buse !
— Pardon, avoué-je au milieu d’une horde de mâles dont une partie seulement est habillée.
L’autre moitié demeure dénudée, dont celui qui sort visiblement de sa douche et qui me fixe d’un regard méprisant. Dommage, il a de beaux yeux noirs. C’est comme si un corbeau me guettait dans l’attente de mes mouvements.
Je l’observe en quelques secondes me forçant à garder la tête haute. Grand, peut-être un mètre quatre-vingt-dix un peu plus que Thomas, je dirais. Ce n’est pas un apollon loin de là, mais je ne refuse pas les petites poignées d’amour. Est-ce vraiment le moment de songer à en faire son quatre heures ? Après tout, toute l’assemblée reste stoïque…
Or, j’ai l’impression qu’il est énervé. Ses yeux plissés, la tension instantanée de ses… muscles. Il me demande de sortir en haussant le ton. Comme si je l’ai fait exprès !
Tout le monde peut se tromper ! En entrant dans le vestiaire – le bon une fois n’est pas coutume –, je me fais de nouveau reprendre à l’ordre par le gérant. Message reçu. Un peu sainte ni touche ici. Je n’ai rien vu, du moins rien de punissable.
En quittant la salle, je m’excuse une nouvelle fois au comptoir même si j’aurais bien voulu m’attarder avec l’intéressé. Thomas apparaît et se dirige vers le distributeur. Barre protéinée, boisson énergisante ? Je lui fais signe et constate qu’il opte pour des biscuits secs.
— Tu pars déjà ?
— Oui, avec Tim on a fini notre séance d’essai.
— Ok. Tu reviendras ? me demande-t-il en affichant un grand sourire.
— Oui !
Non !
— C’est cool ! Tu vas voir ça va t’occuper, te changer, tu auras une autre vision de toi-même dans quelques semaines.
Semaines.
Si j’avais une baguette magique, je me transformerais là tout de suite et je… ne pas dire du mal d’autrui !
Il me faudrait le corps d’Aurélie, avec la poitrine magnifique de Kate, le visage de ma starlette de sœur et le cerveau de mon père. Ah j’oubliais, les jambes de la benjamine ! Voilà, c’est possible ? Je ferme les yeux, les rouvre, rien n’a changé.
Tim vient de prendre une douche, il dégouline de partout, mais est pressé de sortir pour me raconter tout ce qu’il s’est dit entre lui et Larou.
Oui, il a déjà un surnom assez proche d’un autre chanteur favori de mon meilleur ami. Je laisse Thomas repartir dans la salle collective sans même lui demander si son ami est finalement arrivé. Triple buse, je suis !
Entre deux arrêts, Tanguy me propose un restaurant pour éviter de se retrouver en tête à tête avec ses parents. Je refuse. Mon prochain défi va être de perdre du poids avant Noël, avant mon trentième anniversaire et je pourrai être fière de moi.
 
C’est vrai, je n’aurai pas à reporter une énième fois cette résolution pour 2022.


9
J'ai beaucoup aimé ce livre, que j'ai même dévoré :pouceenhaut:. À ne pas mettre entre toutes les mains, mais pour les fans du genre, je recommande. Note de 5/5 mérité. :clindoeil:
De la même auteure, ne pas manquer "Bloc D", j'ai adoré, un coup de cœur.  :petiller: 
10
Nouvelles / Le buffet - Lancelot Cannissié
« Dernier message par cnslancelot5930 le mar. 23/11/2021 à 19:38 »
Bonjour à tous !!  :bonjour:

Comment allez-vous ?

Voici une autre micronouvelle tirée de Peur primale et autres récits

Bonne lecture à tous !!  :pouceenhaut:


Le buffet
 
Il était tard ce soir-là. Pour rentrer plus vite, j'avais décidé de prendre un raccourci par les bois.
   Il pleuvait et l'orage grondait au-dessus de ma tête. Aussi courus-je, la peur d'être foudroyé me bouffant les pauvres entrailles. Les gouttes de pluie noyaient mes lunettes ainsi que ma vision, je ne voyais même pas à dix mètres. Soudain je trébuchais sur une grosse racine, du moins je conclus qu'il s'agissait d'une racine, me claquai le genou par terre, ainsi que la tête. Je tentais de me relever, sentant une douleur fulgurante dans la jambe et un sérieux mal de crâne. Je dus faire un effort considérable pour reprendre ma course, titubant par moment. J'avais presque atteint l'orée du bois quand un éclair vint frapper l'arbre juste devant moi. Celui-ci prit feu et tomba sur moi. Je voulus l'éviter mais ma foutue jambe m'en avait empêché et je fus prisonnier de son tronc massif enflammé. Je suffoquais à cause de la fumée et les flammes dévoraient mon corps. Je me croyais en enfer, même si l’enfer me paraissait plus supportable, à vrai dire.
Ma respiration se faisait hésitante et bientôt je sentis mon esprit partir, s'envoler avec les morceaux de chair au vent. Puis je m'évanouis totalement pour me retrouver dans une sorte d'immense tunnel. Au bout de celui-ci, je vis la lumière, cette fameuse lumière d'un blanc éclatant, d'une pureté sans égale. Je savais ce que cela signifiait...j'étais mourant. Je regardais en arrière, aucune échappatoire. J'avais peur. Était-ce vraiment la fin ? J'ai bien peur que oui, hélas. Et cette fichue lumière, je ne voulais pas y aller mais elle m'attirait tel un papillon de nuit. A croire que l'on ne peut échapper à son destin.
Je décidais donc, résigné, de me diriger vers cette dernière. J'étais aveuglé, ne voyais rien. Il n'y avait aucun bruit, aucune odeur ni rien de palpable à la ronde. La seule chose que je sentais était le sol sous mes pieds. Je voulus le ressentir, absorber mon nouvel environnement. J'enlevai mes chaussures et je sentis des milliers de brins d'herbe me chatouiller la plante des pieds. Je mis un certain temps à m'acclimater, à percer au travers de cette lumière mais je finis par voir où j'avais atterri. C'était un immense champ, empli de fleurs en tout genre ; coquelicots, tulipes et autres dansaient en musique...musique qui provenait d'un petit cottage bordant un immense lac.
Je me dirigeais vers ce dernier, curieux de voir l'intérieur, voir s'il était habité. Je frappais par politesse à la porte, personne ne répondit. J'entrouvris doucement, passant la tête dans l'interstice. Le cottage semblait vide. Je sondais les lieux et là je vis une faible lueur filtrer sous l'une des portes qui devaient mener aux différentes pièces. J'entrais et me dirigeais vers celle-ci. Je ne pris même pas la peine de frapper, pensant que de toute manière la maison était pour le moment inoccupée.
Là, je me retrouvais dans une immense pièce, éclairée par un seul lustre, serti de pierres précieuses qui reflétait sur les murs. Devant moi, se dressait une table, immense, assez pour y inviter une cinquantaine de convives. Dessus des plats en tout genre, de la dinde aux marrons, aux diverses pâtisseries et autres mignardises.
Toutes ces délicieuses choses et personne pour les manger. Nul doute, j'étais au paradis.
Et à cet instant, souhaitant ne jamais me réveiller de cette forêt, je décidais d'élire domicile dans cette somptueuse demeure.
Ce ne fut que des heures plus tard que je me rendis compte que le buffet se remplissait de lui-même. A chaque plat dévoré, un autre apparaissait.
Voilà comment était mon paradis.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 




Pages: [1] 2 3 ... 10